La Lettre Pro de la Radio & des Médias



La radio et les jeunes : le désamour ?

Rédigé par le Jeudi 20 Septembre 2018 à 08:19 | modifié le Jeudi 20 Septembre 2018 à 08:19



Alors qu’ils en constituaient il y a encore 20 ans un des publics privilégiés, les jeunes désertent de plus en plus l’écoute la radio, en tout cas sous sa forme "classique". Pourquoi ? Quels nouveaux modes d’usage des contenus sonores développent-ils ? Leur désamour programme-t-il la fin de ce média ? Le séminaire organisé par le GRER (Groupe de Recherches et d’études de la radio), ce vendredi 19 octobre à Paris, entend éclairer ces nouvelles tendances et ces nouveaux comportements.



Malgré le succès croissant des contenus sonores auprès des jeunes publics, ces derniers prêtent de moins en moins d’intérêt à la radio. D’après Médiamétrie, en France, l’audience cumulée de la radio auprès de la tranche des 13–24 ans est passée de 90% à 72% entre 2003 et 2017. Avec une durée d’écoute quotidienne de 1h40, contre 2h50 pour l’ensemble de l’univers mesuré (les plus de 13 ans). Les  offres concurrentes de la radio ont considérablement augmenté depuis l’essor d’internet. D’après Bob Shennann, sirecteur de Radio & Music de la BBC, "l’offre sonore au Royaume-Uni a ainsi crû de 1000% au cours de ces cinq dernières années. Les modes de consommation des médias ont aussi changé, notamment auprès des millennials".

La radio peut-elle s’adapter ?

Plus encore : "le multitasking s’est généralisé, et les offres d’information et de divertissement disponibles sur la toile se sont faites de moins en moins uniquement sonores, mais de plus en plus globales et multimédias". La consommation de la musique elle aussi s’est modifiée. Les radios musicales ne constituent plus qu’un vecteur de découverte de nouveautés parmi d’autres. L’offre musicale sur internet, personnalisée et vaste, plaît davantage aux jeunes. Certes, la radio reste écoutée par 70% des 13-24 ans. Mais les formats proposés par la radio, et en particulier les offres de programmes des radios musicales, sont remis en question. Comment comprendre l’évolution du comportement du public "jeunes" ? Quels formats se dessinent à l’étranger ? Quels contenus et modes de production pour demain ? La radio peut-elle s’adapter ?

Toutes ces questions seront abordées avec l’aide de spécialistes lors de ce séminaire du GRER qui se déroulera, pour la première fois, un vendredi après-midi.  Avec la participation de Frédéric Antoine, président du GRER et professeur à l’Université de Louvain (Belgique) accompagné de Julie Terrade, directrice de pôle au département radio de Médiamétrie, Sophian Fanen, auteur du livre "Boulevard du stream, du mp3 à Deezer la musique libérée", Albino Pedroia, consultant spécialisé dans l’analyse de la radio et d'Éric Schweitzer du CLEMI (Centre pour l’éducation aux médias et à l’information).


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Décembre 2018 - 14:32 Les nouvelles audiences des radios en Belgique