La Lettre Pro de la Radio & des Médias



Olivier Schrameck : "L'avenir de la radio et de l'audio digital réside dans la diversité"

Rédigé par le Vendredi 26 Janvier 2018 à 15:21 | modifié le Vendredi 26 Janvier 2018 à 15:21



En direct du Salon de la Radio & Audio Digital qui se tient à la Grande Halle de La Villette à Paris jusqu'à samedi, Oliver Schrameck, Président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) s'est exprimé sur l'avenir du média radio. Il salue, avant tout, la diversité, la pluralité et la vivacité de ce média historique qui est au cœur des missions du CSA, dans toutes ses dimensions techniques, économiques et culturelles.


Olivier Schrameck, ce matin, au Salon de La Radio © Serge Surpin / Le Lettre Pro
Olivier Schrameck, ce matin, au Salon de La Radio © Serge Surpin / Le Lettre Pro

Pour le CSA, les enjeux cruciaux sont de trois ordres : la mesure d'audience, qui doit refléter plus précisément la pluralité d'écoute des auditeurs à l'ère numérique ; l'inclusion du streaming dans les réglementations nationales et européennes ; le développement des leviers de croissance en faveur de l'édition de  services de radios hertziens et numériques avec le DAB+. Pour Olivier Schrameck : "le développement du média radio à l'ère numérique doit permettre de renforcer encore plus ses atouts distinctifs d'instantanéité et de proximité. A l'image des auditeurs qui écoutent tous les jours la radio de manière plurielle. Entre radio traditionnelle et audio digital, le marché et tous les acteurs de la radio et de l'audio digital en France doivent refléter cette diversité".
 
La production de contenus audio originaux, diffusés en streaming, en radio filmée ou à la demande grâce aux podcasts natifs, représente des opportunités de développement fondamentaux pour le secteur. Il existe également des opportunités intéressantes dans le développement des intelligences artificielles et du contrôle de la voix.

Olivier Schrameck a parcouru les allées du Salon de la Radio et s'est noitaament arrêté longuement sur le stand du CSA © Serge Surpin / La Lettre Pro
Olivier Schrameck a parcouru les allées du Salon de la Radio et s'est noitaament arrêté longuement sur le stand du CSA © Serge Surpin / La Lettre Pro

"Jusqu'à présent la radio nous parlait, bientôt c'est nous qui parlerons à la radio"

Autant de novations qui font que la radio s'inscrit dans une stratégie de média global, passeur de lien numérique. Le CSA souhaite accompagner le secteur de la radio et de l'audio digital dans cette direction.Trois enjeux apparaissent cruciaux. D'abord, la mesure d'audience, qui doit toujours tenir pleinement compte de cette pluralité d'écoute de la part des auditeurs. L'enjeu publicitaire est considérable. Le lancement, à l'automne dernier, d'une nouvelle mesure d'audience "Radio et musique" par Médiamétrie et le GESTE est une étape significative.
Ensuite, l'inclusion du streaming dans les réglementations nationales et européennes doit prendre effet le plus rapidement possible afin de mettre fin à une asymétrie réglementaire dommageable pour l'équilibre du marché entre tous les acteurs et, en particulier, les radios commerciales. Le CSA plaide pour que la Directive Européenne ait une base élargie avec le soutien des acteurs français du secteur. Enfin, le développement des leviers de croissance en faveur de l'édition de  nouveaux services de radio hertziens et numériques (La croissance par la syndication de programmes de manière encadrée ; La croissance par l'obtention de nouvelles fréquences FM. 14 appels à candidatures, concernant 13 CTA vont ainsi être lancés entre 2018 et 2019 ; La croissance par l'obtention de nouvelles fréquences en DAB+.

Le DAB+ devrait couvrir 20% du territoire d'ici la fin de l'année

Le CSA, qui a dévoilé fin décembre sa feuille de route 2018-2020 pour le déploiement du DAB+ en France, veut accompagner cette transition numérique dans une logique de diversité et de complémentarité, et non de substitution. Olivier Schrameck rappelle l'objectif d'une couverture DAB+ équivalente à 20% du territoire d'ici la fin de l'année, avec une priorité donnée à l'équipement des grands bassins de population et les grands axes routiers. Le DAB+ est déjà déployé à Paris, Marseille et Nice sur un total de 14 multiplex à l'issu d'un premier appel à candidatures. Deux nouveaux appels portant au total sur 30 multiplex sont en cours notamment à Lyon, Lille, Nantes, Mulhouse, Dunkerque, Le Havre et d'autres villes ; complétés par un quatrième appel incluant Bordeaux, Toulouse sur 7 multiplex,...
 
Cette évolution des canaux de distribution numérique doit permettre à l'ensemble des modes de diffusion de s'additionner, se compléter permettant de toucher tous types de terminaux, les transistors, les autoradios, les smartphones, en s'adaptant à toutes les situations de vie pour une écoute de qualité n'importe où n'importe quand. A l'avenir, l'auditeur ne se posera plus la question de son mode d'écoute, FM, internet, 4G, DAB+, mais choisira ce qu'il souhaite écouter en laissant son récepteur opérer de manière autonome le mode de réception le plus approprié.

"Un évènement fédérateur"

Olivier Schrameck rappelle pour conclure que les voix de développement du média radio se situent aussi dans la fédération de nos efforts dans l'espace numérique et en particulier entre les radios indépendantes et associatives par des applications communes de distribution. Il réside également dans les synergies.
Au nom du CSA, présent sur un stand au Salon de la Radio & Audio Digital, Olivier Schrameck salue les organisateurs de cet évènement fédérateur, comme l'ensemble des professionnels, des bénévoles et des associations qui font vivre chaque jour ce grand média tourné vers l'avenir dans la dimension numérique.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par leblanc le 01/07/2018 07:24
bonjour, donc la bande fm va durer encore quelques années ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Octobre 2018 - 15:12 Retour dans les années 90 sur Fun Radio !