La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

Alain Liberty (SIRTI) : "Le confinement rend complexe l’organisation des antennes"

Rédigé par le Jeudi 19 Mars 2020 à 09:40 | modifié le Jeudi 19 Mars 2020 à 09:40



Le Syndicat des Radio Indépendantes qui réunit 172 radios, essentiellement des PME, est le premier employeur de la radio privée avec 2 500 salariés, dont 500 journalistes. Son président, Alain Liberty, par ailleurs directeur général du groupe 1981, est particulièrement sollicité depuis le début de la crise du Covid-19, par un secteur qui a dû se réorganiser, avec parfois, de nombreuses difficultés.


Alain Liberty, président du SIRTI, lors de la présentation de propositions pour la réforme de l'audiovisuel / Photo FQ LLPR
Alain Liberty, président du SIRTI, lors de la présentation de propositions pour la réforme de l'audiovisuel / Photo FQ LLPR

LLPR - Quelle est la situation des radios indépendantes en cette période de confinement ?
Alain Liberty - Les radios sont aussi des entreprises, la situation est bien sûr très complexe comme pour tous les acteurs économiques. Les annonceurs annulent ou décalent leurs campagnes, ce qui suscite beaucoup de questions sur l’avenir au sein des radios indépendantes. Cela dit, nous sommes un média de confiance vers lequel se tournent naturellement les auditeurs, particulièrement en temps de crise, je suis donc certain que les annonceurs renoueront vite avec la radio.


LLPR - Comment assurent-elles leurs programmes ?
AL - Le confinement rend complexe l’organisation des antennes et notamment le travail des rédactions qui réussissent dans une grande majorité à assurer la continuité de l’information au cœur des territoires. Nous notons même une augmentation du temps d’antenne consacré à l’information pour répondre aux attentes des auditeurs. Nos adhérents nous confirment que le télétravail et l’enregistrement à distance sont possibles dans bien des cas, cela permet à l’antenne de continuer à fonctionner en préservant la sécurité de leurs salariés.
 
LLPR - À quelles sollicitations répondez-vous ?
AL - Toute l’équipe du SIRTI est sur le pont au service de ses adhérents. Nous les aidons à différents niveaux, en leur faisant part des dispositifs existants pour les accompagner. Nous distinguons les mesures sociales comme la possibilité d’avoir recours au chômage partiel, au report de paiement des cotisations sociales et patronales ou la possibilité de délivrer des attestations de déplacements dérogatoires signées par l’employeur. Sur le plan fiscal, les entreprises peuvent bénéficier de reports de paiement des impôts directs (acomptes d’impôt, taxes sur les salaires). Des mesures financières facilitent l’obtention de prêts garantis à 70% par la BPI et permettent le report d’échéances. Enfin, de nombreuses radios indépendantes s’inquiètent de ne pouvoir honorer l’ensemble de leurs engagements conventionnels en raison des procédures de confinements ou de l’absence de certains salariés. Nous les rassurons car le CSA nous assure faire preuve de compréhension et de bienveillance pour les radios de bonne foi. Nous répondons également aux demandes de diffusions de campagnes de sensibilisation réalisées par le Ministère de la Santé en les relayant auprès des radios. Je voudrais souligner ici la mobilisation citoyenne de nos adhérents, l’ensemble des radios a répondu présent et diffuse les messages.
"Le CSA nous assure faire preuve de compréhension et de bienveillance pour les radios de bonne foi."

LLPR - Quels conseils pouvez-vous donner aux personnels et aux dirigeants ?
AL -
 D’abord de rester calme, c’est une période difficile mais la mobilisation est générale. Nous sommes confiants dans l‘avenir. Les mesures concrètes misent en place par l’État vont permettre d’éviter des situations irrémédiables. Au-delà des conseils, je veux rendre hommage aux radios qui ont réussi malgré ces conditions exceptionnelles à adapter leurs programmes pour apporter aux auditeurs et à la collectivité, les services dont ils ont besoin.
 
LLPR - Avez-vous des cas difficiles à traiter ?
AL - La situation est difficile, historique même. On écoute la radio tous les jours, ça semble facile, il suffit d’appuyer sur un bouton et les voix de nos animateurs, de nos journalistes sont là. Mais faire de la radio c’est difficile, ça coûte cher. Certains, dont parfois les pouvoirs publics, oublient l’importance de nos médias dans le quotidien des français. Soyons donc attentifs afin que les plus fragiles d’entre nous résistent à l’épreuve.
 
LLPR - Concernant l’impact financier, avez-vous déjà une évaluation sur le secteur de la radio ?
AL - 
Il est beaucoup trop tôt pour avoir des chiffres.

LLPR - Après la masse salariale, le poste de dépense de la diffusion est le plus important. Avez-vous des contacts avec les diffuseurs pour demander des reports de facturation ?
AL - Pas au moment où sont rédigées ces lignes mais nous invitons nos adhérents à négocier autant que possible avec l’ensemble de leurs fournisseurs et partenaires afin de gérer dans les meilleures conditions la trésorerie, élément central pour sortir de la crise.
 
LLPR - Justement, pensez-vous que certaines radios pourraient connaître d’importantes difficultés financières, certaines nous ayant signalés des problèmes de trésorerie à venir ?
AL - Comme je l’évoquais, comme pour toutes les entreprises de France, les radios sont touchées, et parfois doublement car elles ont souvent une activité en plus liée à l’événementiel. Un secteur à l’arrêt total. Nous serons vigilants pour que le gouvernement ait une juste appréciation de la situation économique des radios et leur vienne en aide proportionnellement au service irremplaçable qu’elles apportent à la collectivité.


François QUAIREL
Journaliste médias à La Lettre Pro de la Radio et responsable du magazine Le POD., premier guide du... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).