La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio
La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

C’est un peu mou du genou

On sent bien que la crise est passée par là… Cette rentrée radio 2021 a comme un air de déjà-vu. On a l’impression d’être dans la peau de Bill Murray dans Un jour sans fin. Hormis Europe 1 et Fun Radio qui ont, presque, tout changé, et qui ont donc tout à gagner, la prudence est mère de sûreté pour le gros des troupes. Il faut être très attentif pour apercevoir les évolutions livrées aux auditeurs à dose homéopathique. Le marché est tendu. Peu souhaitent prendre des risques. On avance à tâtons, car on sait très bien que les dix prochains mois seront probablement difficiles.

Il faut rappeler que la fin de la précédente saison s’est terminée par un trou d’air historique. Souvenons-nous que la radio est passée sous le seuil psychologique des 40 millions d’auditeurs. Alors, bien sûr, on vous dira que le média demeure puissant avec des fondations solides. C’est vrai. Mais, depuis une décennie, l’audience a une fâcheuse tendance à piquer du nez, surtout depuis le mois de mars 2020. Espérons que cette baisse se stabilise enfin. La crise sanitaire est un moment idéal pour se réinventer…

Sans lire l’avenir dans le marc de café, on peut dégager trois pistes pour tenter d’arriver en bon état en juin prochain. D’abord, la perte de l’audience hertzienne devrait être contrecarrée par celle gagnée sur le digital, plein de promesses. Ensuite, gageons que, même durant cette saison marquée par la présidentielle, l’auditeur devrait naturellement tourner la page du buzz, de la petite phrase et de l’info ou de l’intervention à pas cher, qui ont probablement vécu leurs grandes heures. Ce qui devrait encourager les professionnels à s’intéresser au fond plus qu’à la forme. Enfin, la créativité et la réactivité demeurent toujours deux valeurs fortes et fondamentales de la radio. Il ne faudra pas s’en éloigner.
Comme les grands hommes, c’est aussi dans les périodes de crise que se révèlent les grandes radios !

Brulhatour


Le savoir-faire des radios au service du podcast de marque

Production



Mercredi 1 Avril 2020


Nous avions déjà parlé dans ces colonnes de l’eldorado que représente le podcast. Les radios s’y engouffrent en proposant de nouveaux contenus originaux. Leur savoir-faire, en termes de production notamment, est aussi reconnu par les clients et partenaires, qui n’hésitent pas à les solliciter pour créer leurs propres podcasts de marque. Illustration en Alsace, avec Pascal Muller, le directeur de Top Music.


"C’est acté : le podcast est une offre que l’on défend sur le terrain auprès de nos annonceurs." © D.R.
"C’est acté : le podcast est une offre que l’on défend sur le terrain auprès de nos annonceurs." © D.R.
Presque à son insu, la radio est l’interlocuteur naturel des entreprises qui souhaitent se lancer dans le podcast de marque. En Alsace, Top Music a été "contrainte" d’inscrire ce nouveau produit dans l’éventail d’offres de ses commerciaux. "Ce sont les entreprises qui, d’elles-mêmes, se tournent spontanément vers nous", témoigne Pascal Muller, directeur général adjoint de Top Music.

"La plupart de ces annonceurs ont entendu parler du podcast de marque et ils nous interrogent. Il y a une grosse méconnaissance de leur part sur la façon dont on peut concevoir un podcast, que ce soit au niveau éditorial, au niveau de la fabrication ou au niveau technique. Ils sont en manque de repères par rapport à tout cela, donc ils se tournent naturellement vers la radio. Ils comptent sur notre savoir-faire pour produire ou coproduire leurs podcasts. Pour l’instant, je n’ai pas connaissance, sur le secteur alsacien, d’entreprises qui se lancent en solo dans le podcast. Mais nous ne sommes qu’au tout début de l’aventure."

Un support moderne de communication

Le gros de la demande est destiné à la communication interne à l’entreprise. Créer un podcast qui viendrait remplacer l’antique "note de service". Un outil moderne, que les collaborateurs pourront consommer au moment qui leur convient le mieux. "Je pense qu’il y a très certainement un phénomène de mode, poursuit Pascal Muller, pour être dans la tendance de ce qui se fait aujourd’hui. Les entreprises sont à l’affût des nouvelles manières de communiquer. Les demandes qui nous sont faites sont destinées à une diffusion interne à l’entreprise. Ça vient remplacer la newsletter classique qu’on a tous connue. C’est aussi un format ludique, différent de ce qui existe sur le marché depuis plus de 20 ans. Les entreprises voient dans le podcast quelque chose de novateur et attractif en termes de communication interne."

Enrichir l’offre commerciale

L’explosion du podcast et du podcast de marque est donc une belle opportunité commerciale pour les radios locales. L’offre est enrichie d’un nouvel outil, qui permet de moderniser sa communication interne ou de valoriser sa marque de façon nouvelle auprès du grand public. "En plus de développer notre offre commerciale, nous allons accompagner les clients, parce que nous avons le savoir-faire, en termes d’écriture, d’éditorial… En termes de temps de travail, évidemment, ce n’est pas la même chose. Mais nous allons suivre la demande commerciale et nous recruterons le jour où la demande sera trop importante pour les effectifs qui sont les nôtres. Mais le podcast, c’est un prolongement naturel de ce que nous faisons déjà au quotidien." Aujourd’hui, Top Music produit du podcast, notamment pour la Chambre de commerce et d’industrie ou pour une agence immobilière qui s’adresse ainsi à ses différentes agences en Alsace et à ses collaborateurs.
"Les indicateurs que l’on a aujourd’hui nous laissent penser que c’est un marché qui va encore se développer."

3 questions à… Pascal Muller

LLPR - Le podcast de marque, ça se vend comment ? 
PM -
 Il faut déjà bien intégrer que c’est le client qui est demandeur. Ensuite, ça peut être packagé avec d’autres produits radio ou vendu de façon séparée. 

LLPR - Y a-t-il une cohérence avec l’antenne ? 
PM -
Ça peut être un prolongement de l’antenne, mais pas forcément. Nous produisons des podcasts natifs qui ne sont pas en adéquation avec la cible de Top Music. 

LLPR - Par exemple ? 
MP -
On produit un podcast sur le foot. Pour le promouvoir, nous avons intérêt à être innovants plutôt que de nous contenter de l’antenne. Les gens ne viennent pas chez nous pour consommer du sport.

Contact

Top Music
2 avenue d'Alsace
67000 Strasbourg
Tél. : 03 88 25 16 16
topmusic@topmusic.fr
topmusic.fr



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Avril 2020 - 19:31 La radio entre en résistance

Mercredi 1 Avril 2020 - 19:20 BTLV, un Ovni dans les médias