La Lettre Pro de la Radio & des Médias



126 000 Radio : les radios doivent monter au créneau

Rédigé par le Jeudi 15 Novembre 2018 à 08:40 | modifié le Jeudi 15 Novembre 2018 à 08:40



Roulements de tambour ! La 126 000 Radio a été dévoilée ce matin à "huit heures zéro zéro" par Médiamétrie. Certains peuvent hisser les couleurs quand d'autres feraient mieux de prendre un peu de Moraline© et beaucoup de Motivex© pour tenter d'arriver en un seul morceau jusqu'au mois de juin prochain. Revue des troupes.



Vous n’avez pas connu Marius ? Marius, c’est un ancien béret vert. Un commando marine. Prescripteur, entre autres de deux fameux médicaments qui, une fois avalés, vous permettent d’obtenir brillamment à peu près tous les résultats, de surmonter à peu près toutes les difficultés et, probablement, de signer, donc à peu près, un beau résultat dans le cadre d’une 126 000 Radio. Ces deux médicaments sont  la Moraline© et le Motivex©. Et, si Marius était devenu animateur, chroniqueur, journaliste, rédacteur en chef, chef d’antenne, directeur des programmes ou même directeur général d’une station, ce commando marine aurait probablement été capable de redresser n’importe quelle courbe d’audience. Car l’audience à la radio repose sur l’engagement et sur la mobilisation générale. Celle de toute l’équipe. Toute. Il ne peut pas y avoir d’exception. De l’engagé à l’amirauté, du biffin au gradé, du fantassin au juteux.

Garde à vous !

Lorsque l’on scrute cette 126 000 Radio, on se demande où a bien pu passer le régiment des 140 000 auditeurs qui manquent à l’appel. Cette fois-ci, on a de quoi psychoter : 78.6% des Français ont écouté la radio sur cette période. Et c’est là qu’est l’os.
Alors ce matin, c’est un peu "Les bidasses en folie" dans quelques radios. Prenons l’exemple d’Europe 1 avec 6.2 qui perd un point sur un an et avec seulement 1h42 de DEA et une part d’audience en-dessous des 5 points. On ne va pas tirer sur l’ambulance parce que, encore une fois, ce n’est vraiment pas le genre de la maison, mais quand même… C’est pas encore la cabane bambou pour la Généraliste de Lagardère mais la porte se rapproche. Pour autant, là-bas, le patron a quand même dû se coltiner, ces derniers mois, un changement complet de grille, des recrutements, des adaptations de grille et le tout, s’il vous plait, en plein déménagement. Europe 1 ? C’est pas le SIRPA mais le 3e REP avec un tel barda !

Nickel

Sans surprises, deux Généralistes se détachent ce matin du classement de cette première 126 000 Radio de la saison : R.A.S. pour RTL et France Inter. Aujourd’hui, c’est mess pour tout le monde, double ration de sardines et pâte de fruit pour les meilleurs. Car ce matin, ces radios hissent fièrement leurs couleurs. Il y a de quoi : 11.8 pour RTL et 11.5 pour France Inter avec respectivement 12.5 et 11.4 de part d’audience. RTL championne de la DEA avec. 2h19. Dans l’ordre, on retrouve RTL, France Inter, RMC, France Bleu et… Europe 1.
Chez les Musicales, cela ne surprendra personne, le leader c’est NRJ qui domine une nouvelle fois cette vague de rentrée : 9.8, même si, la radio perd presque un point en un an mais préserve sa part d’audience : 6.2.Nostalgie poursuit son épopée à 6.3 derrière Skyrock à 6.5 et M Radio grappille encore quelques dizaines de points.

La fleur au bout du fusil

Roulade avant pour France Culture qui s’approche des 3 points : 2.8 d’audience cumulée pour 2.1 de part d’audience. Plaquage au sol pour France Musique : 1.7 contre 1.6, il y a un an. franceinfo perd presque un demi-point malgré une rentrée politique et une actualité sociale particulièrement denses, riches et intéressantes. Toujours discrète, Radio Classique joue la carte de la stabilité : 1.9 d’audience cumulée pour 1.4 de part d’audience et 1h42 de DEA.

Ils crapahutent encore et encore

Les radios de catégorie A. Toujours à la manœuvre, rarement décorées. Pourtant, elles en ratissent du terrain grâce à du personnel qui travaille dans cette relative solitude qui, parfois, prépare aux grands destins. Elles sont 564 sur cette vague pour une audience cumulée de 2.0 en légère hausse.  Celles qui crapahutent également, ce sont les stations de catégorie B, les 133 radios indépendantes commerciales attirent chaque jour 8 257 000 auditeurs quotidiens soit 15.2% d’audience cumulée (en légère baisse versus avril-juin) mais en progression sur le critère  de la part d’audience avec une part d’audience de 11.4% (+ 0,4 point vs avril juin 2018). La durée d’écoute est elle aussi en progression (99 minutes vs 98 en 2017 et 96 sur la précédente vague). Chaque jour, 4 millions d’auditeurs sont à l’écoute des matinales des radios indépendantes.

Bientôt la quille

Pour terminer, ce rapide tour d’horizon, on aurait pu évoquer la grossière éloquence du Sergent Hartman afin d’illustrer nos propos et motiver notre contingent radiophonique. Mais, on va quand même terminer avec Marius, notre commando marine, pour ne pas tomber dans la vulgarité. Le béret vert a dit un jour : "Si tu lâches, c'est la chute ; si tu chutes, c'est la tombe". Une phrase qui devrait être affichée dans vos studios. Allez, courage mes camarades, plus que 7 mois avant la perme. À moins que… À moins que la quille n’arrive plus vite que prévu pour certains… Rompez les rangs.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).