La Lettre Pro de la Radio & des Médias



Phonétiquement parlant…

Mardi 20 Juin 2017



Vous avez hissez haut votre drapeau sur lequel on peut lire "local", "départemental", "régional" ou encore "proximité". Si vos animateurs ou vos journalistes ont des difficultés à prononcer les noms des communes ou des villes de votre secteur alors ce drapeau, mettez-le en berne !


Les métiers de journalistes et d’animateurs sont des professions qui demandent toujours une certaine préparation notamment en amont des interventions, surtout si ces dernières sont effectuées en direct.  Quoi qu’on dise, ces professions ne s’improvisent pas et, une fois devant le micro, l’improvisation peut souvent vous le prouver.

Dans le top 3 "du pire à la radio"

Après l’interruption d’antenne accidentelle qui égratigne sensiblement votre professionnalisme et les propos incontrôlés qui ternissent votre image, les mauvaises prononciations des noms des villes couvertes pour une station régionale entrent dans ce top 3 "du pire de la radio". Comment peut-on s’enorgueillir  de proposer un programme local, si l’on écorche ce qui fait l’identité même de notre territoire et donc, de nos auditeurs ! Cette lacération de la phonétique locale engendre des réactions immédiates de l’auditeur.

Un vrai risque de discrédit

Noms de lieux, noms de personnalités locales ou de manifestations dites "de terroir", une prononciation exacte de ces derniers s’impose afin de démontrer aux auditeurs que vous êtes attachés à votre territoire, plus encore, que vous le connaissez. Et c’est ainsi indirectement, une grande marque de confiance que vous envoyez à celles et ceux qui vous écoutent, qui logiquement vous le rendent. Si vous promettez que vous savez cuisiner un plat alsacien et qu’une fois dans l’assiette, celui qui le déguste découvre qu’il s’agit en réalité d’une recette basque ou bretonne, et quand bien même ce plat aurez bon goût, vous seriez discrédité. Ecorcher le nom d’une ville ou d’une personnalité est le meilleur moyen pour discréditer votre station.

Quelques astuces simples

# 01 Un répertoire phonétique
Certaines stations (notamment du service public) ont recours à ce genre de "dictionnaire" qui permet de savoir rapidement de quelle manière se prononce le nom d’une commune. Ce répertoire est très pratique, en particulier, pour des animateurs pigistes amenés régulièrement  à travailler aux quatre coins de France. Dans certains endroits, les règles de prononciation sont typiquement locales et vous ne pouvez donc pas les inventer. Un répertoire phonétique doit être envisagé, il sera d’ailleurs très apprécié des personnels pigistes ou encore des voice-trackeurs qui travaillent à distance.

# 02 Une bonne préparation en amont
Avant une émission, mettez de côté les noms dont la phonétique vous amène à vous interroger sur la façon de les prononcer. Le plus simple est de demander conseils autour de vous. Il y a forcément un collègue animateur ou journaliste qui répondra correctement à vos questions. Un conseil qui vaut pour les salariés nouvellement arrivés comme pour les voice-trackeurs. Ces derniers devant faire systématiquement cette démarche en cas de doute. Allez plus loin en réécrivant phonétiquement certains mots en marge, par exemple, de commandes de messages publicitaires. Cela évitera de payer les corrections facturées par votre studio.

# 03 Ecoutez - Mémorisez
Un conseil aux voice-trackeurs : écoutez la radio pour laquelle vous travaillez à distance. Et ciblez, les horaires : préférez les journaux, les flashs, les agendas… Bref, focalisez votre écoute, là où vous êtes certains que l’on évoquera une actualité locale avec des noms… locaux. Idem pour les salariés nouvellement en poste qui ont néanmoins la chance d’être "sur place", donc d’être immergés quotidiennement dans ce qui fait l’identité du territoire.

Et aussi

Enfin, si vous êtes également un auditeur attentif, vous vous apercevrez rapidement que les erreurs de prononciations ne sont pas que l’apanage des nouveaux animateurs et des voice-trackeurs. Si vous pensez ne pas maitriser suffisamment la langue anglaise mieux vaut de pas vous embarquer dans l’annonce ou la désannonce d’un titre anglais. À cela, n’oubliez pas  les liaisons mal-t-à-propos (100 €uros ne se prononce pas "cenzorro" mais bien cent euros. Vous mangez des haricots et pas des "zharicots") ou encore les joies de la paronymie : l’écriture est proche mais le sens est toujours très différent  (conjecture et conjoncture, attention et intention, emménager et aménager, effraction et infraction)…


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Jean-Marie de Schoop le 20/06/2017 19:34
Prononcer correctement tous les noms des patelins, c'est bien, mais avoir l'accent qui va bien c'est encore mieux : Essayez un peu de faire des annonces pour la région PACA avec l'accent parigot ! (signé un francilien)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Décembre 2017 - 11:55 Un "Escape Game" dans studios de NRJ