Un mal bien français

La saison est lancée. Cette fois-ci, elle est d’ailleurs réellement lancée après quelques adaptations, toujours, nécessaires des premières journées. Des adaptations qui sont pourtant considérées par certains comme étant de véritables séismes. Qu’ils se rassurent, les Cassandre de tous poils auront d’autant plus de pain sur la planche le 15 novembre prochain avec la parution de la première 126 000 Radio de la saison. On aiguise déjà les langues et les claviers. À ce propos, les radios de Lagardère Active doivent s’y préparer, car s’il existe un mal bien français, c’est celui de dézinguer le travail des autres. Tout le monde sait dans le landerneau de la radio que, si Europe 1 traverse une mauvaise passe depuis plusieurs mois, ce n’est pas grâce, ou à cause, de ce sondage de rentrée qu’elle va se refaire la cerise. La veille, Guimier et consorts auront donc tout intérêt à aller brûler un cierge et à faire quelques incantations pour mieux absorber, le lendemain, les réflexions des fins connaisseurs. La dézinguerie ambiante, qui va souvent de pair avec la crétinerie, ne s’arrête pas là. Combien d’efforts, d’abnégation, de patience et autres vertus cardinales, il aura fallu aux Sages du CSA pour parvenir à imposer le début d’un déploiement du DAB+ en France alors que presque l’ensemble de nos voisins européens nous a depuis longtemps atomisés dans ce domaine. Là aussi, les Cassandre ont usé, depuis plusieurs années, de tous les stratagèmes les plus fumeux pour tenter de noyer le poisson et défendre leur pré carré. Alors, on ne va pas citer de noms, parce que ce n’est pas le genre de la maison, mais franchement… Ceux qui ont défendu la libéralisation des ondes en 1981 et qui, depuis des années, ont usé de tous les moyens perfides pour retarder, voire empêcher, le déploiement du DAB+, on sait ce que l’on va leur offrir à Noël : un beau miroir !

Brulhatour
 

Vox'M veut améliorer l'interaction à la radio

INTERACTIONS



Lundi 14 Mai 2018


Et si la voix reprenait ses droits dans les échanges entre la radio et ses auditeurs ? C’est le pari d’une jeune entreprise. Vox’M veut donner de la voix partout où cela est possible et notamment via les réseaux sociaux...




 
En janvier dernier, Franck Lecoq et Bruno Seguin de Vox'M ont remporté le Prix du Service de l'année au Salon de la Radio.
En janvier dernier, Franck Lecoq et Bruno Seguin de Vox'M ont remporté le Prix du Service de l'année au Salon de la Radio.

Pourrait-on parler naturellement et simplement pour interagir avec nos médias ? "La richesse est dans l’échange, la voix capte l’émotion, elle est favorable aux relations humaines et bénéfique au quotidien des individus. Ainsi, mêlant cette réflexion à notre passion, nous avons créé Vox’M", rappelle Franck Lecoq, le cofondateur de l’entreprise. Cet outil, qui est loin d’être un gadget, est destiné à toutes les radios, petites ou grandes qui souhaitent offrir une nouvelle possibilité d’interaction à leur public. Au public qui souhaite devenir acteur à part entière de ses émissions en tant que témoin, participant à des sondages, à des jeux… "plus généralement à la vie de leur radio", précise Franck Lecoq. "Globalement, pour nous, c’est la conquête d'un nouveau public par la proximité."

 

Comment fonctionne Vox'M ?

Vox’M offre aux radios une interaction directe avec leur public. Concrètement, au cours des émissions diffusées sur les radios, les questions posées en direct par l’animateur ou par le journaliste sont relayées sur l’application Vox’M et le public connecté peut répondre spontanément par la voix : "Les organisateurs d'événements, en amont et en aval de leur manifestation, peuvent aussi récolter les avis et enthousiasmes des participants." Via la plateforme Vox’M, le média peut désormais entendre directement la voix de son public et installer un dialogue. En posant des questions et en collectant les réponses ou témoignages en quasi-instantanéité, le média réagit en direct et fait participer son public au fil de l'émission. Les enregistrements collectés sont exploités facilement, via une plateforme web qui permet une retranscription écrite des messages. "Grâce à notre innovation technologique, nous traitons plus d’un million d’échanges en moins d’une minute, ce qui installe au cœur des émissions une réelle dynamique de dialogue", souligne Franck Lecoq.
 " Grâce à notre innovation technologique,
 nous traitons plus d’un million d’échanges
en moins d’une minute”

Paramétrage et formation

Côté média, une plateforme web permet de piloter l’ensemble des interactions directes ou différées. Après un paramétrage du compte et une formation, les animateurs pourront créer des émissions en quelques clics. Un mode démo permet également à la radio de tester des pilotes. Et pour les utilisateurs, plusieurs accès s’ouvrent au public : applications mobiles Vox’M (Android et IOS), widgets personnalisables, modules interactifs ou applications dédiées en marque blanche fournis aux radios. Reste qu’il faut motiver l’auditeur à s’approprier Vox’M : "Nous faisons confiance aux radios, elles sont les premières concernées pour encourager les auditeurs à dialoguer et les inciter à participer", conclut avec enthousiasme Franck Lecoq.

Pour tester…

Le service est disponible par abonnement à partir de 79 € par mois et peut varier en fonction des options et volume de messages traités. Par ailleurs, Vox’M peut à présent ouvrir des comptes démo aux radios qui pourront tester le service et se former à son utilisation, avant son ouverture au public.

Contact

Vox'M
1 avenue du Champ de Mars
45100 Orléans
Tél. : 02 38 69 80 93
site : voxm.live
Mail : franck.lecoq@voxm.live
 
Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Mai 2018 - 11:09 Les pros parlent de La Lettre

Lundi 14 Mai 2018 - 11:09 Pas de pétrole, mais des idées !