La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

Les radios privées se tournent vers le Premier ministre

Rédigé par le Lundi 25 Mai 2020 à 08:01 | modifié le Jeudi 16 Juillet 2020 à 14:31



Ce que réclament les radios privées, c'est d'abord "une réponse claire de l’État afin de préserver, pour chaque acteur un financement suffisant, a minima durant la période de crise". Secouées par une baisse du chiffre d'affaires, les radios privées pointent également du doigt l’augmentation des ressources publicitaires de Radio France ...


Selon la Cour des Comptes, les ressources publicitaires de Radio France sont ainsi passées de 40.4 M€ en 2013 à 49.5 M€ en 2017 (+ 21%), en dépassant le plafond autorisé de 42 M€ par le COM : "Cette ponction du marché publicitaire radiophonique, irrespectueuse des textes en vigueur, était déjà largement contestable en ce qu’elle vient priver les radios commerciales d’une part non négligeable de ressources publicitaires qui représentent quasiment les seuls revenus de leur activité"

"Alors que les concours publics assurent à Radio France près de 90% de ses recettes, il nous paraît d’autant plus impensable de permettre, dans les conditions actuelles, une ponction par le secteur public du marché publicitaire, réduisant ainsi les ressources essentielles aux acteurs privés pour la continuité de leurs activités d’information, de divertissement, au plus proche des auditeurs, et mettant ainsi en péril leur avenir" explique les radios privées dans ce courrier adressé au Premier ministre. Des radios privées qui font face par ailleurs à une chute brutale de leurs revenus publicitaires, une baisse qui "impose à nos entreprises de prendre des mesures de restrictions budgétaires et pourrait rapidement menacer la viabilité-même de celles-ci".


Des ressources en baisse...

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, la radio traverse une crise inédite avec "des ressources qui ont plongé immédiatement en mars de 40 %, puis de 80 % en avril sans disposer d’aucune visibilité sur un éventuel retour à la normale puisque les perspectives en mai et juin restent très fortement négatives" rappellent les stations privées : "Le gouvernement ne peut laisser s’accroitre les asymétries entre les acteurs publics et privés au risque de voir disparaître une partie de ces derniers, qui contribuent efficacement au dynamisme des territoires et à la pluralité des expressions et de l’information dans notre pays".
En 2019, l’ensemble du marché publicitaire radiophonique s’élevait à 714 M€.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur