La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio


Total Remote : Jeu des 1000 € : 62 ans de mobilité

Rédigé par le Mardi 13 Octobre 2020 à 08:35 | modifié le Mardi 13 Octobre 2020 à 08:34



C’est le plus ancien jeu radiophonique de l’Hexagone. Depuis sa création en 1958, sa réputation n’a jamais été démentie. Le Jeu des 1000 € a changé plusieurs fois de nom au cours de son histoire et peut sans doute se targuer d’avoir fait plusieurs fois le tour de France. Une commune par semaine… en toute mobilité.



À quai depuis le début du confinement, Nicolas Stoufflet s’impatiente : "Cela fait plus de trois mois que je ne bouge plus et que nous rediffusons. En principe, je suis une semaine sur le terrain et trois semaines à Paris. Je pars six jours de suite, du lundi au samedi, pour réaliser six séries d’enregistrements dans trois départements limitrophes. Il faut refaire la valise tous les matins." À 59 ans, Nicolas Stoufflet est aux commandes du Jeu des 1000 € depuis douze ans déjà. Héritier d’Henri Kubnick, Roger Lanzac, Lucien Jeunesse et Louis Bozon, il estime avoir déjà visité plus d’un millier de communes.

"Il y a ce contact direct avec le public (300 personnes en moyenne, NDRL), ces accents : c’est le jeu de la France dans sa diversité. Mais ce n’est pas qu’une émission de radio, c’est un investissement. On déjeune avec le maire, on visite la commune… Je représente France Inter : j’essaie de me tenir correctement !"


Le rendez-vous de 18h30

Dans sa valise, Nicolas Stoufflet emporte avec lui trois autres personnes. "C’est une toute petite équipe : il y a deux techniciens qui partent de la Maison de la Radio en utilitaire, avec le matériel, et Yann Pailleret, notre réalisateur. C’est lui qui joue du métallophone sur scène, pendant que les candidats réfléchissent. Ensemble, on va de salle des fêtes en salle polyvalente." L’enregistrement débute à 18h30. Quant aux moyens techniques utilisés pour produire l’émission : "Ils sont assez légers puisque nous ne sommes pas en direct, explique l’animateur. Nous n’avons pas besoin de paraboles ni de liaisons. En revanche, la prouesse technique est de s’adapter au lieu où l’on se trouve. Que ce soit dans une salle des fêtes ou dans un château, les techniciens vont tout faire pour que ça sonne bien. Ce n’est pas un son studio ni aseptisé… On m’a déjà demandé si ce n’était pas gênant d’avoir un bébé qui pleure dans la salle. Eh bien non ! C’est l’ambiance du jeu. C’est un enregistrement simple mais efficace, sans le côté show-biz. C’est naturel, on vient chez vous !"

Un jeu nomade

"Le Jeu des 1000 € est une émission portable et transportable. C’est un concept nomade et adaptable à toutes les situations. On retient toujours les moments où ça n’a pas marché. Un jour, dans les Pyrénées, nous avons été bloqués par une tempête de neige. Ça a duré deux jours et nous n’avons pas pu enregistrer le lendemain, se souvient Nicolas Stoufflet. Un autre jour, on était dans le Sud, à Villeneuve… Mais il y a beaucoup de Villeneuve en France ! Bref, nous n’étions pas dans la bonne commune qui se trouvait à 1h30 de là. On est arrivés en sueur, mais à temps. Nous avons aussi pu enregistrer dans la rade de Toulon, avec des militaires, sur un bateau. À New York aussi, avec la communauté française, en lisière de Central Park. C’est un jeu que l’on peut faire absolument partout !" S’il a déjà fait voyager son émission sur l’île de La Réunion, Nicolas Stoufflet rêve encore de dépaysement. L’animateur rêve de se rendre en Martinique et en Guadeloupe. "J’aimerais beaucoup aller à Saint-Pierre-et-Miquelon. Je serais ravi d’aller dans ce territoire un peu oublié de l’Atlantique Nord et où on écoute France Inter !"
"Restons bien accrochés aux territoires !"

Bio Express

Alors qu’il étudie le droit, Nicolas Stoufflet rêve déjà de radio. C’est une passion de jeunesse dont il fait son métier à partir de 1983 lorsqu’il entre chez Radio France à Clermont-Ferrand, dans sa région natale. Trois ans plus tard, il rejoint RMC à Monaco puis "monte" à Paris en 1989. Il anime l’antenne de Nostalgie pendant une saison, mais rêve de plus de micro. Il retourne donc à Radio France, sur RFI, puis sur Radio Bleu, la radio des plus de 60 ans qui diffusait en ondes moyennes. De remplacement d’été en remplacement d’été, il se fait une place sur France Inter, d’abord en présentant la petite matinale de 1996 à 2008, puis en succédant à Louis Bozon à la tête du Jeu des 1000 €. Il aime ce jeu, mais ne cache pas son envie d'animer une émission avec une bande, sur base de culture générale et de bonne humeur.

Contact

France Inter
116 avenue du Président Kennedy
75220 Paris Cedex 16
Tél. : 01 56 40 22 22
franceinter.fr



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Octobre 2020 - 07:40 Lawo au doigt et à l’œil