La Lettre Pro de la Radio & des Médias



Le départ de France 4 et de Mouv' du hertzien presque confirmé

Rédigé par le Mardi 22 Mai 2018 à 09:20 | modifié le Mardi 22 Mai 2018 à 09:07



L’émission Quotidien a remarqué une information passée quasiment inaperçue. Le député LREM Gabriel Attal, membre de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation de l'Assemblée nationale interrogé dans l’émission" Les 4 vérités", le matin sur France 2, a laissé entendre que les chaînes France 4 et Mouv' pourraient quitter le réseau hertzien pour ne plus être diffusées que sur le numérique...


Bruno Laforestrie, directeur de Mouv', lors du Salon de la Radio en janvier dernier © Serge Surpin / La Lettre Pro de la Radio
Bruno Laforestrie, directeur de Mouv', lors du Salon de la Radio en janvier dernier © Serge Surpin / La Lettre Pro de la Radio

"La question qui me tient particulièrement à cœur c’est celle des jeunes. Il y a des médias qui sont destinés aux jeunes aujourd’hui dans l’audiovisuel public. Pour moi, il faut regrouper leurs talents, les moyens pour créer un vrai média digital.  Je pense à France 4 notamment et Mouv’. Mieux allouer les moyens sur le numérique. L’enjeu n’est pas de supprimer. Ce n’est pas d’être dans des économies brutes, l’enjeu, c’est de fixer des objectifs. IL faut que les jeunes puissent participer à l’audiovisuel public" a souligné le député. Pour rappel, le budget de France 4 est d’environ 40 M€ dont environ 14 millions de coûts de diffusion sur la TNT. Son audience est d’environ 1.6%, soit plus que 6Ter, Canal+, Numéro 23, C Star, Chérie 25, L’Equipe, LCI, CNews et France Info.

Mouv' uniquement sur le DAB+ ?

Quant à Mouv’, son budget est d’environ 16 M€ pour une audience d’’environ 0.8%. Cette chaîne de Radio France dispose d’un réseau de diffusion FM très réduit et le coût de diffusion est donc relativement faible. Depuis l'arrivée à sa tête, en 2015, de Bruno Laforestrie, Mouv' a vu son audience fortement progresser mais la chaîne n'a pas atteint l'objectif des 1% d'audience cumulée à fin 2017. Un des projets de Radio France était donc de faire basculer Mouv vers le DAB+ pour toucher une audience nationale, tout en sachant que la diffusion en numérique terrestre doit être approuvée par la tutelle, c’est à dire le gouvernent. Gouvernement qui estime que les jeunes ne vont plus sur les médias traditionnels. Selon le Président de la République, "les jeunes regardent de moins en moins la télévision linéaire pour regarder une chaîne. Le service public reste structuré sur le monde d’avant". En effet, si les études confirment que les très jeunes sont moins attirés pas les médias traditionnels, ces même études montrent que, en vieillissant, ils reviennent peu à peu vers une comportement qui ressemble à celui de leurs parents.

Se faire une place

Cela dit, quand on apprend que France Télévisions annonce un record historique sur ses offres digitales dédiées aux différentes cibles enfants en avril 2018, on ne peut qu’être songeur. En effet, ce sont 3.6 millions de vidéos qui ont été vues sur ces offres "jeunesse" numériques "Ludo" de France 3 (site web, appli mobile et appli Android TV) en avril 2018.. L’application Zouzous (France 5) sur Android TV a également été plébiscitée. Comment une chaîne comme France 4 peut-elle se faire encore une place quand ses sœurs occupent tout le spectre ? Manque de cohérence ? Mais, à l’occasion des quatre semaines de congés de Printemps, France 4 a réalisé ses meilleures vacances depuis un an et demi avec une part d’audience de 11.3% sur les 4-14 ans, selon les chiffres de Médiamétrie.


Serge Surpin
Journaliste spécialisé média, photographe et ancien Co-créateur de Satellifax. Gérant de SatMag.... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >