La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio

La musique enregistrée fortement affectée par la crise sanitaire

Rédigé par le Jeudi 18 Juin 2020 à 10:20 | modifié le Jeudi 18 Juin 2020 à 10:20



Les producteurs de musique du SNEP et de l’UPFI, publient une évaluation de l’impact économique de la crise sanitaire sur le marché de la musique enregistrée, réalisée par EY. Des chiffres qui attestent de difficultés persistantes bien au-delà de l’année 2020 mais qui ne devraient pas empêcher pour autant la dynamique de la production musicale.



Les revenus du streaming (-7% par rapport au CA prévisionnel avant Covid) ne permettront pas d’amortir l’effondrement des ventes de disques et des droits voisins (-40% par rapport au CA prévisionnel avant Covid pour 2020), dû à la fermeture des magasins et autres lieux ouverts au public. La chute des droits normalement collectés sur la période devrait affecter au-delà des six prochains mois les revenus des producteurs, et les aides apportées à plus de 300 projets potentiels. L’enjeu crucial aujourd’hui est de parvenir à minimiser l’impact et l’ampleur de ces pertes dans la durée, à préserver la capacité d’investissement, l’émergence de nouveaux talents et la diversité artistique et musicale dont la France reste un creuset.


Des propositions "fortes mais réalistes et nécessaires"

Dans cet esprit, les producteurs formulent des propositions "fortes mais réalistes et nécessaires" comme pérenniser et renforcer le crédit d’impôt à la production phonographique pour qu’il joue pleinement son rôle d’incitation à la production d’albums de nouveaux talents ; consolider les moyens alloués au CNM, la maison de la création ou encore plaider au niveau européen en faveur d’un taux de TVA réduit sur les CD et les vinyles (à l’image des autres produits culturels taxés à 5,5%) pour protéger les 4 000 points de vente en France, commerces de proximité, pourvoyeurs d’emplois et d’un accès démocratique aux produits culturels sur l’ensemble du territoire. Enfin, mettre en place un plan d’aide directe au bénéfice des TPE du secteur, dont le modèle économique est souvent incompatible avec les mécanismes de prêts...

Les pertes de CA annuelles oscillent entre 16% et 22%

En comparaison avec d’autres secteurs économiques pour lesquels un retour "à la normale" est envisageable en fin d’année, la reprise devrait être beaucoup plus tardive pour la musique enregistrée notamment du fait de la temporalité de versement des revenus (droits voisins, revenus du numérique…).

Les ventes physiques ont chuté de 88% pendant le confinement

Les ventes physiques représentent 52% du total des pertes du secteur sur la période de confinement, soit 88% du CA prévisionnel 2020 avant la crise sanitaire. Si la fermeture des magasins a mis la distribution "traditionnelle" à l’arrêt, la fermeture des entrepôts Amazon et l’allongement des délais logistiques a aussi touché les producteurs, pour lesquels le e-commerce restait le seul canal de distribution ouvert. Face à l’impossibilité temporaire de faire la promotion de nouveaux albums et l’arrivée d’une période calme pour le secteur, les labels ont reporté les sorties prévues au printemps, généralement une période réservée aux sorties de nouveaux artistes, à septembre ou janvier, périodes plutôt occupées par des artistes déjà connus...

Les ventes numériques n’ont pas amorti le choc

Contrairement à ce qui aurait pu être envisagé, les ventes numériques n’ont pas amorti le choc subi par les ventes physiques pendant le confinement. En effet, l’ampleur du choc sur le physique est difficile à rattraper même pour les producteurs positionnés sur le digital.Les pertes des ventes numériques sont estimées à 7.8M€, soit 11% du prévisionnel 2020 sur la période avant la crise. En volume, le streaming vidéo et le streaming financé par la publicité sont les deux supports qui ont été le plus touchés, principalement du fait de la baisse des dépenses publicitaires et donc des annonceurs. Ces pertes représentent 3.9M€ pour le streaming vidéo et 3,3M€ pour le streaming financé par la publicité sur la période. Ces deux segments représentent à eux seuls 92% des pertes des ventes numériques sur la période.

Exprimées en prix de marché, les pertes du secteur de la musique enregistrée pour l’année 2020 peuvent s’estimer à 233.6 M€
Exprimées en prix de marché, les pertes du secteur de la musique enregistrée pour l’année 2020 peuvent s’estimer à 233.6 M€


Tags : crise, musique, SNEP, UPFI
Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 3 Juillet 2020 - 15:40 Alouette lance sa grille d'été ce 6 juillet

Vendredi 3 Juillet 2020 - 14:40 France Musique fait son festival