La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio
La Lettre Pro de la Radio & des Médias

Etude IFOP / SIRTI : les Français sont attachés aux radios des territoires

Rédigé par le Mardi 2 Avril 2019 à 12:57 | modifié le Mardi 2 Avril 2019 à 14:30



Le SIRTI, syndicat des radios indépendantes, présentait les résultats de son étude "Médias en régions : les Français et les radios de territoires" (IFOP/SIRTI). Plus de la moitié des auditeurs (52%) écoutent une ou plusieurs radios locales ou régionales. Les radios de territoires ont le vent en poupe, particulièrement chez les jeunes et dans les zones rurales.



Cette étude réalisée par l'IFOP pour le SIRTI est une première. Elle englobe toutes les radios de territoires, qu'elles soient privées, associatives, rattachées à un réseau national ou de Service public. Alain Liberty le rappelle en préambule : "Le pluralisme radiophonique français est unique et n'a aucune équivalence dans le monde". Elle a pour but de promouvoir le média radio, à une époque ou le public est en défiance vis-à-vis des médias (étude réalisée du 25 février au 1er mars 2019, en plein mouvement social des Gilets jaunes). Pour le président du SIRTI, il y a quatre enseignements à en tirer.

#1 La radio, un média apprécié

Plus d'un Français sur deux déclare écouter des radios de territoires. 1/3 déclare écouter aussi bien des radios locales/régionales, que nationales. Si 94% des Français écoutent la radio, 42% disent l'écouter souvent, 38% de temps en temps et 13% rarement. Ceux qui l'écoutent souvent estiment à 97% que l'offre radio française a une bonne image et à 72% que dans son traitement de l'actualité, la radio fait partie des médias les plus proches des préoccupations des plus de 35 ans, notamment dans son traitement de l'actualité (vs 74% pour la télévision, 65% pour la presse et 43% pour les réseaux sociaux).

#2 Dans les territoires, la radio un média populaire

Plus d'un français sur deux (52%) déclare écouter des radios de territoires, et 1/3 partage son écoute entre des stations locales/régionales et nationales. 42% déclarent n'écouter que des radios nationales. Le média de proximité séduit toutes les tranches d'âges. L'affinité est encore plus forte dans les zones géographiques moins denses (58% dans les communes rurales. 35% en région parisienne) et auprès des actifs. 42% des auditeurs qui écoutent exclusivement des radios de territoires déclarent aimer leur radio et ressentir un lien personnel avec leur(s) station(s) habituelle(s). Ils sont 44% chez les auditeurs exclusifs de programmes nationaux.

#3 La radio dans les territoires, un média perçu comme différent

Si la première motivation d'écoute de la radio reste la musique (71%, 80% chez les auditeurs de radios locales/régionales), l'information arrive en seconde position à 60% et le divertissement complète le podium à 51%. Les informations locales sont quasiment aussi importantes que les informations nationales (35% vs 39%), tandis qu'elles sont déterminantes auprès des auditeurs de radios de territoires (43% vs 34%), notamment dans les régions les moins denses. "Le service rendu par les radios locales ou régionales est irremplaçable par les radios nationales. Il y a complémentarité", analyse Alain Liberty.

#4 Une diversité médiatique facteur d'adhésion

Les Français se montrent très attachés à la capacité de l'offre radio à refléter la diversité des goûts musicaux, des classes d'âges, des différentes régions et territoires, la diversité d'opinions, des classes sociales ou des origines de la population vivant en France. En outre, les Français apprécient la grande variété de l'offre radio : large choix, pour tous les goûts, qui permet de diversifier à la fois ses sources de divertissement et ses sources d'information. 

Le SIRTI défend la radio de proximité

"Avec cette étude, nous voulons interpeller les pouvoirs publics sur l'importance de la radio de proximité, conclut Alain Liberty. Le gouvernement sait se mobiliser pour s'engager dans des causes importantes. Il a su le faire pour l'industrie du disque à un moment charnière". Le président du SIRTI attend la même mobilisation, au nom du pluralisme dont les radios locales et régionales sont de ferventes représentantes. Face aux GAFA, les radios ripostent : "Aujourd'hui des agrégateurs reprennent nos flux sans nous demander notre avis, en intégrant leurs propres publicités, et en s'affranchissant des droits SACEM et SPRE. Sur Internet, nous réalisons 5 à 7% du chiffre d'affaires de nos radios. Nos sites web ont enregistré 16 millions de visiteurs le mois dernier".

L'étude complète




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Septembre 2019 - 15:10 Radio France ouvre ses portes aux auditeurs