La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio
La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

Bonnes vacances !

Ce 144e numéro de La Lettre Pro de la Radio est le dernier de la saison. Une saison une nouvelle fois particulière. On va dire, une saison en dents de scie avec un Covid-19 toujours présent. Inutile de s’appuyer sur les indices épidémiologiques pour le dire. Depuis septembre dernier, les délocalisations des radios, habituellement généreuses et avides d'organiser des concerts et des rencontres avec les auditeurs, sont au point mort. C’est un bon indicateur. Pour autant, la fin de saison, avec le retour des beaux jours, a été marquée par quelques concerts, mais rien de comparable avec ce que nous avions connu en 2019.
Pas grave ? Pas sûr ! La notoriété, ça se travaille. Et force est de constater que les radios ont été contraintes de se faire relativement discrètes sur le terrain de la proximité. C’est forcément dommage parce que pour être entendu, il faut aussi être vu. Ce manque de visibilité pèsera sur les audiences. Autant de temps que le Covid-19 fera l’actualité.

Peu de professionnels peuvent dire précisément à quoi ressemblera la prochaine saison. Mais les conséquences d’une guerre aux portes de l’Europe, d’une inflation galopante et d’une situation sanitaire toujours délicate nous indiquent qu’il faudra, plus que jamais, tenir solidement la barre et redoubler d’efforts.

En juin dernier, l’équipe des Éditions HF a organisé une version PopUp du Paris Radio Show, après deux éditions annulées. Cet évènement se résume en quelques chiffres : 3 700 visiteurs sur 2 jours, 36 sessions, 165 intervenants, 4 meet-up, 1 RedTech Summit, 4 tables rondes aux Assises de la radio et 1 Fête de la Radio à La Seine Musicale. L’an prochain, on peut vous annoncer, à défaut de vous le promettre, qu’un nouveau Paris Radio Show se déroulera, au même endroit, les 14 et 15 juin 2023.

À quelques jours des Médialocales qui tireront un trait définitif sur cette saison, toute l’équipe des Éditions HF se joint à moi pour vous remercier de votre fidélité jamais démentie et pour vous souhaiter de bonnes vacances d’été.
 

Brulhatour


Izotope, le top pour le traitement de la parole

Plugin



Mardi 7 Juillet 2020


Ils sont nombreux les plugins à prétendre faire des miracles. izotope, version RX, fait partie des indispensables à avoir dans sa boîte à outils quand on fait de la production sonore. Il embarque un tas de possibilités et de fonctionnalités. Le plugin est impressionnant.


Le plugin s'utilise depuis l'application izotope ou depuis un DAW/Capture écran.
Le plugin s'utilise depuis l'application izotope ou depuis un DAW/Capture écran.

On a beau dire que la qualité d’une prise de son repose sur la captation, il est des fois où l’on n'a d'autre choix que de recourir au traitement de la voix. Ils sont nombreux les plugins à prétendre faire des miracles. Mais tous ne se valent pas. C’est généralement aux payants qu’il faut s’en remettre pour espérer avoir la meilleure voix qui soit. Avec les limites que la qualité de la source sonore ne prenne pas le pas sur la technique, au risque que le son soit détruit.

izotope, version RX, fait partie des indispensables à avoir dans sa boîte à outils quand on fait de la production sonore. Depuis ses débuts où il se contentait de corriger le spectre d’un son, le plugin édité par la société izotope s’attaque à présent à des problématiques très poussées du traitement du son. Le tout sans qu’il soit une usine à gaz et qu’il soit utilisable depuis l’application izotope comme les DAW les plus courants. Pour autant, la bête s’adresse aux initiés du traitement du son et à ceux qui ont une machine bien musclée.

Un tas de possibilités et de fonctionnalités

izotope RX embarque un tas de possibilités et de fonctionnalités. Il offre même, comme d’autres plugins du genre, un assistant de restauration. Mais les traitements, fussent-ils pointus, n’empêchent pas les artefacts et autres déboires, comme des fréquences ou des mots coupés. Mieux vaut donc ici aussi faire confiance à ses oreilles plutôt qu’à ses yeux.
Malgré toutes les louanges que l’on peut faire à un plugin comme izotope RX, il n’en demeure pas moins qu’il n’est qu’une aide. "Il ne faut pas croire qu’il est capable de retirer totalement ou sans conséquence le bruit d’une chaise ou je ne sais quoi d’une prise de son", prévient Alexis Mantovani. Il peut le faire sur le papier. Dans la réalité, c’est parfois moins probant. Exemple : les bruits de vent, qui sont loin d’être une évidence à éliminer, même avec izotope RX.
 
"C’est impressionnant !"  Alexis Mantovani

Trois questions à… Alexis Mantovani

LLPR - Comment utilisez-vous izotope RX ?
AM -
Uniquement pour traiter les bruits de bouche, les sifflantes et les plosives.
 
LLPR - Pourquoi en êtes-vous venu à utiliser izotope RX ?
AM -
Parce que j’utilise Logic Pro. Et que, comme beaucoup de DAW, Logic Pro est plutôt orienté musique. Je n’y trouvais donc pas les traitements de voix dont j’avais besoin.
 
LLPR - Que vous apporte izotope RX ?
AM -
Une qualité de traitement sans peu de comparaison. À tel point que je traite systématiquement toutes mes voix avec, et que je ne pourrais plus m’en passer.

Contact

Caravan
8 boulevard de Ménilmontant
75020 Paris
Tél. : 01 48 04 03 62, site internet
Web : caravan-ac.com

izotope RX se décline en plusieurs distributions : Elements, à 129 $ ; Standard, à 399 $ ; et Advanced, à 1 199 $. izotope RX est édité par la société izotope. Pour entrer en contact avec izotope, rendez-vous sur le support izotope.

 



Dans la même rubrique :
< >