Hiérarchisez vos informations

Rédigé par le Vendredi 11 Mai 2018 à 07:21 | modifié le Vendredi 11 Mai 2018 à 07:20



La hiérarchisation de l’information est à la base de la naissance d’un flash ou d’un journal. Hiérarchiser ses titres, et donc la déclinaison des infos, impacte toujours sur l’appétit de l’auditeur et sur son envie de vous écouter. Ou pas.


Pour une bonne hiérarchisation, à vous de choisir le bon curseur © Serge Surpin
Pour une bonne hiérarchisation, à vous de choisir le bon curseur © Serge Surpin

Traiter l’information c’est, pour un journaliste, être tous les jours sur une ligne de crête entre d’un côté, le choix des sujets qui seront retenus et de l’autre côté, l’ordre dans lequel ils apparaîtront dans votre flash ou dans votre journal. Au risque d’en surprendre quelques-uns, la place des sujets n’a rien d’anecdotique. Cette étape est d’ailleurs une pierre angulaire après avoir effectué le choix de l’actualité qui sera déclinée. La hiérarchisation, c’est en quelque sorte la mise en scène de votre journal. Le scénario est composé par l’actualité et le rôle du réalisateur est joué par le journaliste.

L’auditeur est sensible aux codes

Surtout lorsqu’il en a l’habitude. Il sera indirectement sensible à l’agencement de l’information : le fait-divers qui fait l’ouverture de votre journal ou la brève insolite qui le referme.  A contrario sur certaines radios, il comprendra que vous fassiez l’ouverture de votre flash avec l’annonce de la sortie prochaine d’un album d’une célébrité et que vous le refermiez avec un procès médiatique qui aurait pourtant fait la une sur une autre station. La hiérarchisation de l’information dépend de votre ligne éditoriale et du ton que vous souhaitez donner à l’actualité, tonalité qui répond au format de votre radio et donc, aux besoins, aux goûts, aux envies que ressent votre auditeur.

Donner de l’importance à une actualité

Mais hiérarchiser des informations dans un flash ou dans un journal ne veut pas forcément dire que vous ayez l’obligation de classer ces sujets invariablement, selon un ordre convenu à l’avance. Vous ne pouvez pas respecter systématiquement un agencement que vous auriez, une fois pour toutes, défini : ouvrir par un sujet politique, puis par un sujet économique, enchaîner par un sujet touristique et terminer par un sujet culturel ou sportif. La hiérarchisation n’est, par principe, jamais figée et elle doit toujours évoluer avec l’actualité que vous êtes amené à traiter sur votre antenne. Indirectement, la hiérarchisation des informations permet aussi de donner plus ou moins d’importance à une actualité. Ouvrir un journal par les préparatifs d’un festival (puis enchainer avec un sujet plus institutionnel ou politique) souligne l’importance que vous donnez à cette actualité parce que vous êtes, par exemple, partenaire ou parce que vous savez que ce festival catalysera et intéressera une très grande majorité de vos auditeurs.

7 critères influençant la hiérarchisation

La hiérarchisation des informations dans un flash ou un journal ne repose sur  aucune règle, aucune loi et sur aucune vérité. Rendre logique un conducteur d’un flash ou d’un journal est une affaire de feeling, de tact et de grande expérience notamment dans la connaissance de l’histoire de son entreprise, de son identité et, en particulier, de son orientation.

# L’impact
Plus la conséquence d’une information sera importante auprès de vos auditeurs, plus cette information se démarquera dans un flash ou un journal. Une grève des transports ou une alerte météo ont un impact dans le changement du comportement quotidien des auditeurs.

# La proximité
Lorsque l’information est "concernante", parce qu’elle intervient près des auditeurs (sur leur territoire) ou les intéressent parce qu’elle correspond à un sujet qui les passionne, elle suscite toujours une curiosité exagérée voire malsaine dans certains cas.

# L’émotion
La peur, la crainte, la honte, le dégoût, la colère… sont des émotions consécutives à certaines informations notamment un fait-divers, un bad-buzz, un attendant, les résultats d’une élection… déclenchent des, plus ou moins grandes, émotions chez vos auditeurs.

# Le bénéfice
La plus-value qu’apporte une information auprès de vos auditeurs qui vont, grâce à vous, réaliser un bénéfice (le rappel de la date d’envoi de la déclaration d’impôt, le début des soldes…). Le bénéfice, ainsi créé, est la conséquence logique du traitement de cette information.

# L’inhabituel
Tout ce qui est étonnant, anormal, bizarre, voire insolite et qui se produit brutalement sans que l’auditeur y soit préparé. La soudaineté (une arrestation, une décision de justice, un bouchon sur une autoroute…). L’inhabituel est devenu habituel dans les journaux…

# Le people
Voyeurisme, sensationnalisme, vie privée… (l’annonce d’un mariage, une naissance, un scandale ou encore la venue d’une star dans votre ville), cette information concerne toujours des célébrités ou des personnalités locales dont le patronyme renvoie à une notoriété.

Mettre en appétit

Une information qui répondra à l’un ou l’autre (ou simultanément à plusieurs) de ces critères devra connaitre un traitement prioritaire et sera idéalement placée en début d’un flash ou d’un journal. Il s’agit en effet de capter, dès le début de ce rendez-vous, l’attention de vos auditeurs et de d’encourager leur appétence. À la radio, on ne garde jamais le prioritaire (le meilleur) pour la fin, on offre toujours une surprise ou un insolite. Afin de démontrer son degré d’importance, ce genre d’information peut aussi faire l’objet d’un teasing, par exemple, avant le lancement d’un écran ou mieux d’être intégrée dans les titres, si vous optez pour ce type de déroulé. Un procédé identique à celui utilisé sur la une des quotidiens afin de convaincre l’auditeur de lire la suite, et donc à l’acheter.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Septembre 2018 - 09:18 Une progression d'audience de 26% pour Flash FM