La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

Pour cette rentrée, Hyperworld lance "L'HyperLab"

Rédigé par le Vendredi 28 Août 2020 à 08:09 | modifié le Vendredi 28 Août 2020 à 08:10



Changement de braquet à Hyperworld Marketing. L'entreprise connue dans le milieu pour accompagner les radios dans l'élaboration de leur programmation musicale abandonne son célèbre HyperTop et lance, à l'occasion de cette rentrée, l'HyperLab. Explications...


Alexandre Houget est le directeur des études chez HyperWorld
Alexandre Houget est le directeur des études chez HyperWorld
LLPR - Pourquoi arrêter l’étude HyperTop France et la remplacer par l’étude HyperLab ?
AH -
Après 8 années de bons et loyaux services nous pensons que l’HyperTop France a quelque peu perdu de son attrait. En effet, durant cette période l’appétence pour les nouveautés musicales n’a fait que s’amplifier et, en parallèle, le cycle de vie des titres musicaux s’est raccourci. Dans ce contexte, l’HyperTop, qui proposait une mesure de l'agrément des auditeurs de radios musicales aux titres du moment les plus entendus en radio, quelque soit leur ancienneté, arrivait un peu tard dans ce cycle et ne créait plus beaucoup de valeur différenciante pour les radios. L’enquête venait en quelque sorte confirmer un succès déjà acquis pour des titres largement connus et identifiés, et n’apportait plus que des éclairages en termes de profils pour chaque titre. Il nous paraît plus opportun de proposer aujourd’hui en lieu et place de l’HyperTop, une offre qui se concentre exclusivement sur les nouveautés récentes entendues en radio.

LLPR - En quoi consiste l’étude HyperLab ?
AH
- Il s’agit d’une étude mensuelle en multi-souscription livrée sous notre plateforme de restitution online Hit Index. Un mécanisme de sélection des titres depuis les panels thématiques de Yacast (disponibles sous Muzicast) a été imaginé de manière à tester uniquement les nouveautés musicales qui présentent un réel potentiel pour les radios. Le nombre de titres testés chaque mois oscillera entre 20 et 30 en fonction de l’actualité musicale. Nous pensons que cette offre est en mesure de créer une vraie valeur ajoutée pour les radios en leur fournissant une idée de la puissance réelle d’une nouveauté auprès de cibles clés et ainsi les aider à sécuriser la programmation d’un titre ou son entrée en playlist alors que le titre n’est encore qu’en début de cycle.

Afin d’accompagner les stations dès la prochaine rentrée radio, les premiers résultats de l’HyperLab seront livrés dans quelques jours.


LLPR- Un rythme mensuel pour couvrir un tant soit peu les nouveautés récentes, est-ce suffisant ?
AH -
Dans un premier temps, l’étude sera lancée à un rythme mensuel afin de confronter l’offre au marché. Si la réponse des stations s’avère positive financièrement, nous pourrons augmenter la périodicité, l’horizon idéal étant un rythme hebdomadaire.

LLPR - Comment seront sélectionnés les titres de l’HyperLab si ce n’est pas HyperWorld qui les choisit ?
AH -
Le mécanisme imaginé par HyperWorld se base sur les données incontestables issues des panels thématiques de Yacast. Ainsi, chaque mois nous extrairons (au moment du lancement) les données issues de la dernière semaine consolidée par Yacast depuis les panels (Top 60) Dance, Rap, Groove, Variété et Pop-Rock. Ensuite, nous conserverons uniquement les nouveautés et les récurrents qui présentent un nombre de semaines de diffusions inférieur ou égal à 4, et un nombre de diffusions hebdos supérieur ou égal à 50. Le nombre de titres rap testés se limitera aux 2 titres de rap francophone qui répondent aux critères précédents et qui affichent le plus grand nombre de diffusions. Un bon équilibre en termes de langue (avec un poids de francophone supérieur à 50%) et de genre est ainsi trouvé de manière à proposer une large palette de titres et à répondre aux questions que peuvent se poser des stations aux formats variés.

LLPR – Quels types de publics interrogeront les enquêtes HyperLab ?
AH -
Comme pour l’HyperTop France, nous allons mener l’étude auprès de 300 répondants différents à chaque vague. Ceux-ci seront âgés de 15 à 54 ans, résidant en France Métropolitaine et auditeurs semaine de stations musicales nationales et IndésRadios de façon à travailler sur un auditoire directement rentable en termes d’audience. Des quotas stricts seront appliqués en termes de sexe, d’âge, de régions, de tailles d’agglos et d’écoute des stations. Ainsi, nous disposerons d’un échantillon représentatif de manière à livrer des résultats fiables et sécurisés pour chaque titre, cible et vague. Il sera possible pour une station d’accéder à un large choix de cibles depuis notre interface online Hit Index.

LLPR – Comment savez-vous si les gens qui répondent ont bien écouté les extraits et si leurs réponses sont sincères ?
AH -
Nous prévoyons systématiquement, comme pour toutes nos études musicales en ligne, un test de son en début de questionnaire afin de nous assurer que le répondant est en mesure d’écouter correctement l’extrait. Ensuite, et puisqu’il s’agit de nouveautés auxquelles les sondés ont souvent été moins exposés qu’un titre qui tourne en playlist depuis longtemps, une écoute obligatoire des 7 premières secondes de chaque extrait est imposée avant de pouvoir l’évaluer (vs 4 secondes pour un call classique). Enfin, HyperWorld dispose d’un système de scoring des répondants qui permet d’éliminer ceux qui ne présentent pas les garanties indispensables de sérieux : ceux qui répondent trop vite ou systématiquement la même chose pour chaque extrait, ou encore ceux qui ont des réponses incohérentes entre elles. Quelques fois ce sont les mêmes.

LLPR - Quel va être le coût d’accès à cette nouvelle étude pour une station ?
AH -
Comme il s’agit d’une étude mutualisée, en multi-souscription, le coût d’accès sera attractif : quelques centaines d’euros par station et par vague. En option, une station ou un label pourra nous demander, sous réserve de disponibilité et de respect des délais, de tester jusqu’à 5 titres supplémentaires par rapport à la liste définie plus haut. Ce commanditaire sera le seul à recevoir les résultats des titres additionnels.

LLPR – Allez-vous, comme pour l’HyperTop France depuis 2012, réserver à La Lettre Pro de Radio une synthèse des grands résultats de l’HyperLab ?
AH -
Oui, nous vous transmettrons pour chaque vague une infographie avec certaines informations marquantes de l’étude. Les résultats détaillés seront quant à eux uniquement réservés aux souscripteurs de l’étude et accessibles online depuis notre plateforme HitIndex.

LLPR -Vous réalisez également tous les mois l’HyperTop Espagne avec Yacast. Allez-vous le faire évoluer là aussi vers un HyperLab espagnol ?
AH -
Pour le moment nous continuons l’HyperTop Espagne, mais à terme il est envisageable de lancer un HyperLab Espagne car sur ce marché aussi le cycle de vie des titres s'est raccourci.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >