Le SIRTI met (déjà) la pression sur le nouveau ministre de la Culture

Rédigé par le Mardi 16 Octobre 2018 à 17:17 | modifié le Mardi 16 Octobre 2018 à 17:41



Le syndicat des radios indépendantes s'est félicité de la nomination de Franck Riester dans un communiqué, dans un contexte de réforme de l'audiovisuel dans laquelle il demande une refonte du cadre juridique du secteur.


Ce document de 40 pages a été présenté à la commission parlementaire fin mai.
Ce document de 40 pages a été présenté à la commission parlementaire fin mai.

Les radios indépendantes s'enthousiasment de la nomination d'un nouveau Ministre dans le contexte de grande réforme en préparation. Dans un communiqué, le SIRTI "accueille avec satisfaction la nomination de Franck Riester au poste de Ministre de la Culture. Son expérience du monde des médias et de la création, dans un contexte de refonte du cadre juridique du secteur audiovisuel, en font un interlocuteur averti avec lequel le SIRTI espère pouvoir rapidement poursuivre les travaux amorcés ces derniers mois."
Le syndicat présidé par Alain Liberty rappelle qu'il "porte des propositions concrètes pour l’avenir de la radio, prenant en compte la transformation de son univers et l’émergence du numérique. Si plusieurs de ces idées fortes ont trouvé un écho favorable auprès des pouvoirs publics, notamment du CSA et de la mission d’information pour une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère du numérique pilotée par les députés Pierre-Yves Bournazel et Aurore Bergé, il est important de poursuivre les actions engagées."

Engager un dialogue constructif

Dans ce sens, le SIRTI appelle le Ministre à se saisir dans les prochaines semaines :
"La sécurisation du financement des radios commerciales privées, assuré exclusivement par la publicité, sans aucune subvention publique. En ce sens, le SIRTI est fortement opposé aux demandes d’ouverture du secteur de la distribution en faveur de la télévision. Le SIRTI est également très vigilant à l’autorisation éventuelle de la publicité segmentée sur ce média. De telles mesures n’entraîneraient que des transferts de valeur au profit de la télévision, sans en créer de nouvelles, au détriment de la radio, de la presse et de l’affichage. 
La transition numérique de la radio, nécessitant notamment l’accélération du déploiement du DAB+ (radio numérique terrestre), avec un engagement plus important des pouvoirs publics en faveur de la défense d’une diffusion « broadcast » de la radio. Le rétablissement d’une plus juste concurrence entre les radios et les acteurs numériques dans la diffusion des contenus musicaux, notamment par l’adaptation du dispositif des quotas francophones aux nouvelles réalités numériques
".
Le SIRTI, premier syndicat de la branche professionnelle de la radiodiffusion et ses 169 radios adhérentes, indépendantes, régionales, locales et thématiques, "se tiennent à la disposition du nouveau Ministre pour engager un dialogue constructif et mettre en œuvre ces orientations structurantes pour l’avenir du secteur".


François QUAIREL
Journaliste médias à La Lettre Pro de la Radio, coordinateur de la rédaction à Paris, diplômé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 09:37 4 423 000 auditeurs pour franceinfo