La Lettre Pro de la Radio & des Médias



Contrats aidés : l'inquiétude du SNRL

Mercredi 6 Septembre 2017



Dans un courrier daté du 25 août, l’UDES (l'Union des Employeurs de l'Economie Sociale, dont le Syndicat National des Radios Libres est partie prenante) interpelle le Premier ministre sur la réduction des contrats aidés annoncée par le gouvernement. Cela va avoir de graves conséquences, non seulement sur l’activité et les finances des associations, mais aussi sur l’employabilité et l’insertion des bénéficiaires de ces emplois.


Emmanuel Boutterin préside le Syndicat national des radios libres © © KarinaPhotos
Emmanuel Boutterin préside le Syndicat national des radios libres © © KarinaPhotos
Pour Emmanuel Boutterin, Président du SNRL : "il faut tordre le cou à une idée assenée d'une manière surréaliste par Madame la Ministre du Travail et le Premier Ministre : les emplois aidés ne seraient pas efficaces. Cela est faux dans le secteur privé non-marchand. On a tendance à oublier que les emplois aidés ont un visage : celui de femmes et d'hommes qui veulent travailler et s'en sortir. Des milliers d'entre eux ont vu, cet été, leur contrat s’arrêter d'un coup... Quel mépris et quelle brutalité ont-ils vécus ces dernières semaines..." Les études de l'administration et les témoignages démontrent que ces emplois sont un tremplin vers leur consolidation et vers une qualification ou une insertion professionnelle pour plus des deux tiers.

Le Président du SNRL, membre du Conseil d'Administration de l'UDES poursuit : "Il serait temps de faire une évaluation comparative entre les succès d'insertion dans le secteur privé non marchand, l'économie sociale et solidaire, et la précarité des emplois aidés dans le secteur public. Et enfin, il serait utile de comparer les coûts pour la nation et les résultats du CICE et des emplois aidés en terme de création d'emplois, d'innovation sociale et d'investissement dans les compétences".
Dans la branche de la radiodiffusion privée,  le nombre d'emplois aidés CUI (CAE + EA) est estimé à  1100, soit 1.8 par entreprise en moyenne, dont 95 % relèveraient de l'IDCC 1922 (CCN radiodiffusion) et 5% de l'IDCC 1 480 (CCN des journalistes, au niveau des stagiaires 1er et 2e échelon).

On note également un taux de consolidation en emplois CDI dans la même entreprise sur les 20 dernières années de 65 %, ce qui est ici une grande différence avec les services de l'Etat qui entendent, eux, conserver leur droit à embaucher des contrats aidés sous une forme précaire. Le SNRL, organisation professionnelle appelle les radios à saisir d'urgence leurs parlementaires avec des témoignages de salariés en emploi aidé brutalement laissés sur le carreau, et des témoignages de réussite professionnelle.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Ludovic LOIR le 06/09/2017 10:27
hagfm
Chez HAG' FM, certaines personnes qui ont débuté en CAE sont maintenant en CDI...Preuve que les contrats aidés sont un tremplin vers un emploi qui peut être pérennisé.

Ludovic

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 09:21 RTL s'installe à La Plagne

Vendredi 15 Décembre 2017 - 09:00 Qobuz, maintenant en Italie et en Espagne