La Lettre Pro de la Radio & des Médias



Pub : un marché quasiment stable sur les 9 premiers mois de l’année

Rédigé par le Jeudi 29 Novembre 2018 à 14:30 | modifié le Jeudi 29 Novembre 2018 à 14:30



Selon France Pub, et pour l’ensemble des trois trimestres 2018, les recettes nettes des médias sur le périmètre observé par l’IREP qui n’intègre pas Internet sur la période (télévision, cinéma, radio, presse, publicité extérieure, courrier publicitaire, Isa) s’élèvent à 5.766 milliards d’euros, en baisse de -0.9% par rapport aux 3 trimestres 2017.



Globalement, on assiste à une sensible amélioration des recettes nettes par rapport aux trois premiers trimestres 2017 qui affichaient une baisse de -3.2% vs 2016. Trois médias sont en croissance sur la période en 2018. D'abord, la télévision qui confirme son dynamisme à +2.3%, grâce notamment à la belle performance du parrainage à +33.7% et à la bonne tenue de l’espace classique à +0.2%, un résultat qui prend en compte l’effet moteur de la Coupe du Monde. Ensuite, la radio qui montre une bonne vitalité à +1.3% sur ces 3 trimestres (-4.2% en 2017). Enfin, La publicité extérieure (OOH) qui affiche un résultat positif à +0.8% (-3.9% en 2017) soutenu par la forte progression du digital (DOOH) à +12.4%.

Ailleurs, la baisse reste sensible

La presse, dans sa globalité, continue de décroitre de -6.4% (versus -7.4% en 2017). Cependant les baisses sont moins accentuées sur l’ensemble des segments (PQN, PQR, PHR, presse magazine et presse gratuite) qu’en 2017. Le cinéma, sujet à de fortes variations, se rétracte à -4.6%.(versus +11.7% en 2017) Le courrier publicitaire baisse de -3.8% (versus -7.3% en 2017) et les Isa de -0.5% (vs +2.8% en 2017).
D’un point de vue sectoriel, la distribution reste la 1ère source de revenus du marché avec 16% des investissements malgré un ralentissement davantage lié à un effet de base, car ce marché enregistrait une forte croissance l’an dernier à la même période à +7.2%. Dans ce contexte, on observe un dynamisme plus marqué pour les enseignes spécialisées (+2.4%) que pour les enseignes généralistes (+0,2%).

2018 : année de la stabilité

Le marché global de la communication poursuit sa reconquête, avec une estimation totale à +2.5%, qui est légèrement supérieure aux premières estimations. Dans ce contexte, ces chiffres confirment notre hypothèse que le marché de la communication reflète bien la croissance économique française, également à +2.5 % (PIB). Cette croissance s’explique toujours par le dynamisme des médias numériques à +15,1%, et plus particulièrement par celui des médias propriétaires numériques qui continuent leur croissance à +20%. Pour rappel, ce segment, mesuré depuis cinq ans, comprend les budgets supportés par les directions de la communication pour la création de sites et d’applis, la gestion, l’analyse et l’exploitation des bases de données, ainsi que la création de contenus et l’animation des réseaux sociaux.
Les cinq médias (presse, télévision, radio, publicité extérieure, cinéma) ainsi que les autres leviers de communication retrouvent l’équilibre avec une évolution étale ou proche de 0%, une année 2018 qui s’annonce donc sous le signe de la stabilité.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).