La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

Réforme de l'audiovisuel : "Une étape historique qui va dans le bon sens", estime le président du CSA

Rédigé par le Mercredi 13 Novembre 2019 à 12:40 | modifié le Mercredi 13 Novembre 2019 à 12:40



Dans "Culture médias", Roch-Olivier Maistre, le président du CSA, donne son avis sur la très attendue réforme de l'audiovisuel, présentée en septembre dernier, et dont le projet de loi doit faire l'objet d'un débat à l'Assemblée nationale début 2020.


L'avis n'est que consultatif, mais il était tout de même attendu. Le CSA a examiné le projet de réforme de l'audiovisuel présenté par le ministre de la Culture, Franck Riester, en septembre. Un tournant pour le paysage audiovisuel français, dont les principes de fonctionnement datent de la loi de 1986 sur la liberté de communication audiovisuelle. Dans Culture médias sur Europe 1, Roch-Olivier Maistre, président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), livre son avis sur le projet de loi du gouvernement.

"L'appréciation du CSA est globalement positive", indique Roch-Olivier Maistre au micro d'Europe 1. Selon le président du CSA, ce texte est "une étape historique qui va dans le bon sens". Pour le haut fonctionnaire, il était temps que la France réagisse face aux changements des modes de consommation et l'arrivée de nouveaux acteurs tels que Netflix. C'était une réforme très attendue", ne cache pas Roch-Olivier Maistre, "c'est un texte qui vient adapter notre service public à un univers de concurrence féroce", souligne-t-il notamment (voir également ICI). Autre point positif pour le président du CSA : le maintien d'une ambition dans la production. "On vient conforter notre modèle de financement de la création", affirme Roch-Olivier Maistre.


Une nouvelle autorité de régulation : l'Arcom

Pour le CSA, cette réforme n'est pas anodine puisqu'elle va aussi changer la face de l'institution. Le projet prévoit en effet la fusion du CSA et d'Hadopi sous une nouvelle instance : l'Arcom (Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numéri­que). "Un régulateur moderne qui suit toute la chaîne de création, jusqu'au piratage", se félicite Roch-Olivier Maistre.
L'Arcom aura un pouvoir plus grand, étendu, notamment sur le champ numérique. "Elle ne sera pas le régulateur d'Internet", prévient tout de même le président du CSA, mais l'Arcom pourra "réguler les plateformes de contenus comme Netflix ou Disney+". Pour autant, Roch-Olivier Maistre ne cache pas qu'il faudra donner les moyens à cette nouvelle autorité de régulation d'agir. En effet, la réforme de l'audiovisuel prévoit que les plateformes de contenus aient des obligations comparables aux chaînes traditionnelles, en termes de pourcentage d’œuvres européennes dans leur catalogue notamment. Or, il est toujours difficile de faire plier un géant étranger d'Internet aux lois domestiques. Roch-Olivier Maistre, lui, préfère miser sur l'optimisme. "Je pense qu'ils seront légalistes et que c'est dans leur intérêt", indique le haut fonctionnaire.

 


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 13 Décembre 2019 - 12:25 Un podcast d'investigation pour Binge Audio

Vendredi 13 Décembre 2019 - 09:00 C'est, presque, déjà Noël à Radio France