D'ici 2019, les 2/3 du territoire français seront couverts par la RNT

Vendredi 12 Janvier 2018



Membre du CSA, Nicolas Curien était l’invité du 10h-12h de Sud Radio ce jeudi pour évoquer le plan du CSA d’équiper progressivement le territoire français du réseau RNT (Radio Numérique Terrestre). ""En France, on est tardifs mais pas en retard, ou en tout cas pas trop tard" a assuré Nicolas Curien au micro de Sud Radio.


Nicolas Curien, hier matin, sur Sud Radio, évoquant la Radio Numérique Terrestre © Sud Radio
Nicolas Curien, hier matin, sur Sud Radio, évoquant la Radio Numérique Terrestre © Sud Radio

"La Radio Numérique Terrestre (RNT), c’est la radio par les ondes, comme la FM, mais en mode numérique. C’est une version moderne de la FM qui peut se déployer de façon complémentaire et qui apporte à l’auditeur un confort, une meilleure qualité de son, la possibilité d’avoir des services associés au son, et une meilleure qualité d’écoute en mobilité (on peut suivre la radio sans changer de fréquence quand on est en voiture, par exemple)" a expliqué Nicolas Curien, membre du CSA et invité du 10h-12h de Sud Radio ce jeudi, au micro de Valérie Expert sur Sud Radio.

"La réorientation pour laquelle nous avons opté est de faire un déploiement essentiellement sur les zones les plus denses, les plus rentables, et pour lesquelles il y a des opérateurs de radio solvables qui peuvent payer leur coût de diffusion et qui peuvent patienter quelques années avant de rentabiliser leur investissement" a celui qui porte le dossier Radio au CSA, réaffirmant que les deux tiers du territoire français seraient couverts "d'ici 2019".


"On est à la traîne"

"En France, on est tardifs mais pas en retard, ou en tout cas pas trop tard. L’Angleterre et l’Allemagne ont un territoire couvert en RNT, mais l’écoute numérique est d’environ 30% en Allemagne et 50% en Angleterre. Le système a une certaine inertie. Pour que ça marche, il ne suffit pas que le CSA donne les fréquences. Il faut encore que les opérateurs déploient et installent les émetteurs (et ça prend du temps), il faut que les constructeurs de radio aient installé les nouvelles puces, et il faut que les usagers soient équipés. (…) On est à la traîne parce qu’on a d’abord voulu explorer une idée qui est généreuse mais qui s’est révélée utopiste : avoir un déploiement homogène sur tout le territoire", a-t-il assuré au micro de Sud Radio.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 19 Janvier 2018 - 09:00 RFE Broadcast au Salon de la Radio