La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio
La Lettre Pro de la Radio & des Médias

Le SNJ dénonce le licenciement de journalistes à Tendance Ouest Caen

Rédigé par le Mercredi 20 Mars 2019 à 08:18 | modifié le Mercredi 20 Mars 2019 à 08:35



La radio indépendante normande est au centre d'un vent de protestation après le licenciement de trois journalistes en quelques semaines. Le Syndicat des journalistes a pris la parole dans un communiqué très détaillé. La direction n'a pas souhaité faire de commentaires.


Tendance Ouest, station du groupe de presse "La Manche Libre" à Saint Lô.
Tendance Ouest, station du groupe de presse "La Manche Libre" à Saint Lô.

Un vent de protestation souffle sur les ondes normandes. Selon le SNJ (Syndicat National des Journalistes), Tendance Ouest (26 fréquences, 248 000 auditeurs/jour), station du groupe de presse "La Manche Libre" (Saint-Lô / Caen), vient de licencier pour cause réelle et sérieuse, coup sur coup, trois jeunes journalistes, souvent pour des "actes d'insubordination". Parmi les causes relevées, le premier aurait souhaiter "faire une demande de carte de presse. La direction de la station ne prétendait délivrer le "certificat employeur" nécessaire à l’obtention de la carte qu’à l’issue de sa période d’essai". Selon Étienne Escuer, l'un des journalistes licenciés, joint par La Lettre Pro de la Radio, "ce n'est pas dans les coutumes de l'entreprise de demander la carte de presse si rapidement. Alors qu'il couvrait une manifestation des "Gilets Jaunes" dans lesquelles le carte de presse était indispensable ".


Rappelons que le sésame est délivré par la Commission de la Carte des Journalistes Professionnels (CCIJP) si l'employé justifie une ancienneté, dans la profession, d'au moins trois mois. Théoriquement, l'employeur n'a pas son mot à dire. Toujours selon le Syndicat, "amené à couvrir les actes successifs des "Gilets Jaunes" sans carte de presse donc, ice jeune journaliste a été brutalisé par les forces de l’ordre. La direction lui fait grief d’avoir envisagé d'adresser une lettre de protestation au Préfet du Calvados sans lui avoir demandé la permission, tout en mettant en doute la réalité de l’agression".

Aucun commentaire de la direction

Deux autres journalistes ont été congédiés "parce qu’ils ont rédigé un courrier de soutien à leur collègue" ou encore d'avoir "voulu prêter main forte au reporter qui couvrait seul les affrontements entre "Gilets Jaunes" et forces de l'ordre le 5 janvier à Caen".
Selon l'un des journalistes licenciés, la rédaction de Caen a vu passer 11 journalistes en un an. "Le SNJ demande à la direction de renoncer à ces pratiques sociales nocives. Cela lui permettrait peut-être, qui sait, de mettre fin à l’effarant turnover déploré à la rédaction de Tendance Ouest Caen". Contacté par La Lettre Pro de la Radio, la direction de Tendance Ouest n'a pas souhaité faire de commentaires "concernant ces trois jeunes collaborateurs qui avaient rejoint l’entreprise depuis seulement quelques mois".


François QUAIREL
Journaliste médias à La Lettre Pro de la Radio et Le POD., coordinateur de la rédaction à Paris,... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).