Le bon début du DAB

Coup de théâtre dans l’industrie radiophonique française. Le 21 novembre, Journée mondiale de la télévision, ironie du sort, la radio prenait un nouveau cap : celui du DAB avec l’officialisation de l’entrée sur ce nouveau marché des grands groupes français. Ce DAB, c’est un peu un Distributeur Automatique de Bonnes ondes.
Une offre radiophonique enrichie, un confort d’écoute, des données associées… Tout cela sans comparaison avec l’actuelle modulation de fréquence qui, avec le développement du DAB, vit probablement sa dernière décennie au service des auditeurs. Reste à réfléchir désormais aux modalités de son éventuelle extinction. Car le double coût FM/DAB sera certainement très difficile à supporter sur le long terme y compris pour les grands groupes.
Le DAB, c’est aussi une bouffée d’oxygène financière pour celles et ceux qui œuvrent quotidiennement dans l’ombre pour motoriser la radio. Des intégrateurs aux diffuseurs, des installateurs aux programmateurs… qui voient se dessiner devant eux de nouveaux marchés.
Le DAB, c’est également pour les professionnels du micro une occasion inespérée de se réapproprier la radio. Probablement une opportunité pour la réinventer avec un objectif : produire des contenus de qualité en adéquation avec les nouveaux comportements d’écoute.
Le DAB, c’est finalement ce qui manquait à la radio d’aujourd’hui pour devenir la radio de demain. Un cadeau avant Noël.

Brulhatour
 

ÉDITO 101 : S'adapter aux nouveaux usages


Jeudi 7 Juin 2018



On ne veut pas jouer les Cassandre, mais il y a fort à parier que les radios qui ne feront pas le choix de cette adaptation aux nouveaux usages débuteront sans le savoir un long cycle de ronronnement avec les conséquences qui vont avec. Les modes de consommation de la radio changent, vite. Jamais ils n’ont d’ailleurs évolué aussi rapidement. Et gare à celles et ceux qui ne s’adaptent pas devant l’offensive des podcasts ou devant l’émergence des nombreuses plateformes qui proposent une offre musicale jusqu’ici jamais vue et jamais entendue…
 
Le champ des possibles est infini. L’horizon presque inconnu. Mais les nouvelles générations semblent prendre une autre direction. Probablement moins formatées à la radio traditionnelle que leurs aînés et prêtes, surtout curieuses, à utiliser de nouveaux outils et à aborder cette nouvelle façon de consommer : où je veux, quand je veux et comme je veux.
Les assistants vocaux ne sont certainement que le début d’une longue histoire. Il faut, coûte que coûte, s’y faire une place. Jouer des coudes et bien plus encore. Le DAB+, l’IP, les flux numériques constituent aussi des leviers de croissance. Il faut y investir, quitte à y laisser quelques plumes ou changer de direction au gré des vents. Mais qui peut affirmer, quand on observe la vitesse à laquelle ces technologies évoluent, que ces nouvelles contrées seront celles où veulent vivre vos auditeurs ?
 
Cette adaptation des auditeurs aux nouveaux usages doit passer obligatoirement par une adaptation des éditeurs. Une nouvelle façon de penser, d’abord la radio et, ensuite, de la fabriquer. C’est un challenge formidable pour les radios françaises et certainement la promesse de nouveaux formats ou de nouveaux contenus pour les auditeurs.
Dans un monde radiophonique qui bouge toujours, qui tangue parfois, vous devez appareiller pour un grand voyage qui sera ponctué par des escales avec leur lot d’avaries et de belles découvertes. Sans le savoir, dans vos studios, vous êtes les Magellan de la radio. Et l’industrie que vous représentez si brillamment, vieille déjà de près d’un siècle, n’en est encore, soyez-en sûr, qu’à ses tout premiers balbutiements.
Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 13:57 Les 50 radios les plus écoutées sur Radioline €

Mardi 12 Juin 2018 - 22:17 45 ans de radio en version originale €