La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio
La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

Un an de crise et des perspectives

Nous écoutons la radio tous les jours. On peut vous assurer qu'il faut avoir la couenne épaisse pour absorber et digérer ce flux de mauvaises nouvelles et d'informations, plus anxiogènes les unes que les autres, notamment sur les généralistes. Si la peur et l'appréhension sont généralement de bons leviers d'audience, elles provoquent surtout, à terme, l'effet inverse. Il suffit d'écouter les réactions des auditeurs croisés dans la rue pour percevoir cette lassitude. Les radios ont désormais le devoir de rééquilibrer cet éditorial. Parce qu'entre variants et mutants, au bout d'un an, l'auditeur frise l'écœurement.

Voilà donc tout juste un an que la crise s'est installée doucement, sûrement et durablement. En mars 2020, les radios avaient su réagir et limiter la casse bien qu'enregistrant des baisses historiques de recettes publicitaires. Depuis, le secteur de l'évènementiel est au point mort. Le Paris Radio Show qui devait se tenir fin janvier a été repoussé aux 20, 21 et 22 janvier 2022. Au printemps, la Fête de la radio devrait se tenir fin mai - début juin. À Montpellier, la prochaine étape du #RadioTour aura bien lieu le 18 mars, mais en distanciel. Autres temps, autres mœurs…  

Ce début d'année a été marqué par l'arrivée de deux nouveaux conseillers au CSA. Le collège, sous la présidence de Roch-Olivier Maistre, s'est accordé sur une nouvelle répartition des six groupes de travail permanents. Celui qui nous concerne directement est le groupe de travail "Radios et audio numérique". Il est désormais présidé par Hervé Godechot qui devient ainsi le nouveau "Monsieur Radio" du paysage radiophonique français. Son prédécesseur, Nicolas Curien, aura œuvré pour la radio et ses professionnels durant l'ensemble de son mandat. Il n'aura pas ménagé ses efforts en proposant le désormais célèbre plan dit "des nœuds et des arcs". Gageons que son travail sera poursuivi par Hervé Godechot qui, tout naturellement, fait la une de ce 130e numéro de La Lettre Pro de la Radio.
 

Brulhatour


Le savoir-faire des radios au service du podcast de marque

Production



Mercredi 1 Avril 2020


Nous avions déjà parlé dans ces colonnes de l’eldorado que représente le podcast. Les radios s’y engouffrent en proposant de nouveaux contenus originaux. Leur savoir-faire, en termes de production notamment, est aussi reconnu par les clients et partenaires, qui n’hésitent pas à les solliciter pour créer leurs propres podcasts de marque. Illustration en Alsace, avec Pascal Muller, le directeur de Top Music.


"C’est acté : le podcast est une offre que l’on défend sur le terrain auprès de nos annonceurs." © D.R.
"C’est acté : le podcast est une offre que l’on défend sur le terrain auprès de nos annonceurs." © D.R.
Presque à son insu, la radio est l’interlocuteur naturel des entreprises qui souhaitent se lancer dans le podcast de marque. En Alsace, Top Music a été "contrainte" d’inscrire ce nouveau produit dans l’éventail d’offres de ses commerciaux. "Ce sont les entreprises qui, d’elles-mêmes, se tournent spontanément vers nous", témoigne Pascal Muller, directeur général adjoint de Top Music.

"La plupart de ces annonceurs ont entendu parler du podcast de marque et ils nous interrogent. Il y a une grosse méconnaissance de leur part sur la façon dont on peut concevoir un podcast, que ce soit au niveau éditorial, au niveau de la fabrication ou au niveau technique. Ils sont en manque de repères par rapport à tout cela, donc ils se tournent naturellement vers la radio. Ils comptent sur notre savoir-faire pour produire ou coproduire leurs podcasts. Pour l’instant, je n’ai pas connaissance, sur le secteur alsacien, d’entreprises qui se lancent en solo dans le podcast. Mais nous ne sommes qu’au tout début de l’aventure."

Un support moderne de communication

Le gros de la demande est destiné à la communication interne à l’entreprise. Créer un podcast qui viendrait remplacer l’antique "note de service". Un outil moderne, que les collaborateurs pourront consommer au moment qui leur convient le mieux. "Je pense qu’il y a très certainement un phénomène de mode, poursuit Pascal Muller, pour être dans la tendance de ce qui se fait aujourd’hui. Les entreprises sont à l’affût des nouvelles manières de communiquer. Les demandes qui nous sont faites sont destinées à une diffusion interne à l’entreprise. Ça vient remplacer la newsletter classique qu’on a tous connue. C’est aussi un format ludique, différent de ce qui existe sur le marché depuis plus de 20 ans. Les entreprises voient dans le podcast quelque chose de novateur et attractif en termes de communication interne."

Enrichir l’offre commerciale

L’explosion du podcast et du podcast de marque est donc une belle opportunité commerciale pour les radios locales. L’offre est enrichie d’un nouvel outil, qui permet de moderniser sa communication interne ou de valoriser sa marque de façon nouvelle auprès du grand public. "En plus de développer notre offre commerciale, nous allons accompagner les clients, parce que nous avons le savoir-faire, en termes d’écriture, d’éditorial… En termes de temps de travail, évidemment, ce n’est pas la même chose. Mais nous allons suivre la demande commerciale et nous recruterons le jour où la demande sera trop importante pour les effectifs qui sont les nôtres. Mais le podcast, c’est un prolongement naturel de ce que nous faisons déjà au quotidien." Aujourd’hui, Top Music produit du podcast, notamment pour la Chambre de commerce et d’industrie ou pour une agence immobilière qui s’adresse ainsi à ses différentes agences en Alsace et à ses collaborateurs.
"Les indicateurs que l’on a aujourd’hui nous laissent penser que c’est un marché qui va encore se développer."

3 questions à… Pascal Muller

LLPR - Le podcast de marque, ça se vend comment ? 
PM -
 Il faut déjà bien intégrer que c’est le client qui est demandeur. Ensuite, ça peut être packagé avec d’autres produits radio ou vendu de façon séparée. 

LLPR - Y a-t-il une cohérence avec l’antenne ? 
PM -
Ça peut être un prolongement de l’antenne, mais pas forcément. Nous produisons des podcasts natifs qui ne sont pas en adéquation avec la cible de Top Music. 

LLPR - Par exemple ? 
MP -
On produit un podcast sur le foot. Pour le promouvoir, nous avons intérêt à être innovants plutôt que de nous contenter de l’antenne. Les gens ne viennent pas chez nous pour consommer du sport.

Contact

Top Music
2 avenue d'Alsace
67000 Strasbourg
Tél. : 03 88 25 16 16
topmusic@topmusic.fr
topmusic.fr



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Avril 2020 - 19:31 La radio entre en résistance

Mercredi 1 Avril 2020 - 19:20 BTLV, un Ovni dans les médias