La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio
La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

Haut les cœurs !

La saison qui débute est celle de plusieurs inconnues. Le secteur de la radio porte encore les stigmates de la crise sanitaire. Peut-être faudra-t-il faire autant, voire plus, mais avec moins, durant les dix prochains mois. Peut-être faudra-t-il, chaque jour, activement surveiller l'évolution de la Covid-19 pour mieux en réduire ses funestes conséquences, sur l'emploi notamment. Et peut-être faudrait-il, déjà, anticiper sur de nouvelles méthodes de travail afin de continuer à fabriquer la radio.
Ce retour de vacances marque donc un dur retour à la réalité. En temps normal, ce n'est déjà pas si simple d'anticiper une saison radiophonique. C'est d'autant plus difficile en cette période. Personne ne peut prédire, tout juste prévoir. La marge d'erreur est importante et la crise sanitaire n'a probablement pas dit son dernier mot…
Pour autant, la vie continue. Aux Éditions HF, nous ne baissons pas les bras. Bien au contraire. À notre manière, nous poursuivons nos efforts pour soutenir l'ensemble du secteur de la radio et de l'audio digital. Cinq nouvelles étapes du RadioTour seront organisées d'ici la fin de cet annus horribilis : Paris, Nancy, Nice, Montpellier et Rennes. Dans notre ligne de mire se dessine déjà le Salon de la Radio et de l'Audio Digital qui devient le Paris Radio Show. Cette grande fête internationale de la radio se déroulera du 21 au 23 janvier 2021 sous la haute charpente haussmannienne de la Grande Halle de la Villette.
Pour cette rentrée, nous ouvrons le bal avec l'arrivée de Manu Payet à la tête de la matinale de Virgin Radio. Acteur, réalisateur et animateur, Manu Payet joue gros en remplaçant Camille Combal. C'est une des nouveautés de cette rentrée. Il y en a bien d'autres à découvrir au fil des pages de ce nouveau numéro.

 

Brulhatour


Le bon début du DAB


Mardi 4 Décembre 2018



Coup de théâtre dans l’industrie radiophonique française. Le 21 novembre, Journée mondiale de la télévision, ironie du sort, la radio prenait un nouveau cap : celui du DAB avec l’officialisation de l’entrée sur ce nouveau marché des grands groupes français. Ce DAB, c’est un peu un Distributeur Automatique de Bonnes ondes.
Une offre radiophonique enrichie, un confort d’écoute, des données associées… Tout cela sans comparaison avec l’actuelle modulation de fréquence qui, avec le développement du DAB, vit probablement sa dernière décennie au service des auditeurs. Reste à réfléchir désormais aux modalités de son éventuelle extinction. Car le double coût FM/DAB sera certainement très difficile à supporter sur le long terme y compris pour les grands groupes.
Le DAB, c’est aussi une bouffée d’oxygène financière pour celles et ceux qui œuvrent quotidiennement dans l’ombre pour motoriser la radio. Des intégrateurs aux diffuseurs, des installateurs aux programmateurs… qui voient se dessiner devant eux de nouveaux marchés.
Le DAB, c’est également pour les professionnels du micro une occasion inespérée de se réapproprier la radio. Probablement une opportunité pour la réinventer avec un objectif : produire des contenus de qualité en adéquation avec les nouveaux comportements d’écoute.
Le DAB, c’est finalement ce qui manquait à la radio d’aujourd’hui pour devenir la radio de demain. Un cadeau avant Noël.
Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 09:27 Haut les cœurs !

Lundi 6 Juillet 2020 - 23:04 Bonnes vacances !