La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio
La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

C’est un peu mou du genou

On sent bien que la crise est passée par là… Cette rentrée radio 2021 a comme un air de déjà-vu. On a l’impression d’être dans la peau de Bill Murray dans Un jour sans fin. Hormis Europe 1 et Fun Radio qui ont, presque, tout changé, et qui ont donc tout à gagner, la prudence est mère de sûreté pour le gros des troupes. Il faut être très attentif pour apercevoir les évolutions livrées aux auditeurs à dose homéopathique. Le marché est tendu. Peu souhaitent prendre des risques. On avance à tâtons, car on sait très bien que les dix prochains mois seront probablement difficiles.

Il faut rappeler que la fin de la précédente saison s’est terminée par un trou d’air historique. Souvenons-nous que la radio est passée sous le seuil psychologique des 40 millions d’auditeurs. Alors, bien sûr, on vous dira que le média demeure puissant avec des fondations solides. C’est vrai. Mais, depuis une décennie, l’audience a une fâcheuse tendance à piquer du nez, surtout depuis le mois de mars 2020. Espérons que cette baisse se stabilise enfin. La crise sanitaire est un moment idéal pour se réinventer…

Sans lire l’avenir dans le marc de café, on peut dégager trois pistes pour tenter d’arriver en bon état en juin prochain. D’abord, la perte de l’audience hertzienne devrait être contrecarrée par celle gagnée sur le digital, plein de promesses. Ensuite, gageons que, même durant cette saison marquée par la présidentielle, l’auditeur devrait naturellement tourner la page du buzz, de la petite phrase et de l’info ou de l’intervention à pas cher, qui ont probablement vécu leurs grandes heures. Ce qui devrait encourager les professionnels à s’intéresser au fond plus qu’à la forme. Enfin, la créativité et la réactivité demeurent toujours deux valeurs fortes et fondamentales de la radio. Il ne faudra pas s’en éloigner.
Comme les grands hommes, c’est aussi dans les périodes de crise que se révèlent les grandes radios !

Brulhatour


Pitchoun, la plus familiale des radios

DAB



Mercredi 1 Avril 2020


Ce n’est certainement pas la première fois que La Lettre Pro vous racontera l’histoire d’une radio née par accident ! Derrière Radio Pitchoun, il y a Laurent Brochet, jeune papa de Lucie et Baptiste. En 2016, lors d’un trajet Nice-Paris en voiture, il zappe sur son autoradio et ne trouve rien de convaincant pour distraire ses enfants. Il décide donc de créer Radio Pitchoun, un média "sécurisé" pour les 4-10 ans, qui est en train de conquérir la France.


Laurent Brochet et Pitchoun, la mascotte du groupe média. © D.R.
Laurent Brochet et Pitchoun, la mascotte du groupe média. © D.R.
dsc_0326.jpg DSC_0326.JPG  (6.75 Mo)

Le projet Pitchoun n’aura pas mis longtemps à éclore. Originaire du sud de la France, c’est à Monaco que Laurent Brochet teste son concept et que Pitchoun est portée sur les fonts baptismaux. "Il y avait une fréquence disponible. Je parle de Pitchoun aux autorités monégasques qui approuvent. Tout est allé très vite : l’idée a germé en janvier et la radio est née le 1er juillet 2016." Rapidement, Pitchoun est connue et reconnue sur le Rocher. "Ce n’était qu’une première étape. Je n’ai pas connu les années 1980 avec la libéralisation de la FM, mais j’allais connaître le lancement de la radio numérique. Pour monter en puissance, la technologie du DAB+ était une superbe opportunité. J’ai monté ma société, j’ai postulé. Le CSA a sélectionné le projet sur des grandes villes comme Paris, Marseille, Strasbourg, Lyon, Mâcon et Rouen. Dans quelques mois : Bordeaux, Toulouse et Arcachon. Si nous n’avions pas été retenus, j’aurais laissé tomber !"

 

Créer des programmes "sécurisés"

La première particularité de Pitchoun, c’est sa cible. En 2017-2018, Laurent Brochet monte une équipe et travaille à la création d’un programme professionnel. Arrive la première levée de fonds qui permet à Pitchoun de s’installer sur un plateau de 400 m² et d’investir dans le matériel. D’appel en appel, la station grandit. Si, historiquement, le berceau de Monaco et de la Côte d’Azur est desservi en FM, c’est sur le DAB+ que mise Pitchoun pour s’étendre dans toute la France. "Je ne dis pas que la FM est morte. Mais dans le futur, il faut voir le DAB+, surtout pour notre cible. En DAB+, le son est moins sourd, on va pouvoir installer les datas. Aujourd’hui, les enfants évoluent vite", analyse Laurent Brochet.

Pitchoun : média 360

Quatre ans plus tard, Pitchoun "n’est pas qu’une radio, détaille son fondateur. C’est un média audio, vidéo, digital, sécurisé et made in France. La chaîne de télévision réunit plus de 2 millions de téléspectateurs". En septembre 2020, Pitchoun Médias va lancer sa plateforme numérique 360. Un abonnement premium permettra d’accéder à une multitude de contenus : télé, replay, VOD, bonus, podcast… Le Club des Pitchouns, comme à la bonne vieille époque du Club Dorothée, proposera des événements pour les enfants, des concerts, l’annonce des anniversaires à la télé. "On va travailler avec Gérard Salesses, auteur-compositeur du Club Dorothée, d’Hélène et les garçons… et avec lui, on va produire pour Pitchoun." La plus-value Pitchoun, et sa marque de fabrique, c’est de proposer des programmes "sécurisés". "Nous avons des psychologues qui écoutent et regardent tout. Lorsque le programmateur a laissé passer quelque chose qui ne convient pas, ils nous le signalent. On fait très attention." Le modèle économique de Pitchoun repose sur les investisseurs et la publicité. "Nous venons de signer avec la régie publicitaire d’Arte. Depuis le 10 mars, nous commercialisons de la publicité pour Télé Pitchoun. D’ici à un an ou deux, il y aura de la publicité sur la radio. C’est une fierté ! Il y a deux ans, personne n’aurait parié un euro sur le projet."
"Les 13 millions d’enfants d’aujourd’hui sont les adultes de demain : il faut les accompagner !"

La radio selon Pitchoun

Une radio familiale avec des infos, des bons plans sorties pour les enfants, des jeux, des chroniques culturelles… Un morning en direct de 6h à 10h. Trois animateurs. Une mascotte, Pitchoun, comme en son temps Casimir. L’égérie de Disney, Cerise Calixte, qui raconte une histoire chaque soir à 19h45, avant le coucher. Rétro-Pitchoun, pour les parents nostalgiques de Chantal Goya ou Henri Dès, diffusée l’après-midi, lorsque les enfants sont à l’école. Mais aussi une programmation éclectique qui va de la comptine aux musiques actuelles : Angelina, Carla, Kids United, Amir ou Soprano… Avec des titres sélectionnés et toujours sans grossièretés.

Contact

Pitchoun Médias
73 avenue du Campon
06110 Le Canet
Tél. : 04 92 97 57 58
tvradio-pitchoun.fr



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Avril 2020 - 19:31 La radio entre en résistance

Mercredi 1 Avril 2020 - 19:20 BTLV, un Ovni dans les médias