La Lettre Pro de la Radio & des Médias



Le SNRL en appelle au Ministre de la culture

Rédigé par le Lundi 12 Novembre 2018 à 07:17 | modifié le Lundi 12 Novembre 2018 à 07:17



Le Syndicat National des Radios Libres félicite Franck Riester pour sa nomination au Ministère de la Culture deux ans jour pour jour après une rencontre à
l'initiative du député, à propos de l'avenir du Fonds de Soutien à l'Expression radiophonique, de la radio numérique terrestre et du Centre National de la Musique.


Entre temps, le SNRL, membre du Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique, est devenue la première organisation patronale représentative en nombre d'entreprises adhérentes dans la "Convention Collective de la Radiodiffusion" ainsi que dans la Convention Collective des journalistes, devant les radios privées au poids économique plus important. Le syndicat rappelle au nouveau Ministre que la radiodiffusion associative, avec ses 680 entreprises de l'économie sociale, ses 2 600 salariés - dont 300 journalistes- et ses 20 000 bénévoles, exerce ses activités en complémentarité avec le service public et le secteur privé lucratif. Ce secteur de l'audiovisuel, "particulièrement innovant et créateur d'emplois pérennes" exploite plus de 15% des fréquences hertziennes de notre pays et passionne près de 2 millions d'auditrices et d'auditeurs.

Le syndicat indique au Ministre qu'il a proposé à la Direction Générale des Médias et des Industries Culturelles (DGMIC) la mise en place d'un groupe de travail afin d’étudier les moyens opérationnels nécessaires au développement des missions de communication sociale de proximité Il s'agit, selon le Président du syndicat, Emmanuel Boutterin, vice-président de l'Association Patronale de la Radiodiffusion, "d’appréhender et d’anticiper, les évolutions et les besoins du secteur de l'économie sociale de la radiodiffusion, résolument engagé dans la transition de la Radio Numérique Terrestre, acteur stable du paysage audiovisuel, réservoir d'emplois de qualité sur les territoires, vecteur de mobilité et de qualification dans la branche de la radiodiffusion".

Quatre revendications

Le SNRL souhaite, dans un courrier daté du 19 octobre, que Franck Riester confirme dans les actes son intérêt envers le secteur des radios locales, normé par l'article 29 de la Loi de 1986 sur la Liberté de la Communication. Il insiste notamment sur son rôle essentiel en faveur : de l'éducation aux médias et à la citoyenneté, dans laquelle les radios ont pris une place pionnière au travers d'un accord-cadre en cours avec le Ministère de l’Éducation Nationale ; du financement des radios associatives par le FSER et son évolution, qui a fait l'objet d'audits dans le cadre de la mission Tomaszewski-Hamelin ; de la création de la "maison commune" de la filière musicale , à laquelle le syndicat a travaillé d'abord avec Frédéric Mitterrand, puis au sein de la Mission Bruckert, avec l' engagement que la radiodiffusion en devienne une vraie partie prenante ;  de la place de l'audiovisuel privé dans la Commission de la Carte Professionnelle des Journalistes (CCIJP), le SNRL étant la seule organisation professionnelle de l’Audiovisuel à être représentative dans la branche des journalistes.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >