La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio

Une rentrée, un peu, fadasse

À croire que les leçons de la dernière 126 000 Radio publiée par Médiamétrie en fin de saison dernière n’ont pas été tirées… Pour rappel, 758 000 auditeurs se sont fait la malle en un an, dont 329 000 sur cette dernière vague. On aurait donc pu s’attendre à des confiteor ou, à moindre mesure, à quelques actes de contrition entre deux chroniques. Que nenni ! Hormis l’arrivée de Matthieu Belliard à la tête de la matinale d’Europe 1, et ça, c’est un vrai pari comme on les aime ici, cette rentrée est, un peu, fadasse. Probablement la plus fadasse de cette dernière décennie.


Alors bien sûr, il y a toujours ces quelques ajustements et ces compromis qui sont intervenus à dose homéopathique, mais ce qu’il faut retenir, c’est que les radios sont actuellement tétanisées par une dégringolade de leurs résultats. Donc, dans les studios c’est le statu quo pendant que, côté coulisses, on fait des prières pour sa PDA, des oraisons pour sa DEA, des alléluias pour son CA et des hosannas pour son audience.
 
C’est bien connu, on vous le rabâche assez souvent, pour se rassurer : à la radio, l’auditeur adore les surprises mais il a une sainte horreur des nouveautés. Alors, pour le bien de toute l’industrie, il ne faudrait pas que cette saison se transforme encore en annus horibilis.
Durant les 10 prochains mois, on scrutera donc avec attention les performances d’Europe 1 et les résultats de France Inter et de RTL. À elles trois, ces stations donneront probablement le ton de cette nouvelle saison. Rendez-vous le 14 novembre.

Brulhatour
 


Edito


Jeudi 9 Mai 2019



Le classement de la 126 000 Radio a enfin bougé. Si, en fin de saison dernière, ça sentait déjà le roussi pour RTL, l’indéboulonnable station généraliste a donc cédé sa place de première radio de France à France Inter. À y regarder de plus près, c’est surtout la baisse de RTL qui permet à France Inter d’accroître son avance et donc de prendre la place convoitée de première radio de France. À Radio France, on a donc forcément le triomphe modeste. Car le plus difficile n’est pas forcément de devenir numéro une. Le plus difficile, c’est de le rester. Il n’y a pas si longtemps, NRJ devançait RTL et la généraliste avait, vite fait bien fait, repris le dessus.
Ce qui devrait nous alerter, c’est surtout la perte de 788 000 auditeurs qui ont déserté cette vague de janvier à mars 2019. Le coup est rude. Alors, de deux choses l’une : soit il s’agit d’une vague atypique et tout devrait rentrer dans l’ordre, soit cette vague confirme une tendance baissière de l’audience et, dans ce cas, mieux vaut s’accrocher à la rampe. Les temps qui viennent pourraient être beaucoup plus durs que prévu.
Volens nolens, la radio a entamé, avec l’arrivée du printemps, la dernière ligne droite de cette saison 2018-2019. Certes, il est encore trop tôt pour faire le bilan, mais cette saison aura tout de même été marquée par des changements telluriques profonds : la poursuite de sa digitalisation et l’émergence des podcasts en tête.
D’ailleurs, ce nouveau et 111e numéro de La Lettre Pro de la Radio rend compte une nouvelle fois de ces changements profonds auxquels on assiste aujourd’hui…
Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 10 Septembre 2019 - 08:12 Une rentrée, un peu, fadasse

Jeudi 4 Juillet 2019 - 17:01 À la page à la plage