DAB+ : la France accélère

DAB+

Lundi 30 Juillet 2018


Après Paris, Marseille et Nice où le DAB+ fut porté sur les fonts baptismaux de façon bien peu religieuse, le démarrage de la diffusion numérique à Lille, le 19 juin dernier, apparaît comme tonitruant ! Un parterre de 300 invités, réunis dans le majestueux hall de la CCI Grand Lille. Tous les acteurs du DAB+ en France, sauf les élus qui ont envoyé leurs adjoints. Parmi les VIP : Patrick Hannon et sa vision internationale de la radio numérique.



 

Selon Patrick Hannon, les perspectives de succès du DAB+ en France sont entre les mains de tous les acteurs de l'écosystème radio.
Selon Patrick Hannon, les perspectives de succès du DAB+ en France sont entre les mains de tous les acteurs de l'écosystème radio.
LLPR - Quel est l’intérêt du DAB+ dans un environnement déjà investi par l’IP et les enceintes connectées ?
Patrick Hannon, président du WorldDAB - Premier intérêt pour l’auditeur : c’est une technologie entièrement gratuite. Ensuite, les coûts de diffusion sont maîtrisés. C’est 10 fois moins cher que la FM. Pour ce qui est de l’IP, plus on a d’auditeurs, plus le coût est élevé. Troisième avantage : en cas d’urgence, le DAB+ est la solution la plus fiable là où l’IP tombera en premier.

LLPR - Où en est-on dans le déploiement et l’équipement au niveau mondial ?
PH - Il a commencé en Europe en 2011 avec 4 pays : Royaume-Uni, Norvège, Danemark et Suisse. Puis l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Italie. Viennent ensuite la Belgique, aujourd’hui, la France, le Danemark et la Slovénie. D’autres sont en test : Autriche, Pologne, République tchèque, Slovaquie, Ukraine, Croatie et Grèce. Mais ce n’est pas qu’une aventure européenne. Il y a l’Australie, la Turquie, l’Afrique du Sud, l’Algérie, les États du Golfe. Et en Asie : la Thaïlande, l’Indonésie et la Malaisie. Rien qu’en Europe, 300 millions d’habitants sont couverts et on recense 60 millions de récepteurs. Le DAB+ est une offre de marché de masse. Le vrai challenge a été l’équipement automobile.

LLPR - Les fabricants et les opérateurs jouent-ils le jeu ?
PH - Oui. En Angleterre, 90% des véhicules neufs sont équipés de série. Nous avons aussi des fabricants partenaires, comme PURE, Roberts, Pioneer ou Sony. Les opérateurs publics ont poussé lorsque les privés étaient plus frileux par rapport au surcoût de diffusion. Mais certains y ont trouvé un bénéfice en déclinant leur offre, comme Absolute Radio en Angleterre, qui propose six programmes thématiques. Et les audiences suivent ! En France, le service public est plus contraint budgétairement qu’il n’est opposé au DAB+. Les dernières déclarations de Sibyle Veil (présidente de Radio France, NDLR) sont encourageantes.

LLPR - Est-ce que le DAB+ est appelé à devenir la nouvelle FM ?
PH - La Norvège a arrêté sa FM l’année dernière. La Suisse va suivre dans trois ou quatre ans. En France, c’est complémentaire. C’est aussi une technologie de diffusion broadcast qui est gratuite. Mais à plus long terme, on pourrait voir un remplacement de la FM par le DAB+.

LLPR - La FM s’éteindra-t-elle un jour au niveau mondial ?
PH - Certains pays l'ont arrêtée, mais il n’y a pas d’urgence. Des discussions sont en cours dans plusieurs pays et cela dépend vraiment des stratégies de chacun, au cas par cas. Il n’y a pas de visibilité pour une extinction globale de la FM au niveau mondial.

LLPR - Certaines radios profitent du DAB+ pour lancer de nouveaux programmes. D’autres diffusent leur flux premium. Quelle est la meilleure stratégie ?
PH - Il n’y a pas de problème à diffuser le flux premium. Ce que l’on voit à Lille, c’est surtout l’extension de la zone de couverture de certaines radios. Elles offrent donc une nouveauté. Ce qui va se passer à long terme, comme on l’a vu dans d’autres pays, c’est que les marques les plus fortes proposeront un programme différent mais complémentaire.
La loi européenne exigeant que les récepteurs intègrent le DAB+ entre en vigueur lorsque 20% de la population est couverte.

Contact

WorldDAB 
55 New Oxford Street 
London WC1A 1BS 
United Kingdom 
Tél. : +44 20 73 91 06 34 
patrick.hannon@frontier-silicon.com
worlddab.com

3 Questions à… Nicolas Curien

LLPR - Le CSA semble encore accélérer le déploiement du DAB+. Où en est-on ?
NC -
On lance les appels. L’offre va créer la demande. Il faut d’abord développer les nœuds où c’est le plus rentable. Ensuite les arcs qui relient les nœuds. Les retombées des grandes agglomérations donneront un élan pour les zones moins denses.
LLPR - Est-ce qu’il n’est pas trop tard ?
NC -
Non, car c’est l’avenir. C’est l’hybridation du hertzien qui doit se numériser. 2017 a été l’année de l’inversion des appréhensions négatives. 2018-2020 sont les années de réalisation. On a accéléré le rythme. Pas pour rattraper le retard, mais dans une dynamique européenne.
LLPR - Le succès du DAB+ n’est-il pas conditionné par l’arrêt de la FM ?
NC -
Avant d’arrêter la FM, il faut développer le DAB+. La FM est une valeur sûre et il n’y a pas d’urgence à l’éteindre. Mais sûrement qu’un jour elle ne survivra pas au tout IP.





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 30 Juillet 2018 - 09:05 La boite à outils de l'audience digitale

Lundi 30 Juillet 2018 - 09:01 HotMixRadio, le succès d’un pure player