Un mal bien français

La saison est lancée. Cette fois-ci, elle est d’ailleurs réellement lancée après quelques adaptations, toujours, nécessaires des premières journées. Des adaptations qui sont pourtant considérées par certains comme étant de véritables séismes. Qu’ils se rassurent, les Cassandre de tous poils auront d’autant plus de pain sur la planche le 15 novembre prochain avec la parution de la première 126 000 Radio de la saison. On aiguise déjà les langues et les claviers. À ce propos, les radios de Lagardère Active doivent s’y préparer, car s’il existe un mal bien français, c’est celui de dézinguer le travail des autres. Tout le monde sait dans le landerneau de la radio que, si Europe 1 traverse une mauvaise passe depuis plusieurs mois, ce n’est pas grâce, ou à cause, de ce sondage de rentrée qu’elle va se refaire la cerise. La veille, Guimier et consorts auront donc tout intérêt à aller brûler un cierge et à faire quelques incantations pour mieux absorber, le lendemain, les réflexions des fins connaisseurs. La dézinguerie ambiante, qui va souvent de pair avec la crétinerie, ne s’arrête pas là. Combien d’efforts, d’abnégation, de patience et autres vertus cardinales, il aura fallu aux Sages du CSA pour parvenir à imposer le début d’un déploiement du DAB+ en France alors que presque l’ensemble de nos voisins européens nous a depuis longtemps atomisés dans ce domaine. Là aussi, les Cassandre ont usé, depuis plusieurs années, de tous les stratagèmes les plus fumeux pour tenter de noyer le poisson et défendre leur pré carré. Alors, on ne va pas citer de noms, parce que ce n’est pas le genre de la maison, mais franchement… Ceux qui ont défendu la libéralisation des ondes en 1981 et qui, depuis des années, ont usé de tous les moyens perfides pour retarder, voire empêcher, le déploiement du DAB+, on sait ce que l’on va leur offrir à Noël : un beau miroir !

Brulhatour
 

Un joli mois de mai dans les radios

Monsieur Radio


Lundi 14 Mai 2018


Pas de piquet de grève aux portes des studios. Pas de grève perlée dans les programmes. Aucun préavis de grève en vue… Même pas une p'tite revendication. Même pas un début de p'tite grogne des CDDU. Franchement, les gars, si vous continuez comme ça, on va croire que vous êtes définitivement, derrière votre micro, les rois du pétrole.




 

Vous la sentez la bonne odeur du barbecue syndical ? Mais non, ce n’est pas une image d’Épinal. Le barbecue, c’est un peu le lieu de convergence des luttes communes portées par vos collègues. Le quartier général de la revendication installé devant vos studios. Comment ? Entre deux merguez, vous n’avez rien à exiger ? Une augmentation ? Un 13e mois ? Des titres-restaurant ? Une participation aux bénéfices ? Une 6e semaine de congés ? Mince alors… Des chèques-cadeaux ? Des indemnités kilométriques ? Un CDI en lieu et place de votre CDDU ? Non plus ? Attention, Monsieur Radio est très clair : inutile de tirer sur votre collègue du matin qui marge à plus de 50 k€ par mois et dont la seule préoccupation du moment est de savoir si la villa qu’il vient de louer à Rhodes pour l’été prochain disposera d’un spa digne de ce nom.

Les smicards provinciaux

Non, mais alors, les gars, faut arrêter de vous plaindre seulement quand votre patron tourne les talons pour redémarrer son Porsche Cayenne. La précarité à la radio, ça vous parle ? On en parle ? Vous qui êtes jeunes, donc corvéables à merci, et ça vaut aussi pour les plus âgés qui le deviennent même dans le service public, vous pouvez affirmer que tout va bien ? Vous, les auto-entrepreneurs à 1 euro le speak, vous les stagiaires au long cours, vous les smicards provinciaux du micro, vous les services civiques, bons à tout faire, dans les associatives. Vous et vos années d’ancienneté, obligés de ne surtout pas, ou plus, compter vos heures sous prétexte que la radio, "c’est une passion, voire une chance dans une vie, mon coco", vous qui, dorénavant, devez aussi faire vivre les réseaux sociaux en même temps que vous animez. Une p’tite photo par ici, un p’tit texte par là… "Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort." C’est pas beau le progrès ?

Head of revendication

Alors, au lieu d'accepter de travailler le 1er janvier, le 8 mai, le jeudi de l'Ascension, le lundi de Pentecôte, le jour de l'Assomption, le 11 novembre ou le 25 décembre, comme si de rien n'était, histoire de vivre finalement des jours sans saveur, au lieu de dire oui à l’installation d’un baby-foot et de Mario Kart sur un grand écran dans votre bureau, histoire de vous lobotomiser davantage avant de reprendre le micro, pensez donc à un bon barbecue. Pensez aux beaux jours qui s’y prêtent. Pensez à vous.
Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Mai 2018 - 11:09 Pas de pétrole, mais des idées !

Lundi 14 Mai 2018 - 11:09 Les pros parlent de La Lettre