La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio
La Lettre Pro de la Radio La Lettre Pro de la Radio
La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio

C’est un peu mou du genou

On sent bien que la crise est passée par là… Cette rentrée radio 2021 a comme un air de déjà-vu. On a l’impression d’être dans la peau de Bill Murray dans Un jour sans fin. Hormis Europe 1 et Fun Radio qui ont, presque, tout changé, et qui ont donc tout à gagner, la prudence est mère de sûreté pour le gros des troupes. Il faut être très attentif pour apercevoir les évolutions livrées aux auditeurs à dose homéopathique. Le marché est tendu. Peu souhaitent prendre des risques. On avance à tâtons, car on sait très bien que les dix prochains mois seront probablement difficiles.

Il faut rappeler que la fin de la précédente saison s’est terminée par un trou d’air historique. Souvenons-nous que la radio est passée sous le seuil psychologique des 40 millions d’auditeurs. Alors, bien sûr, on vous dira que le média demeure puissant avec des fondations solides. C’est vrai. Mais, depuis une décennie, l’audience a une fâcheuse tendance à piquer du nez, surtout depuis le mois de mars 2020. Espérons que cette baisse se stabilise enfin. La crise sanitaire est un moment idéal pour se réinventer…

Sans lire l’avenir dans le marc de café, on peut dégager trois pistes pour tenter d’arriver en bon état en juin prochain. D’abord, la perte de l’audience hertzienne devrait être contrecarrée par celle gagnée sur le digital, plein de promesses. Ensuite, gageons que, même durant cette saison marquée par la présidentielle, l’auditeur devrait naturellement tourner la page du buzz, de la petite phrase et de l’info ou de l’intervention à pas cher, qui ont probablement vécu leurs grandes heures. Ce qui devrait encourager les professionnels à s’intéresser au fond plus qu’à la forme. Enfin, la créativité et la réactivité demeurent toujours deux valeurs fortes et fondamentales de la radio. Il ne faudra pas s’en éloigner.
Comme les grands hommes, c’est aussi dans les périodes de crise que se révèlent les grandes radios !

Brulhatour


Comment réaliser une bonne interview radio

CONSEILS



Jeudi 3 Novembre 2016


C’est le format le plus vivant de la radio : l’interview. En direct, en différé, en reportage ou en studio, elle permet de donner la parole à une diversité de personnages : réaction à l’actualité, à un événement, un témoignage ou une opinion dévoilée… Des personnes de la vie de tous les jours à des personnalités politiques ou des dirigeants, tout le monde est logé à la même enseigne. Voici quelques règles incontournables !


#1 Identifier le bon interlocuteur

On dit souvent : "Il n’y a pas de mauvais interviewés, mais que des mauvais intervieweurs !" Néanmoins, le choix d’un bon "client", comme on dit dans le jargon journalistique, permet d’assurer un résultat satisfaisant. Si votre interlocuteur n’est pas le plus à l’aise possible face à un micro, assurez-vous qu’il ait des choses intéressantes à dire en rapport avec le sujet.

#2 Bien se documenter

Une interview réussie est une interview bien préparée. Faites des recherches précises sur le sujet : biographie, articles, déclarations précédentes permettront d’évacuer des questions non essentielles et de montrer à votre interlocuteur que vous maîtrisez le sujet. Cette étape est indispensable et vous permettra de tirer le meilleur de l’interview et de gagner du temps.

#3 Préparez vos questions

Si vous ne devez pas garder votre nez sur vos notes, préparez les premières questions. Pas la peine de rédiger religieusement l’interview, mais le fait de noter quelques points permet d’avoir une trame pour cadrer correctement la discussion. Cela ne doit pas vous empêcher de rebondir sur les réponses de votre interlocuteur.

#4 Mettez à l’aise votre invité

C’est un moment clé qui vous permettra de tirer le meilleur de votre interview. Si l’interviewé n’est pas rompu, il est fort probable qu’il soit un peu stressé par le micro. Rassurez-le et essayez d’instaurer une relation de confiance : non, vous n’êtes pas là pour le piéger ou pour lui faire dire quelque chose qu’il regrettera. Faire un essai de micro en lui demandant de se présenter (hors antenne ou hors enregistrement) est souvent une bonne façon de briser la glace.

#5 À vos questions !

Posez des questions ouvertes, du genre : "pourquoi ou pensez-vous que…" Si votre interlocuteur répond par oui ou par non sans développer, c’est que vous posez des questions trop fermées. Posez une seule question à la fois, écoutez et n’interrompez pas votre interlocuteur par des "d’accord ou ok" : cela polluera votre enregistrement. N’affirmez pas votre position sur le sujet, vous n’êtes pas là pour ça ! Vous devez rester maître de votre interview : coupez (poliment) si la réponse est trop longue et reposez la question si vous n’êtes pas satisfait.

Côté technique

Une interview en reportage répond à certaines règles techniques. Si vous avez le bon interlocuteur et les bonnes questions, la qualité sonore peut rendre votre bon travail non diffusable. Pour cela, vérifiez votre enregistreur avant de partir : niveau de la batterie et quantité de mémoire disponible doivent être surveillés. Pendant l’enregistrement, vérifiez attentivement les niveaux sonores et placez-vous dans un lieu calme, ni trop vaste ni trop confiné. Avant de quitter votre interlocuteur, réécoutez l’enregistrement : mieux vaut recommencer l’interview tant que vous êtes encore sur place !
François QUAIREL
Journaliste médias à La Lettre Pro de la Radio et responsable du magazine Le POD., premier guide du... En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >