La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio

       





Covid-19 : les radios associatives souhaitent un délais supplémentaire pour le FSER

Rédigé par le Lundi 16 Mars 2020 à 07:17 | modifié le Mercredi 22 Juillet 2020 à 13:24



Suite aux mesures prises par le gouvernement pour limiter la propagation du Covid-19, le SNRL, syndicat majoritaire des radios associatives, a tenu à sensibiliser le gouvernement sur les difficultés rencontrées par les radios locales dont les équipes sont en première ligne dans l'information de proximité. Il demande un délai supplémentaire relatif à la date limite pour le dépôt du dossier FSER.



Pour les radios associatives, le mois de mars est un mois crucial en raison de la constitution du dossier annuel du Fond de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER). Les remontées de situation font état de deux difficultés majeures : une difficulté à contacter les partenaires des radios pour l’obtention des  "attestations probantes" validant le dossier de subvention de fonctionnement, et un encombrement des cabinets d’expertise comptable. Or, l'attestation d'un expert-comptable est incontournable pour valider le bilan comptable lié au dossier administratif de chaque radio. En conséquence, le syndicat  des radios demande au Ministère d'étudier un délai supplémentaire relatif à la date limite pour le dépôt du dossier FSER, sans remise en cause du planning  d'examen et de l'ordre d’arrivée des dossiers et une vigilance accrue sur les difficultés financières des radios.

 
Pour Nicolas Calmels, membre du Bureau National du syndicat majoritaire des radios, et membre du Conseil d'Administration de la FESAC : "j'ai souhaité que l'action de notre Fédération auprès des pouvoirs publics intègre les problématiques des radios dans les cris d'alerte du monde de la culture au regard des difficultés multiples rencontrées par toutes les parties prenantes du secteur". Les représentants du SNRL à la Commission du fonds de soutien sont en première ligne pour étudier, à  la demande des radios, toutes les difficultés rencontrées.


D'autres problèmatiques apparaissent

En première ligne sur les informations sanitaires de proximité, les alertes locales et les dispositifs d’accueil et d'urgence, avec une mobilisation de leurs équipes 24/7, les radios locales et associatives se retrouvent aujourd’hui confrontées, elles aussi, aux conséquences des règles sanitaires qui évoluent au jour le jour. "On note une perte de revenus des petites entreprises de radiodiffusion, telles les radios associatives,  liée aux annulations de campagnes publicitaires et celles relatives aux messages d'intérêts collectifs et généraux. De nombreuses radios font état d'interventions annulées ou reportées sine die telles les ateliers pédagogiques radiophoniques dans établissements scolaires, dans les EHPAD, les prisons, les établissements médicaux sociaux et les bibliothèques. Ces annulations sont délétères pour  le budget des radios associatives. En matière d'intervention culturelle locales, des plateaux artistiques sont partout annulés, des concerts et manifestions musicales locales que les radios  organisent ou parrainent" fait remonter le SNRL.

Attention : l'adresse d'envoi est aussi erronée

Enfin, le syndicat professionnel des radios associatives tient a alerter les radios que l'adresse de renvoi des dossiers FSER publiée sur le site du Ministère (3 rue de Valois) n'est plus valable et comporte des risques de renvoi des dossiers à l'expéditeur. Celle ci va être modifiée par les services du Ministère dans les jours qui viennent. L'adresse opérationnelle est celle de la Direction Générale des Médias et des Industries Culturelles : Ministère de la Culture, FSER, 182 rue St Honoré 75033 Paris Cedex.
À la demande du SNRL, les radios ayant vu leur dossier renvoyé a l'expéditeur ne seront pas pénalisées à la condition que la date de première présentation rue de Valois soit justifiée dans le second envoi.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Claude Palmer le 16/03/2020 19:21
Merci de cesser des techniques de favoritisme publiant que le SNRL est majoritaire dans le secteur. Il ne l'est pas à quelques dizaines de radios près par rapport à la CNRA. Les deux cumulés pèsent seulement chacune, 1/4 SNRL ou 1/3 CNRA du secteur comptant environ 670 radios. Votre rédaction choisit donc de manipuler les faits. La CNRA, sans publicité, est bien en négociations avec le DGMIC pour trouver des solutions au problème des dossiers avec des demandes de compensations financières et de raccourcissement des délais de traitements pour que les radios ne se retrouvent pas sans subventions dans les délais habituels de fin d'année, pas portées à leurs bilans lors du calcul de leurs subventions pour l'année 2020, et pire de 2021, avec en corollaire des subventions en baisse. En outre l'Etat, à ce jour, a bien reporté les taxes patronales sur les salaires mais pas sur celles des salariés. D'autres questions restent pendantes sans solutions comme l'impossibilité actuelle des experts comptables à fournir les bilans 2019, indispensables pour le traitement des dossiers. Facile selon votre vision et celle du SNRL de faire semblant de s'apitoyer sur les radios associatives.
Vous ne publierez pas ce texte je pense.

Claude Palmer Président d'honneur de la CNRA, président de la fédération de Poitou-Charentes