La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio


La radio demeure le média le plus crédible

Rédigé par le Mardi 24 Janvier 2023 à 11:50 | modifié le Mardi 24 Janvier 2023 à 11:50



En ce début d'année 2023, 76 % des Français disent suivre l'actualité avec intérêt, un niveau historiquement haut selon l'édition 2023 du baromètre La Croix / Kantar Public onepoint. Spontanément, une majorité de Français semble avoir un réflexe de défiance à l'égard des médias. À 54%, la radio apparait comme le média le plus crédible devant la presse (52%) et la télévision (49%).


Le baromètre sur la confiance des Français dans les médias, réalisé tous les ans par Kantar Public – onepoint pour La Croix, mesure l'évolution des pratiques en matière d'information des Français et reçoit la perception qu'ils accordent aux différents moyens d' information depuis 1987. En ce début d'année 2023, 76 % des Français disent suivre l'actualité avec intérêt, un niveau historiquement haut. Les plus âgés se montrent particulièrement caractéristiques par l'actualité (83 % des 65 ans et plus) tandis que les plus jeunes sont davantage en retrait (66 % des moins de 35 ans). 
​Cet intérêt n'empêche pas qu'une forme de fatigue informationnelle ou de détournement de l'actualité s'exprime chez une partie des Français. Ainsi, 21 % des Français disent moins s'intéresser à l'actualité qu'il y a quelques années, une proportion qui monte à 25 % chez les femmes et 33 % chez les moins de 35 ans.

Surtout, un Français sur deux (51%) déclare ressentir "très" ou "assez souvent" de la fatigue ou de la lassitude par rapport à l'information. Les raisons de cette lassitude sont multiples.
En premier lieu émerge le sentiment que les médias parlent toujours des mêmes sujets (citée par 45% des répondants, en particulier les plus âgés), mais aussi l'angoisse ou l'impuissance ressentie face aux informations (35% – particulièrement chez les femmes : 41%). Si les plus jeunes partagent également ces raisons, ils sont plus nombreux à citer comme causes de leur lassitude : le sentiment que les médias ne parlent pas des sujets importants pour eux ou à se dire dépassés par la quantité d'informations.

Une certaine confiance à l'égard des médias

Cette méfiance instinctive doit être nuancée. Quand on les interroge plus précisément sur les médias qu'ils utilisent, les Français leur font très majoritairement confiance pour les informer sur ce qui se passe dans l'actualité. C'est particulièrement le cas pour les médias traditionnels qui bénéficient d'un réel crédit de confiance. Ainsi, 73 % des Français qui l'écoutent font confiance à la radio pour les informateurs, et la proportion est identique auprès de ceux qui regardent les journaux télévisés. La presse régionale bénéficie d'une confiance de 70 % auprès de ses lecteurs, 68 % pour la presse hebdo nationale et 66 % pour la presse nationale quotidienne. Les chaînes d'information en continu sont un peu en retrait : 52 % des Français (et 62 % de ceux qui les regardent) leur font confiance pour s'informer.


D'autres médias suscitent un niveau de confiance plus faible chez les Français, mais aussi chez ceux qui les utilisent pour être informés. Ainsi, seuls 33% des Français (et 46% de ceux qui les regardent) font confiance aux émissions d'actualité et de divertissement à la télévision comme Touche Pas à Mon Poste ou Quotidien. Surtout, seuls 27% des Français – et 36% de ceux qui les utilisent – ​​font confiance aux réseaux sociaux pour les informateurs. On observe des niveaux similaires s'agissant des influenceurs : 17% des Français et 40 % de ceux qui suivent leur font confiance.
Face à cette confiance sous conditions et variables selon les médias, une solution est privilégiée par une majorité de Français : s'appuyer sur plusieurs sources pour se forger une opinion. 50% des Français déclarent en effet se faire leur opinion sur un sujet d'actualité en confrontant ce que disent plusieurs médias ; contre seulement 16% qui disent le faire grâce à un seul média qu'ils définissent comme fiable. 20% estiment, pour leur part, qu'il est difficile de se faire une opinion à travers les médias et 8% préfèrent même éviter les médias pour se faire une opinion.

L'audiovisuel public : un attachement relatif

Interrogés sur l'existence des médias audiovisuels publics en France, 48% des Français estiment qu'il s'agit d'une bonne chose (et même 65% des sympathisants de gauche) contre 11% seulement une mauvaise. Cependant, cet attachement est relatif à la mesure où un tiers des Français estime qu'il s'agit d'une chose ni bonne ni mauvaise. En conséquence, une majorité de Français (62%) estime que la suppression de la contribution à l'audiovisuel public est intervenue en 2022 est une bonne chose "car cela fait une taxe de moins à payer" contre seulement 25% qui y voient une mauvaise chose "car cela remet en cause la qualité et l'indépendance de l'audiovisuel public".





Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Janvier 2023 - 08:40 France Inter organise la première nuit érotique

Vendredi 20 Janvier 2023 - 08:05 RTL2 ouvre les portes des studios Ferber