La Lettre Pro de la Radio & des Médias



Stingray rachète 101 radios au Canada. Révolutionnaire ?

Rédigé par le Mardi 22 Mai 2018 à 07:40 | modifié le Mardi 22 Mai 2018 à 19:49



Au Canada, Stingray a annoncé ce mercredi l’acquisition de Newfoundland Capital Corporation Limited, l’un des plus importants radiodiffuseurs canadiens, qui détient 101 radios locales dans sept provinces canadiennes, 82 radios sur la bande FM et 19 sur la bande AM. Il emploie environ 800 personnes.



La transaction fait de Stingray la plus grande entreprise de médias indépendante au Canada. Du même coup, elle deviendrait le deuxième plus grand groupe radiophonique privé et le troisième concernant le montant des revenus au Canada. Stingray était jusque là un groupe, proposant au Canada et aux Etats Unis, un service payant pour l'écoute des centaines de radios numériques, sans publicité. Stingray propose aussi sur le même principe des chaînes de télévision spécialisées. On connaît cette marque en Europe puisqu’elle propulse, depuis les Pays-Bas, quatre chaines de télévision, Stingray Brava, Stingray Djazz, Stingray iConcerts et Stingray Lite TV, disponibles en France sur le bouquet Canal.

Pour certains, c'est le signal que la radio va mal aux USA et au Canada. Deux des trois plus grands groupes de radios américaines sont en difficultés financières. En tout cas, cela prouve que si une société de streaming se permet de racheter des radios hertziennes, c'est qu'elles conservent un certain intérêt. 

Une évolution symptomatique

À noter un parallèle avec la chaine française Mezzo puisque le service Stingray Music a eu dans son capital Radio-Canada, le service public canadien, qui avait d’abord lancé son propre service, puis fusionné avec celui de Stingray puis encore revendu ses parts. En France, Mezzo a eu à peu près le même parcours, mais France Télévisions est encore dans son capital (40%).
Pour les français, ce changement ne semble pas très intéressant mais il est significatif de gros bouleversements dans le marché de la musique diffusée. Pour résumer, un service de radios numériques indépendant, dont on n’a pas trop d’équivalent en France, qui rachète des radios hertziennes. Une évolution symptomatique.


Serge Surpin
Journaliste spécialisé média, photographe et ancien Co-créateur de Satellifax. Gérant de SatMag.... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Décembre 2018 - 10:00 Radio France s'engage en faveur de la diversité

Lundi 17 Décembre 2018 - 08:40 Inscrivez-vous aux Jeunes Talents de la Radio