La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio

       





MusicDatak s'engage dans la bataille de la programmation musicale

Musique

Rédigé par le Mercredi 10 Novembre 2021 à 16:06 | modifié le Mercredi 10 Novembre 2021 à 16:57



MusicDatak se présente comme "un processus automatisé qui détecte les hits, vérifie les informations, organise et hiérarchise les hits en fonction du degré de satisfaction d'un public spécifique à un endroit précis". Un outil basé sur des algorithmes et destiné aux radios qui veulent soigner et améliorer leur programmation musicale…


Sam Zniber, fondateur et président de MusicDatak. L'entreprise travaille déjà avec plusieurs radios, comme Top Music, Mistral FM ou Radio Oxygène.
Sam Zniber, fondateur et président de MusicDatak. L'entreprise travaille déjà avec plusieurs radios, comme Top Music, Mistral FM ou Radio Oxygène.

Vous connaissez forcément le fondateur de MusicDatak : Sam Zniber. Il a parcouru des dizaines de pays dans le monde pour conseiller les radios. Après avoir été directeur de programmes avec succès sur plusieurs réseaux musicaux, comme Fun Radio, RTL 2 ou RFM ainsi que des radios leaders aux USA, Australie, Angleterre et Canada, Sam Zniber, autrefois connu par les auditeurs français sous le nom de Sam Z, a choisi de développer MusicDatak. Il y est aidé par Marino Hernandez, le directeur des opérations.
Pour La Lettre Pro de la Radio, les deux professionnels dévoilent leur méthodologie pour obtenir des résultats aussi précis qu'instantanés…

LLPR - Comment est venue l’idée de créer un algorithme de recherche musicale pour les radios ?
Sam Zniber -
En travaillant pour des groupes qui détiennent plusieurs marques, j’ai vu que pour des raisons budgétaires, ils utilisaient de moins en moins la recherche et de plus en plus le benchmarking avec les concurrents. Ce qui a un effet de manquer de différenciation et de ne pas faire attention aux auditeurs les plus modernes, ceux qui sont les "early adopters" et donc ceux qui donnent l’impulsion aux autres, les "trend setters".
Marino Hernandez - Ignorer les plateformes musicales ou bien les analyser sans organisation et structure est tout simplement dangereux. La radio, qu'elle soit FM ou DAB+, doit rester connectée au public "digital" au risque d’être trop en décalage et de devenir un média du passé.

"La radio doit rester connectée au public « digital » au risque d’être trop en décalage", pour Marino Hernandez, directeur des opérations à MusicDatak.
"La radio doit rester connectée au public « digital » au risque d’être trop en décalage", pour Marino Hernandez, directeur des opérations à MusicDatak.
LLPR - Quels sont les indicateurs clés de performance pour mesurer le succès d'un hit ?
SZ -
Un énorme hit peut faire des millions de vues, de likes, de téléchargements, etc., mais ces chiffres ne suffisent pas à mesurer le succès du hit. Il existe plusieurs types d'indicateurs clés de performance ou KPIs (key performance indicators) qui peuvent être utilisés pour mesurer le succès d’un hit.
MH -  Les plateformes de streaming musical utilisent différents indicateurs clés de performance pour mesurer la popularité d'une chanson. Par exemple, Spotify utilise le nombre d'écoutes, le temps de session et le taux de rétention. YouTube compte la durée moyenne d’écoute. Sur Deezer, la popularité est calculée en fonction de l'interaction des utilisateurs avec le titre. Le titre ayant le plus d'activité est le plus populaire. Nous mélangeons tous ces paramètres pour obtenir une mesure complète de la popularité des titres.

LLPR - Comment la radio peut-elle bénéficier des données des plateformes musicales ?
MH -
Nos clients ont accès à des données extrêmement précieuses qu'ils utilisent pour prendre de meilleures décisions en matière de playlist. Ces données comprennent les data sur leur public, notamment le type de musique écoutée, le volume d'écoute, la provenance et la durée de l'écoute.   
SZ - Avec autant de données disponibles, la radio peut les utiliser de différentes manières – en diffusant les bonnes nouveautés à l’antenne et choisissant les bonnes rotations des hits. Afin de s'approprier les hits de leur cible, et pour ajuster leur playlist chaque semaine afin de super servir leur audience.
 
