La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio

Tout est encore possible

Plus de place pour les podcasts, c’est forcément moins de place pour la radio. Dans une société qui avance au pas cadencé et dans laquelle chacun est de plus en plus sollicité, frisant souvent la saturation temporelle et le bombardement sensoriel, le podcast tente de se faire une place et de convaincre l’auditeur de lui accorder son attention. Ce n’est pas simple.
Dans un univers pourtant ultraconcurrentiel, les podcasts, qui parviennent à générer de l’audience, sont souvent ceux qui utilisent ce que la radio a depuis longtemps abandonné : la voix, l’intelligence, des formats plus longs, des sujets atypiques et une façon de fabriquer qui faisaient, ensemble, la force de la radio à la grande époque de la FM. Le succès naissant du podcast, c’est un peu la défaite de la radio qui n’ose plus prendre de risques. C’est dommage.
Dans quelques jours, à l’occasion de la première publication de la 126 000 Radio de cette saison, il ne faudra pas s’attendre à d’éclatants résultats… L’arrivée d’internet, la multiplicité des flux et des contenus ont profondément bouleversé la radio et morcelé l’audience. Maintenir la tête hors de l’eau, c’est déjà réussir un âpre combat, face à des vents contraires dont la force ne peut que monter en puissance.
C’est pour cela que l’équipe des Éditions HF poursuit son tour de France dans le cadre du RadioTour pour prendre le pouls de l’industrie, provoquer le débat et faire naître la réflexion. Hier à Nantes, Bordeaux, Lyon, Marseille… et demain à Lille, Toulouse et Paris, ville où se terminera ce périple dans le cadre du 16e Salon de la Radio et de l’Audio Digital, les 23, 24 et 25 janvier 2020.
Dans ce 116e numéro de La Lettre Pro de la Radio, et à travers un dossier fouillé et fourni, nous nous sommes intéressés à la radio du Nord : diversifiée et créative avec 106 stations qui se partagent 329 fréquences FM. Une radio qui est aussi à l’avant-garde avec une réelle volonté de s’approprier le DAB+. Dans les Hauts-de-France, notre radio enregistre 78,6% d’audience cumulée et une durée d’écoute qui est la plus forte de France : 2h59.
Voilà de quoi vous convaincre que tout est encore possible.

Philippe Chapot
 


Retour sur 4 ans d'HyperTop

Analyse



Lundi 14 Mai 2018


L’HyperTop France mesure tous les mois la notoriété, l’agrément ou l’usure des 30 titres les plus entendus à la radio au cours de la semaine précédente, d’après la pige Muzicast de Yacast qui attribue à chaque passage radio d’un titre son audience Médiamétrie. Chaque mois, ce sont 300 auditeurs réguliers de radio musicale, de 15 à 49 ans, qui donnent leur avis sur la base d’extraits musicaux des tubes du moment. Précisons que les sondés sont renouvelés entièrement d’une vague à l’autre.




 

En moyenne, un titre entre pour 11 semaines dans l’HyperTop, et il apparaît 2,6 fois dans le classement. Sur les 4 années écoulées, le record de longévité est détenu par Something just like this (Chainsmokers/Coldplay) qui s’est maintenu plus de 6 mois, dans 7 HyperTop successifs, d’avril à octobre 2017. Parti de la 20e position en avril, il a grimpé jusqu’à la 3e place du podium en août. De l’autre côté des Pyrénées, on trouve encore plus fort : le record est détenu par Shape of you (Ed Sheeran) qui a tenu 11 mois, de février à décembre 2017, dans l’HyperTop Espagne.

Le top du top

Sur les quelque 550 titres différents testés dans l’HyperTop depuis 2014, le record de passion (j’aime beaucoup) est détenu par Hello (Adèle) : en décembre 2015, 56% des sondés déclaraient leur passion pour le titre, alors que la moyenne des titres de l’HyperTop se situerait plutôt à 29%. Quelques semaines plus tard, en février 2016, la notoriété du titre s’élevait à 98%, et 83% des sondés pensaient connaître le nom du titre ou de l’artiste, quand le taux moyen de l’HyperTop n’est que de…36%. C’est un record jamais atteint en reconnaissance dans le baromètre. Mais près d’un sondé sur 5 (18%) déclarait dans le même temps l’avoir trop entendu (l’usure moyenne d’un titre dans le baromètre étant de 11%).

Le versant négatif

Le titre de l’HyperTop qui suscite le plus haut pourcentage de rejet est Mi gna (rmx) de Maître Gims / Super Sako / Hayko : en mars de cette année, 23% des sondés déclaraient ne pas aimer du tout ce titre (voire 35% chez les auditeurs de RFM ou de Nostalgie), quand seulement 14% lui déclaraient leur flamme (j’aime beaucoup). Mais depuis, la familiarité de ce titre segmentant ayant grimpé de 20 points, le taux de rejet est descendu à 10% à mi-avril (le rejet moyen sur l’HyperTop se situant à 5% seulement). Sur les 4 années, le record de burn, 24%, a été atteint en septembre 2016 par Can’t stop the feeling, de Justin Timberlake, malgré un taux de rejet contenu dans la moyenne (5%). Une usure particulièrement ressentie chez les plus exposés, les auditeurs de Skyrock et les 15-34 ans. 

Les cumulards

Pour terminer cette distribution de prix, l’artiste qui a rentré le plus de titres dans l’HyperTop dans la période est Soprano avec 9 titres, suivi de Maître Gims, Black M et Fréro Delavega (7 titres). On n’a pas compté les featurings de ces artistes, sans quoi le nombre de titres représentés augmenterait encore.

Poussée de fièvre du rap / hip-hop.

En termes de genres appréciés on est saisi par la poussée du rap / hip-hop en l’espace de 4 ans, et dans une moindre mesure du RnB et du latino, et de l’érosion du Pop-Rock. Dans le même temps, on remarquera la permanence de certains genres comme l’électro / techno, le reggae ou le classic rock.

Contact

HyperWorld  
Arnaud de Saint-Roman
12, boulevard de Strasbourg
75 010 Paris
Tél. : 06 14 89 41 50
adesaintroman@hyperworld.fr
hyperworld.fr



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Mai 2018 - 11:09 Les pros parlent de La Lettre

Lundi 14 Mai 2018 - 11:09 Pas de pétrole, mais des idées !