Ce que le DAB+ national va vraiment changer

Rédigé par le Lundi 22 Octobre 2018 à 06:45 | modifié le Lundi 22 Octobre 2018 à 06:45



L'appel à candidatures pour deux multiplex nationaux est en cours, avec à la clé jusqu’à 26 nouvelles radios à diffusion nationale. Une petite révolution à venir pour le paysage radiophonique, avec notamment un changement total de l’expérience utilisateur en mobilité. Et également des répercutions certaines pour les radios en région, alors que 15 zones locales sont simultanément en appel.



Hormis la quantité de programmes et la qualité du son, la vraie valeur ajoutée du DAB+ réside dans la possibilité d’écouter en mobilité un même programme sur de longs trajets sans discontinuité. Aujourd’hui en effet, en effectuant un trajet autoroutier de plusieurs centaines de kilomètres, l’auditeur souhaitant écouter un seul programme FM sans avoir à zapper n’a quasiment pour choix que le 107.7 de sa radio d’autoroute. Il dispose également des 4 grosses radios de Radio France (Inter, Musique, Culture, Info) qui, grâce à un maillage FM très serré, permettent de garder le signal sur à peu près la totalité du trajet avec le RDS. 5 petits programmes, donc. Les autres réseaux privés, eux, ont forcément des zones d’ombre sur la route.
 

Source : K-plug pour le projet Rplus
Source : K-plug pour le projet Rplus
Une étude réalisée l’année dernière par l’entreprise K-plug pour le projet de multiplex national Rplus avait révélé qu’en moyenne sur un trajet Paris-Lyon, le nombre de radios nationales disponibles en FM était de 18. Pas si mal, certes, mais cette moyenne est l’arbre qui cache la forêt. En effet, sur le long du trajet, le nombre de stations disponibles tombe six fois en dessous de 10, et même trois fois à moins de 5, dans les zones les plus rurales. Un vrai souci pour l’un des axes routiers les plus fréquentés de France.

Source : K-plug pour le projet Rplus
Source : K-plug pour le projet Rplus
D’autre part, ces zones d’ombre n’étant pas les mêmes d’un réseau à l’autre (Skyrock a les siennes, et Fun Radio en a d’autres, par exemple), la FM ne permet effectivement pas à un auditeur d’écouter un même programme national tout au long de son trajet, hormis encore une fois le 107.7 et Radio France. La conséquence d’un spectre FM limité et de la constitution anarchique et morcelée des différents réseaux dans les années 80 et 90. Au final, la FM en mobilité est un vrai encouragement à basculer sur Spotify ou sur des podcasts pré-téléchargés… Pas encourageant pour le futur de la radio alors que les nouveaux usages numériques se multiplient.
Le DAB répond à cette problématique essentielle en offrant la possibilité d’installer autant d’émetteurs que nécessaire tout le long du trajet, sans risque de brouillage d’une zone à l’autre. 26 radios disponibles de manière ininterrompue, une vraie révolution.

Des impacts en région

Statut actuel du déploiement du DAB+ en France
Statut actuel du déploiement du DAB+ en France
On peut imaginer que les 26 radios sélectionnées en national draineront les automobilistes vers le DAB+ plutôt que la FM. Un basculement de « bande », comme on aurait dit à l’époque où les grandes ondes côtoyaient encore la FM sur les autoradios. Ce nouveau flux d’auditeurs sur le DAB+ représente donc aussi une vraie opportunité pour les radios régionales qui auront postulé en local car elles s’afficheront à côté de ces locomotives de l’audience radio. Ces régionales seront d’ailleurs elles aussi bien servies en terme de couverture car les zones locales proposées par le CSA sont relativement étendues et permettront de couvrir les trajets du quotidien pour aller au travail.

Plus que deux semaines pour postuler en région

Les radios sont invitées à postuler sur 15 zones locales d’ici le 7 novembre (et sur 15 autres zones l’année prochaine). En national, les réseaux ont deux semaines de plus pour se prononcer, jusqu’au 21 novembre. Un alignement de calendrier très opportun donc, puisque les intérêts à l’échelle nationale se combineront à ceux en région. Alors, qui prendra le train du DAB+ ? Réponse d’ici quelques mois.


Olivier Oddou
Olivier Oddou est le co-fondateur et directeur du site SchooP.fr qui retrace 35 ans d'histoire de... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Jerome le 27/10/2018 08:20
l'appel à candidatures national porte sur 12 + 12 radios, soit 24 et non 26.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).