La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio

Bonnes vacances !

Je vous le dis et je vous le répète depuis près de dix ans : les vacances sont faites pour se reposer, s'aérer l'esprit et décompresser. À ceci près que, cet été, ces grandes vacances ont un goût très particulier, après plus de trois mois d'une crise qui n'a absolument pas dit son dernier mot. Un goût particulier parce que l'on ne sait absolument pas ce que la rentrée nous réserve, ni de qui ou de quoi les prochains mois seront le nom. Consolons-nous en nous rappelant que la radio a su par le passé s'adapter. Elle le sait toujours et le saura encore longtemps.

Vous le savez, ce n'est pas le genre de la maison de tirer sur l'ambulance ou de donner des conseils aux uns et aux autres parce que "nul conseil n'est plus loyal que celui qui se donne sur un navire en péril". Néanmoins, pour cette nouvelle saison, ne soyez ni pessimiste ni optimiste car il s'agit, dans ces deux cas, de deux attitudes de spectateur. Vous n'aurez pas le droit d'être ce spectateur durant les 12 prochains mois. Vous devrez retrousser vos manches, tenir la barre, maintenir le cap, quoi qu'il arrive. C'est maintenant qu'il faut sonner le branle-bas !

Aux Éditions HF, nous avons orienté les voiles vers cette nouvelle saison et nous veillons au grain : cinq dates pour le RadioTour avant la fin de l'année à Paris, Nancy, Nice, Montpellier et Rennes. Le lancement d'un magazine international en langue anglaise sur l'actualité de la radio et de l'audio, une nouvelle édition du Salon de la Radio et de l'Audio Digital ainsi que plusieurs événements festifs en 2021 pour célébrer les 100 ans de la radio et les 40 ans de la FM.
En 2021, enfin, nous fêterons les 10 ans de La Lettre Pro de la Radio. C'est une des fiertés de la maison. Une aventure délicieuse et rayonnante. Promis, on vous gardera une part du gâteau parce qu'à travers cette décennie, c'est d'abord vous qu'il faut remercier.
 

Brulhatour
 


À la page à la plage


Jeudi 4 Juillet 2019


Vous avez entre les mains le 113e numéro de La Lettre Pro de la Radio. Et pour ce dernier numéro de la saison 2018-2019, nous restons sur la côte atlantique. Après Bordeaux, en juin dernier, la deuxième étape du RadioTour s’arrête ce 4 juillet à Nantes. Entre ce territoire et la radio, du sommet de la Tour de Bretagne ou les doigts de pied en éventail sur une des nombreuses plages de Loire-Atlantique, c’est une belle histoire d’amour. On vous le prouvera, durant toute une journée, consacrée à la radio de Nantes et de sa région, avec les acteurs de de la radio de Loire-Atlantique et d’au-delà. Juillet marque la fin de la saison. Une saison radiophonique qui s’est déroulée à la vitesse de l’éclair. Que retenir ? Probablement la descente aux enfers d’Europe 1. La station a dépassé le cercle des limbes. Espérons qu’elle atteigne vite le purgatoire pour retrouver le chemin du paradis. On saura le 18 juillet si France Inter préserve son statut de première radio de France ou si RTL a du répondant. C’est à cette date que l’on fera le bilan des 10 mois écoulés. Un bilan toujours non négociable. Le mercato ? Eh bien, le moins que l’on puisse dire, c’est que, hormis le jeu de chaises musicales pour deux ou trois personnalités, la radio ne se risque plus aux grandes manœuvres. C’est plus que jamais le temps de la stabilité. Mais dans cette guerre de la part d’audience, la radio poursuit sa métamorphose. Dans les coulisses, jamais de toute son histoire elle n'avait connu de tels changements. Cette saison l’a encore démontré. Paradoxalement, à l’antenne, la stabilité, encore elle, reste une valeur sûre et rares sont ceux qui osent changer ou tout simplement bousculer les codes. C’est compréhensible, mais c’est dommage.
Bel été et bonnes vacances.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 6 Juillet 2020 - 23:04 Bonnes vacances !

Vendredi 5 Juin 2020 - 00:13 Le plus dur reste à venir