La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio
La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

Coup de tonnerre

Le printemps marque le retour progressif des orages. Le premier coup de tonnerre s'est fait entendre le 15 avril dernier, lors la publication de la 3e et avant-dernière 126 000 Radio de la saison. Et quel coup de tonnerre ! On apprenait ce matin-là que la radio avait perdu 2 145 000 auditeurs en seulement un an. L'annonce a provoqué bien plus que des étincelles. Et l'arrestation d'un suspect : la Covid-19. Il est vrai que la crise sanitaire ne facilite pas la tâche des professionnels puisqu'elle modifie les comportements d'écoute et donc, impacte la mobilité des auditeurs. Pour autant, les causes de cet orage sont apparues il y a déjà longtemps.

La tendance baissière de l'audience de la radio en France ne date pas de mars 2020, même si ce processus s'est accéléré à cause du contexte sanitaire. Cette tendance baissière s'impose dès l'année 2012. Depuis, elle ne s'est jamais inversée. L'audience cumulée de la radio est passée de 82,1% en 2012 à 73,2% en 2021. Près de dix points perdus en près de dix ans.

La radio a besoin de temps long pour s'installer comme pour dévisser. Une décennie suffit amplement pour voir se dessiner des courbes et cette nouvelle période qui s'ouvre devant nous. Celle du morcellement et du tassement des audiences. Pour autant, la radio reste un média puissant grâce à ses 40 121 000 auditeurs quotidiens. Mais gageons que cet orage n'est pas encore terminé et qu'il nous réserve un autre coup de tonnerre : passer en dessous des 40 millions d'auditeurs quotidiens. Plus qu'un symbole, ce ne serait pas une bonne nouvelle, l'année où la radio fête ses 100 ans et les 40 ans de la FM.

J'ai bien ma petite idée sur les raisons de ce gros grain. La démocratisation du haut débit et la 4G, disponibles désormais dans la campagne la plus reculée, qui sont d'abord des adversaires redoutables de la radio. Ils le resteront encore longtemps. Car vraisemblablement, cette situation du "Je t'aime… moi non plus" n'en est qu'à ses débuts.
 

Brulhatour


Un an de crise et des perspectives


Lundi 8 Mars 2021



Nous écoutons la radio tous les jours. On peut vous assurer qu'il faut avoir la couenne épaisse pour absorber et digérer ce flux de mauvaises nouvelles et d'informations, plus anxiogènes les unes que les autres, notamment sur les généralistes. Si la peur et l'appréhension sont généralement de bons leviers d'audience, elles provoquent surtout, à terme, l'effet inverse. Il suffit d'écouter les réactions des auditeurs croisés dans la rue pour percevoir cette lassitude. Les radios ont désormais le devoir de rééquilibrer cet éditorial. Parce qu'entre variants et mutants, au bout d'un an, l'auditeur frise l'écœurement.

Voilà donc tout juste un an que la crise s'est installée doucement, sûrement et durablement. En mars 2020, les radios avaient su réagir et limiter la casse bien qu'enregistrant des baisses historiques de recettes publicitaires. Depuis, le secteur de l'évènementiel est au point mort. Le Paris Radio Show qui devait se tenir fin janvier a été repoussé aux 20, 21 et 22 janvier 2022. Au printemps, la Fête de la radio devrait se tenir fin mai - début juin. À Montpellier, la prochaine étape du #RadioTour aura bien lieu le 18 mars, mais en distanciel. Autres temps, autres mœurs…  

Ce début d'année a été marqué par l'arrivée de deux nouveaux conseillers au CSA. Le collège, sous la présidence de Roch-Olivier Maistre, s'est accordé sur une nouvelle répartition des six groupes de travail permanents. Celui qui nous concerne directement est le groupe de travail "Radios et audio numérique". Il est désormais présidé par Hervé Godechot qui devient ainsi le nouveau "Monsieur Radio" du paysage radiophonique français. Son prédécesseur, Nicolas Curien, aura œuvré pour la radio et ses professionnels durant l'ensemble de son mandat. Il n'aura pas ménagé ses efforts en proposant le désormais célèbre plan dit "des nœuds et des arcs". Gageons que son travail sera poursuivi par Hervé Godechot qui, tout naturellement, fait la une de ce 130e numéro de La Lettre Pro de la Radio.
 
Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Mai 2021 - 10:30 Coup de tonnerre

Lundi 12 Avril 2021 - 12:20 Entre promesses et désillusions