La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio


HS Régies Pub - 2021, plus que jamais l'année du développement de l’audio

Rédigé par le Jeudi 4 Février 2021 à 13:35 | modifié le Jeudi 4 Février 2021 à 13:35



Le Club des Annonceurs est le premier think tank d’innovation des dirigeants de marques en France. Depuis 30 ans, Le Club impulse une dynamique d’agitateur dans son écosystème et fédère en proximité individuelle les dirigeants de marques. Think tank créatif, il éclaire et décrypte les mutations métiers pour faire des marques des leviers d’engagement et d’efficacité. Il aide les annonceurs à trouver leurs repères. Présentation et décryptage avec Karine Tisserand, directrice générale du Club.


"La crise actuelle va inscrire ses impacts dans une échelle de temps assez longue" affirme Karine Tisserand, directrice générale du Club des Annonceurs.
"La crise actuelle va inscrire ses impacts dans une échelle de temps assez longue" affirme Karine Tisserand, directrice générale du Club des Annonceurs.
LLPR - Qui sont les adhérents du Club des Annonceurs ?
KT -
La variété et la diversité de nos adhérents en font sa richesse à taille humaine, avec une communauté de brand leaders, makers et transformers issus d’entreprises du CAC 40 et de PME, de tous secteurs d’activité. Nous avons plaisir à les connecter et les accompagner à travers des conférences et manifestations uniques et directement utiles dans leurs missions professionnelles à travers quatre piliers : impulsion - inspiration - interactivité - influence, au cœur de notre activité.

LLPR - Quelle est votre force de frappe aujourd’hui ?
KT -
Nous avons deux grands actifs à forte valeur ajoutée, qui nous distinguent au sein de notre écosystème. Premièrement, notre état d’esprit et nos valeurs d’inspiration, de partage et d’entraide : ils font partie de notre ADN et correspondent à ce que nos membres recherchent : un club à taille humaine, dynamique et visionnaire. La crise actuelle nous a reconfirmé la modernité de notre raison d’être au sein de notre écosystème. Deuxièmement, notre capacité à anticiper et à adapter notre proposition de valeur pour rester en adéquation avec les nouveaux besoins de nos membres.

Notre résilience et notre agilité ne sont plus à prouver, notre offre socle évolue et s’adapte constamment pour suivre les évolutions métiers de nos adhérents et du marché : sourcing de contenus utiles et inspirants sélectifs, formats adaptés aux échanges sans langue de bois, partenariats d’activité avec un lieu d’exception à disposition de nos membres, accompagnement soft skills et mentoring de start-up et d’étudiants…
"Rejoindre le Club, c’est faire un choix de se concentrer sur l’humain et la montée en compétences par l’entraide entre pairs experts." Karine Tisserand


LLPR - Quel bilan tirez-vous de l’année 2020, année de crise sanitaire ? Les budgets ont-ils été rebattus ?
KT - La communauté annonceurs a été bien évidemment plus contrainte dans ses activités. Les budgets étant souvent indexés à la capacité de chaque entreprise à produire et à être profitable, peu de secteurs ont été épargnés au global. Les cartes rebattues pour 2021. Cependant, on a vu aussi nombre de marques tirer leur épingle du jeu avec la bonne offre au bon moment pour les plus agiles et se voir accéder à une offre média jusqu’ici inaccessible. Pour les plus grandes, les secteurs plus épargnés, comme la protection, santé, domicile, la digital economy, l’alimentation, ont aussi révisé leurs stratégies de communication.
 
LLPR - Avec la crise, la communication des annonceurs a-t-elle profondément changé ?
KT -
Si l’on découpe la période, en mars/avril, nous avons constaté un arrêt des communications commerciales aux promotions agressives pour laisser place à de la réassurance avec une communication plus corporate. Les RP et les leviers digitaux d’influence ont été privilégiés versus l’avant-Covid. En mai et l'été, un retour à une communication plus "real life", dans le quotidien Covid-19 des gens, locale et orientée sur l’essentialité, le lien social, l’entraide. Avec en prime de nouveaux annonceurs en TV et radio sur les marques de solutions digitales. Enfin, à la rentrée de septembre jusqu'à la fin d’année, une vague de communications sur les engagements RSE des entreprises et en même temps un certain retour aux promotions commerciales.

LLPR - Le digital prend-il de plus en plus d’importance ?
KT -
Dans notre étude "The Brand Immersion 5 sur les Nouvelles Mouvances de Territoires", on a pu relever, à partir des données de notre partenaire Kantar Insights, que la crise a en effet accéléré les investissements digitaux, mais que les publicités offline sont finalement bien mieux perçues que les publicités online par les consommateurs. Et ce, sur les critères de confiance, de pertinence, de fun et de qualité notamment. À l’inverse, les publicités online sont jugées plus ennuyeuses, intrusives, et trop nombreuses. Certains formats online sont mieux perçus, comme le "branded content" des influenceurs ou les publicités dans les podcasts.

LLPR - Selon vous, quelles sont les perspectives pour cette année 2021 ?
KT -
La crise actuelle va inscrire ses impacts dans une échelle de temps assez longue. De nouvelles habitudes nées de la crise s’ancrent dans nos modes de vie, comme le mode slow life, le sans contact, le repli apprécié sur la vie "in house"… Cela semble offrir des opportunités pour le développement de l’audio au sens large (radio, audio digital, podcast et enceintes connectées). Au-delà de ses forces de média d’information et de divertissement, les nouvelles aspirations consommateurs face aux marques portent sur l’authenticité, la pédagogie, l’interactivité et le serviciel.

L’audio, la voix, l’identité sonore restent des leviers d’expérience de marque clés pour répondre à ces attentes, qui plus est dans cette période de saturation du "tout digital", de trop d’attention mobilisée sur les écrans visuels. Autres tendances qui se confirment, c’est l’adoption des offres d’abonnements versus la possession, la croissance de consommation de contenus "on demand" et l’adoption du replay plus massif, et ce, même par les cibles plus âgées. L’innovation audio avec la solution Radioplayer semble prometteuse pour répondre à une offre French Tech sur ces aspects.

Contact

Le Club des Annonceurs
18 rue de Londres
75009 Paris
Web : LeClubDesAnnonceurs.com


Christophe Bordet
Journaliste et co-fondateur de la société de production, Bass&FastProdution. (Evènements... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Juillet 2021 - 06:50 La publicité numérique en forte croissance