LLPR - Que pensez-vous de l’analyse comparative entre concurrents ?
SZ -
Il est bon d'avoir des concurrents, cela vous permet de rester vigilant. Mais voici une idée : au lieu de s'inquiéter de ce que font les autres, pourquoi ne pas jeter un coup d'œil aux data musicales et envisager de faire un pas dans une nouvelle direction ? En bref, arrêtez de regarder ce que font les autres radios et commencez à inspecter les chansons que vos auditeurs veulent entendre. Et commencez à les jouer plus souvent !

LLPR - Les data musicales des plateformes musicales sont la clé d'une meilleure programmation des radios musicales ?
SZ -
Les études montrent que les gens préfèrent toujours la radio aux autres formes de découverte musicale. La radio est toujours la reine en termes d'engagement, et ce modèle économique n'est pas près de changer du jour au lendemain. De nouvelles recherches suggèrent que les choses évoluent rapidement en coulisses… et les data de streaming facilitent les décisions de programmation musicale pour votre station à un moindre coût !
MH - Le secteur de la radio a beaucoup changé ces dernières années avec la radio numérique, les services de streaming comme Deezer et Spotify.
SZ - Armées de connaissances spécifiques sur les chansons les plus aimées, les plus partagées et les plus ajoutées aux playlists, les radios peuvent planifier de meilleures stratégies de programmation musicale.

LLPR - Quelle est la méthodologie que vous utilisez ?
SZ -
MusicDatak crée une formule pour chaque client, donc la méthodologie est unique à chaque radio. Le calcul dépend de la cible stratégique, de la zone de diffusion, du format musical, et de chaque information que nos clients ajoutent à leur profil sur notre dashboard. Il faut noter que la partie humaine est importante avec MusicDatak. Nous faisons une curation des data, des recommandations. Chaque résultat, chaque ligne et chaque case est validé et vérifié par des humains, experts en programmation musicale. MusicDatak n’est pas une compilation de data.
 
LLPR - Êtes-vous en concurrence avec les services de recherches musicales traditionnels ?
SZ -
Nous proposons avec Fanscore Music une offre commune qui mixe quatre MusicDatak et deux call-out Fanscore par mois. Je viens de conseiller à un de nos clients d’utiliser les services de Radio Intelligence pour faire une étude stratégique. Nous sommes à une époque où les partenariats sont bénéfiques pour les clients. Certains de nos clients utilisent un mix entre call-out et MusicDatak.
MH - Il y a une partie de l’audience qui passe son temps sur les plateformes, et nous permet d’avoir son sentiment pour chaque chanson. Cela permet d’éviter de rester cloisonné uniquement sur ce qu’il se passe sur la FM, c’est une richesse de pouvoir écouter ces auditeurs très digitaux.
 
LLPR - Qui sont vos clients en ce moment ?
SZ -
Je tiens à saluer nos "early adopters" qui nous ont fait confiance dès le début. Pascal Muller de Top Music, Bruno Witek pour Mistral FM, Christophe Mercier pour Radio Oxygène et l’équipe de Sonido 104 en République dominicaine qui utilise MusicDatak depuis sa version bêta en 2019. Leurs retours et commentaires influent sur le produit que nous offrons.
 
LLPR - Combien êtes-vous dans l’équipe de MusicDatak ?
SZ -
Pour le moment, nous sommes trois, Marino Hernandez, notre directeur des opérations, et un data scientifique/full-stack developer. L’équipe s’agrandit rapidement.
MH - Et Sam Zniber, le fondateur et président.
 
LLPR - Quels conseils donnez-vous à vos clients à propos de la situation actuelle de la radio ?
SZ -
Exactement ce que je vous ai répondu en février 2017 : "Il y a tellement de façons de transmettre du contenu aux auditeurs, la radio est en pleine expansion. Mais il y a encore des efforts à faire pour atteindre les jeunes générations qui ont moins l’habitude de la FM et plus du digital. Les radios doivent proposer leurs programmes sous plein d’angles différents : le streaming, le replay, les podcasts et surtout améliorer l’expérience utilisateur grâce à des players d’écoute plus fluides et plus faciles d’accès, notamment sur les mobiles." J’aimerais voir, entendre et sentir de l’excitation dans les équipes radiophoniques en ce qui concerne le digital aujourd’hui en 2021.

Contact

MusicDatak
Web : musicdatak.com

Retrouvez, désormais dans chaque numéro de La Lettre Pro de la Radio, un classement exclusif réalisé par MusicDatak et réservé à nos abonnés.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 10 Novembre 2021 - 16:45 CSA : les chantiers de la saison €

Mercredi 10 Novembre 2021 - 16:33 Lagardère coupe le son du local €