La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio
La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

Haut les cœurs !

La saison qui débute est celle de plusieurs inconnues. Le secteur de la radio porte encore les stigmates de la crise sanitaire. Peut-être faudra-t-il faire autant, voire plus, mais avec moins, durant les dix prochains mois. Peut-être faudra-t-il, chaque jour, activement surveiller l'évolution de la Covid-19 pour mieux en réduire ses funestes conséquences, sur l'emploi notamment. Et peut-être faudrait-il, déjà, anticiper sur de nouvelles méthodes de travail afin de continuer à fabriquer la radio.
Ce retour de vacances marque donc un dur retour à la réalité. En temps normal, ce n'est déjà pas si simple d'anticiper une saison radiophonique. C'est d'autant plus difficile en cette période. Personne ne peut prédire, tout juste prévoir. La marge d'erreur est importante et la crise sanitaire n'a probablement pas dit son dernier mot…
Pour autant, la vie continue. Aux Éditions HF, nous ne baissons pas les bras. Bien au contraire. À notre manière, nous poursuivons nos efforts pour soutenir l'ensemble du secteur de la radio et de l'audio digital. Cinq nouvelles étapes du RadioTour seront organisées d'ici la fin de cet annus horribilis : Paris, Nancy, Nice, Montpellier et Rennes. Dans notre ligne de mire se dessine déjà le Salon de la Radio et de l'Audio Digital qui devient le Paris Radio Show. Cette grande fête internationale de la radio se déroulera du 21 au 23 janvier 2021 sous la haute charpente haussmannienne de la Grande Halle de la Villette.
Pour cette rentrée, nous ouvrons le bal avec l'arrivée de Manu Payet à la tête de la matinale de Virgin Radio. Acteur, réalisateur et animateur, Manu Payet joue gros en remplaçant Camille Combal. C'est une des nouveautés de cette rentrée. Il y en a bien d'autres à découvrir au fil des pages de ce nouveau numéro.

 

Brulhatour


Que retiendra-t-on de cette année 2019 ?


Mardi 24 Décembre 2019



D’abord, des programmes relativement figés. La radio a connu peu de grands changements entre la fin de la saison précédente et la nouvelle, qui a débuté en septembre dernier. Ce n’est pas franchement un signe de mauvaise santé mais certainement pas un signe de bonne santé. Des programmes qui n’évoluent pas, ou peu, sont souvent le signe que la radio ne veut pas prendre de risques parce que ses marges de manœuvre sont réduites.

Ensuite, les audiences en baisse. En septembre, la radio a fait sa rentrée la tête basse : elle a perdu précisément 1 126 000 auditeurs en 12 mois seulement et a enregistré 76,5% d'audience cumulée contre 78,6% il y a un an. Ce n’est pas de bon augure. Cette baisse devrait naturellement se poursuivre, probablement même s’intensifier. La radio n’est plus la seule à occuper le terrain de l’immédiateté et du direct et la concurrence est féroce.

Enfin, l’engouement pour l’audio digital. C’est, une nouvelle fois, le grand gagnant de cette année 2019 avec aussi le développement des matinales filmées. Les radios ont tout intérêt à prendre le train en marche comme elles ont tout intérêt à aller chercher l’audience là où elle se trouve y compris sur le DAB+ qui devrait, à terme, permettre de limiter la casse et sonner le glas d’une saturée et calcinée modulation de fréquence. On se demande d’ailleurs pourquoi la FM n’a pas encore tiré sa révérence quand on voit tous les avantages que propose la technologie du DAB+.
 
À l’aube de 2020, il est encore symptomatique d’observer les professionnels de la radio s’interroger sur la perte de vitesse de la radio. Est-ce à dire que l’on aurait définitivement oublié ce qui a fait jadis sa force et donc son succès ?
Joyeux Noël à vous tous.

 
Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 09:27 Haut les cœurs !

Lundi 6 Juillet 2020 - 23:04 Bonnes vacances !