Édito 102 : des promesses, des promesses…

Ce mois de juillet dans une saison radiophonique, c’est un peu comme le mois de décembre dans le calendrier chrétien. Beaucoup parlent d’ailleurs de "la fin de l'année" alors qu’il conviendrait plutôt d’évoquer "la fin de la saison". Alors certes, en cette période estivale déjà bien entamée, on ne voit pas de sapins de Noël, mais on entend finalement partout les bonnes résolutions que les uns et les autres veulent prendre pour lancer la prochaine saison.

Une bonne audience dépend généralement d’une bonne stabilité de grille. Mais, comme toujours, deux camps s’affrontent. Ceux qui modifient à doses homéopathiques les programmes de la future saison et ceux qui jouent aux bulldozers. À Europe 1, on fait encore table rase de la saison passée, on recasse tout et on recommence. C’est devenu une habitude, une sorte de rocher de Sisyphe pour les anciens, les actuels et, craignons-le, pour les futurs dirigeants. Europe 1 deviendra-t-elle le tonneau des Danaïdes de Lagardère ?

Chez Médiamétrie, on prend son temps. Doucement mais sûrement, la nouvelle mesure d’audience de la radio en France attendue depuis des mois, voire des années maintenant, technologie basée sur le watermarking, sera dès le mois de septembre croisée avec les données de 126 000 Radio, méthode déclarative qui, tout le monde s’accorde à le dire, a fait son temps. L’audimètre RateOnAir est déjà testé en conditions réelles dans 3 régions françaises. La bascule devrait logiquement intervenir après le mois de février 2019. Nul doute que l’on se fera un plaisir de comparer les deux méthodes et, surtout, les résultats.

Enfin, ce mois de juillet marque, pour beaucoup, le début d’un temps de repos nécessaire et forcément mérité, et notamment pour l’équipe de La Lettre Pro de la Radio. Durant cette saison qui s’achève, le site lalettre.pro a été alimenté durant 51 semaines sur 52 par plus de 2 500 publications partageant toutes un même point commun : l’intérêt de la radio dans un environnement qui change vite. Tellement vite que la saison 2018-2019, qui débutera dans quelques semaines, promet d’être particulièrement excitante.

Comme cette période de vacances qui s’ouvre.

Alors, bonnes vacances !

Brulhatour
 

Pas de pétrole, mais des idées !

Anniversaire



Lundi 14 Mai 2018


De l'eau a coulé sous le pont Cardinal depuis le 15 juin 2011. C'est en Corrèze, à Brive-la-Gaillarde qu'est née La Lettre Pro de la Radio. Elle est née d'une rencontre, entre deux "curieux" de radio, Brulhatour et Philippe Chapot. Un tandem providentiel, aussi complémentaire et inséparable que Brett Sinclair et Danny Wilde. Retour sur les origines de cette aventure très humaine, 100 numéros et 2 000 abonnés plus tard…


 
 
Brett Chapot et Danny Brulhatour… Amicalement vôtre ! © Serge Surpin / NathaDlie.D
Brett Chapot et Danny Brulhatour… Amicalement vôtre ! © Serge Surpin / NathaDlie.D

Au commencement était le contenu. En 2009, Brulhatour cherche un éditeur pour son ouvrage 1001 idées pour réussir à la radio. Aux Éditions HF, il rencontre Philippe Chapot, qui baigne dans le milieu de la radio depuis longtemps déjà, grâce à La Lettre de l'audiovisuel que son père, Maurice Chapot, a cocréée en 1978. Brulhatour a, en réalité, bien plus de mille et une idées. "Je m'étais rendu compte en traînant dans les radios locales et régionales qu'il n'y avait rien de semblable à l'époque, à part des ouvrages en anglais. Je ne suis pas un gourou de la radio, mais il y a quelques fondamentaux à respecter." Le livre édité, la promotion se fait uniquement en ligne, sur un site dédié. En trois ans, les 2 500 exemplaires sont écoulés.


Et ainsi naquit La Lettre

Ce contenu sert, en juin 2011 et dans les mois qui suivent, à alimenter La Lettre Pro de la Radio. Philippe est l'éditeur, Brulhatour, le rédacteur en chef. Ce nouveau magazine veut "parler aux professionnels", rappelle Philippe. "La Lettre Pro de la Radio, c'est un accident, renchérit Brulhatour. Au départ, je ne suis pas certain qu'on avait une stratégie ! Philippe est plus technicien et moi je suis plus dans le contenu. Nous sommes très complémentaires. On voulait traiter l'info de façon normale, sans chercher le buzz." Il y avait déjà eu une tentative avec Le Mag Radio, mais l'intérêt des professionnels n'était pas évident. "Alors on a créé le besoin", ajoute Philippe. En 2010, le Salon de la Radio quitte Reed Expositions France pour voler de ses propres ailes. La Lettre Pro de la Radio va booster le Salon et le Salon devient un lieu de promotion de La Lettre. "Au début, c'était chaotique, se souvient Philippe. On sortait un numéro tous les quinze jours. Puis nous avons réduit la cadence et gagné en qualité."


Loin de la vie parisienne

"Tout ça s'est fait à la campagne, au milieu des bois en Corrèze, s'amuse Frédéric. J'ai opté pour une philosophie de vie normale. Je ne suis pas cadencé par la vitesse à laquelle la société avance, explique celui dont le premier métier est charpentier. Si j'avais pu, j'aurais été garde forestier ! J'aurais pu faire La Lettre Pro des forêts ! Mais personnellement, je trouve très enrichissant de voir comment la radio française se fabrique, comment elle vit. C'est un métier où les coulisses sont vachement intéressantes." Brulhatour regarde la radio avec un œil affûté : "L'actualité de la radio est toujours un peu répétitive. L'auditeur adore les surprises, mais il a peur des nouveautés." 100 numéros plus tard, La Lettre regarde l'avenir avec optimisme. Parmi les projets : développer une force commerciale et être plus présente à Paris. "On a gagné une vraie légitimité dans le métier et la durabilité est notre récompense. On a bonne presse parce qu'on a un bon esprit", conclut Brulhatour qui s'apprête à signer en juin son 10 000e article. "Le moteur, ça reste l'audience, souligne enfin Philippe. C'est lorsque l'on rencontre les gens au Salon que l'on se rend compte à quel point elle est appréciée.

Il y a un vieux dicton corrézien qui dit : "C'est à la fin de la foire qu'on compte les bouses !"


La Lettre… en chiffres

1 équipe pilotée par Brulhatour, composée d'une poignée de consultants, d'une secrétaire de rédaction et d'une correctrice. Enrichie depuis deux ans d'une dizaine de rédacteurs freelance, passionnés par le média radio.
10 articles par jour dont 2 exclusifs sont publiés sur  LaLettre.pro et sur l'appli mobile.
10 000 articles signés par Brulhatour entre juin 2005 et mai 2018.
1 journée spéciale, tous les 3 mois, en partenariat avec RCS, pour décortiquer le sondage 126 000.
2 000 abonnés à La Lettre Pro, en version papier ou flipbook.
10 000 abonnés reçoivent gratuitement chaque soir la newsletter "Ne partez pas encore…", qui compile toute l'actualité radio du jour, pour ne rien manquer de l'actualité de l'industrie.
3 215 000 visiteurs sur le site en 2017 et plus de 18 millions de pages vues.

Contact

La Lettre Pro de la Radio
12 avenue Jean Lurçat
19 100 Brive-la-Gaillarde
Tél. : 05 55 18 03 61 
lalettre.pro  
redaction@lalettre.pro




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Mai 2018 - 11:09 Les pros parlent de La Lettre