La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio
La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

Edito

En 2020, le Salon de la Radio avait été le seul événement au monde dédié à la radio et à l'audio digital à être organisé. Dès le mois de février, l'arrivée de la Covid-19 allait chambouler nos habitudes et bouleverser nos certitudes. Plusieurs mois ont passé… En 2021, le Salon de la Radio n'aura pas lieu. La décision d'un report de l'événement a été prise il y a plusieurs semaines, faute de visibilité sur ce début d'année prochaine, période qui s'annonce encore très chaotique.
Pour autant, comme nous aimons autant les défis que nous détestons rester les bras ballants, nous organiserons du 18 au 22 janvier 2021 une RadioWeek : cinq journées gratuites dédiées aux professionnels. À chaque jour sa thématique autour de tables rondes et de récompenses qui viendront saluer les efforts de l'industrie, industrie qui ne ménage pas sa peine depuis presque un an. Tout le monde pourra assister à cet événement organisé, vous vous en doutez, en distanciel. Et puis, nous vous proposerons six nouvelles étapes dans le cadre du RadioTour : Montpellier (le 18 mars 2021), Lyon (le 6 avril 2021), Lille (le 6 mai 2021), Rennes (le 3 juin 2021) et Bordeaux (le 8 juillet 2021).
Cette année a minima s'achève donc dans une sorte de maelström de doutes persistants, d'envies naissantes, de regrets mal digérés et de motivation décuplée. Sensations étranges après ces derniers mois "abracadabrantesques" qui sont probablement ceux du crépuscule d'une société qui s'en va et ceux de l'aube d'un nouveau monde qui se dessine.
À quelques jours du basculement vers une nouvelle année, dont on redoute déjà ce qu'elle nous réservera, l'heure est malgré tout aux réjouissances. Celles de Noël, que vous vivrez nous l'espérons, dans la joie familiale. Celles du Nouvel An.
Joyeux Noël à vous et vos équipes !

Brulhatour


Que retiendra-t-on de cette année 2019 ?


Mardi 24 Décembre 2019



D’abord, des programmes relativement figés. La radio a connu peu de grands changements entre la fin de la saison précédente et la nouvelle, qui a débuté en septembre dernier. Ce n’est pas franchement un signe de mauvaise santé mais certainement pas un signe de bonne santé. Des programmes qui n’évoluent pas, ou peu, sont souvent le signe que la radio ne veut pas prendre de risques parce que ses marges de manœuvre sont réduites.

Ensuite, les audiences en baisse. En septembre, la radio a fait sa rentrée la tête basse : elle a perdu précisément 1 126 000 auditeurs en 12 mois seulement et a enregistré 76,5% d'audience cumulée contre 78,6% il y a un an. Ce n’est pas de bon augure. Cette baisse devrait naturellement se poursuivre, probablement même s’intensifier. La radio n’est plus la seule à occuper le terrain de l’immédiateté et du direct et la concurrence est féroce.

Enfin, l’engouement pour l’audio digital. C’est, une nouvelle fois, le grand gagnant de cette année 2019 avec aussi le développement des matinales filmées. Les radios ont tout intérêt à prendre le train en marche comme elles ont tout intérêt à aller chercher l’audience là où elle se trouve y compris sur le DAB+ qui devrait, à terme, permettre de limiter la casse et sonner le glas d’une saturée et calcinée modulation de fréquence. On se demande d’ailleurs pourquoi la FM n’a pas encore tiré sa révérence quand on voit tous les avantages que propose la technologie du DAB+.
 
À l’aube de 2020, il est encore symptomatique d’observer les professionnels de la radio s’interroger sur la perte de vitesse de la radio. Est-ce à dire que l’on aurait définitivement oublié ce qui a fait jadis sa force et donc son succès ?
Joyeux Noël à vous tous.

 
Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 11 Décembre 2020 - 08:00 Edito

Lundi 9 Novembre 2020 - 13:06 La 3e vague