La Lettre Pro de la Radio & des Médias



Les radios opposées à l'ouverture de la publicité

Rédigé par le Mardi 20 Novembre 2018 à 08:00 | modifié le Mardi 20 Novembre 2018 à 08:00



À l’occasion de la 28e édition des Rencontres Cinématographiques de l’ARP, à Dijon, le ministre de la Culture, Franck Riester, s’est exprimé pour la première fois sur une éventuelle remise en cause des secteurs interdits de la publicité télévisée (distribution pour les opérations commerciales de promotion, cinéma, édition littéraire) et d’une autorisation de la publicité segmentée, affirmant "prêter une oreille attentive" aux demandes du secteur de la télévision.



Dans son discours, le ministre a indiqué que "le marché a été siphonné par les acteurs numériques ces dernières années. Et les pertes de la télévision sont lourdes : entre 2000 et 2017, les investissements publicitaires en télévision ont baissé de 15%, passant de 3.9 à 3.3 milliards d’euros". Les représentants de la presse, de la radio et de la publicité extérieure tiennent à rappeler les éléments de référence publiés par l’IREP : "le marché publicitaire de la télévision n’est pas passé de 3.9 à 3.3 milliards d’euros entre 2000 et 2017, mais bien de 3 à 3.3 milliards d’euros, soit une augmentation de 8% des investissements. Au contraire, et en total contraste avec la bonne santé des chaînes de télévisions, les recettes de la presse écrite sont passées sur la même période de 4.2 à 1.7 milliards d’euros, soit un recul sans précédent de -57%. Celles de la radio ont baissé de -3% (de 0.715 à 0.694 milliard d’euros) et celles de la publicité extérieure ont légèrement augmenté de +1% (passant de 1,174 à 1,181 milliard d’euros)". C’est pourquoi, les médias presse, radio et publicité extérieure manifestent à nouveau leur ferme opposition à toute modification de dispositions réglementaires structurantes du marché  publicitaire.

"Un assouplissement de la réglementation actuelle entrainerait irrémédiablement un déséquilibre profond du paysage médiatique actuel. Selon une étude d’impact menée par France Pub, dans une telle hypothèse, la presse, la radio et la publicité extérieure pourraient perdre jusqu’à 576 millions d’euros d’investissements publicitaires par an, soit 44% du total des dépenses des annonceurs des secteurs concernés dans ces médias en 2017. Ces secteurs subiraient des pertes financières conséquentes, accentuant les transferts de valeurs déjà existants au profit de la télévision et de certains acteurs du digital. Toute expérimentation – premier pas à une ouverture totale à moyen ou long terme –, affaiblirait immédiatement la presse, la radio et la publicité extérieure à une période critique où ils investissent massivement pour accompagner la transition numérique des médias".
 


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).