La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

Europe 1 coupe son émetteur Grandes Ondes

Rédigé par le Mardi 31 Décembre 2019 à 08:50 | modifié le Mercredi 1 Janvier 2020 à 15:59



Fin d'une époque débuté en... 1955. Dans un contexte de numérisation, et aussi d'économies, le bateau amiral de Lagardère éteindra ce soir, à minuit, son émetteur Grandes Ondes. Explications avec Anne Fauconnier, Secrétaire Générale des radios du groupe Lagardère, Europe 1, RFM et Virgin Radio.


LLPR - Où se situe l’émetteur Grandes Ondes d’Europe 1 et quelle est son histoire ?
AF -
L’ émetteur se situe dans la Sarre, à quelques kilomètres de la frontière française sur les communes de Wallerfangen et Überherrn. La diffusion Grandes Ondes a démarré en 1955 a la naissance d’Europe 1.

LLPR - Pourquoi faire le choix d’éteindre cet émetteur ce 31 décembre à minuit ?
AF -
La diffusion Grandes Ondes n’est pas une diffusion d’avenir et le choix d’éteindre cet émetteur correspond à la volonté d’Europe 1 de se moderniser et de capitaliser sur les autres modes de diffusion FM, internet, 4G, enceintes connectées, et dans les prochains mois en DAB+. D’autres radios comme la radio sarroise et Radio France ont aussi fait le choix de ne plus être diffusées en Grandes Ondes.
 
LLPR - Est-il possible de chiffrer l’audience générée par cet émetteur ?
AF -
Les chiffres fournis par Médiamétrie sont issus du déclaratif et montrent une tendance constante à la baisse depuis 15 ans. Notre souhait est de réorienter les auditeurs Grandes Ondes vers des moyens d’écoute plus modernes. L’application mobile et internet peuvent être des possibilités d’écoute fiable et nous avons un bon réseau en couverture FM dont la liste des fréquences est à retrouver sur europe1.fr.
 
LLPR - Enceintes connectées, streaming, FM, DAB+… Vers quels supports allez-vous maintenant diriger vos efforts ?
AF -
Notre stratégie est de développer tous les moyens de diffusion futurs. Enfin, les auditeurs qui souhaitent contacter Europe 1 sur ces sujets peuvent le faire via europe1.fr.



Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

3.Posté par Alain LEGER le 31/12/2019 11:37
schoop
Le début d'Europe N°1 c'est en 1955

2.Posté par Christian Lauba le 31/12/2019 11:27
Chers amis d'Europe 1,

Être tourné vers l'avenir est bien sûr une attitude tout à fait nécéssaire dans nos sociétés sophistiquées cela ne veut pas dire détruire ce qui fonctionne parfaitement
et qui ce qui reste complémentaire des nouvelles technologies qui ne sont pas toujours si fiables que ça ! On a vu ce retour pour le disque 33 tours analogique qui se montre plus solide et de meilleure qualité sonore que le CD. Le DAB n'est pas efficace
car il faut de nombreux émetteurs ( cela coûte cher ), et Europe 1 qui a déjà des problèmes d'image et d'écoute sera noyé dans une profusion de stations encore plus nombreuses que celles de la FM. Les supports plus performants dont vous parlez,
internet, 4g, FM, DAB etc ne sont efficaces qu'en ville et ceux qui mettent en place ces nouveaux moyens de diffusion sont des citadins qui ne se rendent pas compte du désert d'écoute dans les Landes, la Creuse, la Vendée etc. Les Anglais appartiennent, vous n'en doutez pas, à une grande nation, maintient toutes les techniques de diffusion : grandes et petites ondes, FM, DAB, 4g, satellite, etc..., radios d'état et radios privées. La langue anglaise devient encore plus universelle, et les produits
promus dans les publicités des radios privées touchent toute l'Europe. La culture et les finances y trouvent leur compte.
La Norvège qui a voulu ne diffuser leurs stations qu'en DAB est obligée de revenir en arrière et de réinstaller au moins la FM, car le pays est grand et toute la population a protesté. C'est le gouvernement qui impose ce retour. Les Norvégiens se voyaient contraints, surtout en voiture, d'écouter leurs voisins suédois ou danois en FM ou petites ondes.
L'Espagne, l'Italie, le Portugal, l'Irlande ( qui vient de rétablir son antenne grandes ondes, une radio privée ) continuent en petites ondes et je suis très heureux de les écouter de la manière la plus simple et la plus démocratique sur toutes mes radios.
La France se replie sur elle-même car Paris veut décider pour une France qu'elle ne connaît pas. Bien sûr on reçoit tout à Paris, les décideurs sont à Paris, et imposer la norme DAB ( système Sud-Coréens ) est une décision financière qui arrangent bien certains. Une diffusion en DRM d'Europe 1 aurait été judicieux car ce système permet de diffuser avec un seul émetteur dans tout le pays en qualité FM. N'oubliez pas qu'Europe 1 a été créé en grandes ondes pour faire concurrence à France Inter et toucher toute l'Europe ; cela a été une époque magnifique pour votre station.
Étant les seuls à utiliser le DRM en France et en l'annonçant, vous augmenteriez
vos auditeurs et séduiriez les annonceurs.
De plus, s'il y a un problème de grave sécurité en France, les grandes ondes sont le seul moyen d'atteindre toute la population. De Gaulle a pu faire son appel du 18 juin
depuis l'Angleterre en simple ondes courtes qui portent à des milliers de kilomètres.
Comment aurait-il fait aujourd'hui en cas de conflit avec coupures d'émetteurs
FM, DAB et surtout internet facile à détruire ?
Ce sont des techniques d'avenir, mais paradoxalement, elles nous font revenir à un passé plus fragile, et la culture française est appauvrie. J'étais très heureux d'écouter
Europe 1 à Berlin ou Londres en rase campagne, à Alger, ou la 4g et internet sont impensables à 10 kilomètres de la capitale.
Je suis bavard, c'est vrai, mais votre décision est un grave erreur, et je ne pense pas qu'Europe 1 en bénéficiera.
Parlez-en à vos collègues !
Bonne chance encore à ma station historique préférée !
Bonne Année,
Avec toute mon amitié,
Christian Lauba

1.Posté par Jacques Tavernier le 31/12/2019 11:16
Je suis MdR. La couverture FM est catastrophique. Les émetteurs se trouvent dans ou à proximité des centres urbains, mais à une dizaine de kilomètres ça ne passe plus et en zone montagneuse, c'est encore pire.
Alors les applis, l'internet OK. Encore faudrait-il que ce soit disponible. J'habite dans une vallée vosgienne. Pas de 4G (même pas de 3G) et internet uniquement en bas débit. Essayez donc d'écouter un flux radio avec du bas débit. Sans parler du coût.
Et quid des auditeurs en Suisse Romande, en Belgique, au Luxembourg. OK Europe1 ne cible pas ces marchés publicitaires, mais tout de même.
En tout cas la station perdra un auditeur ce soir à minuit. Même si je voulais continuer à écouter la station, je ne le pourrais pas. Mais en fait je ne le veux pas/plus. Je suis dégouté...

1 ... « 5 6 7 8
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).