Une fréquence à Beauvais attise les appétits

Jeudi 19 Novembre 2015



Lors d’une audition à l’Assemblée Nationale avant-hier, le PDG de Radio France Mathieu Gallet a confirmé avoir demandé au Gouvernement de préempter une fréquence FM pour France Bleu à Beauvais. Le SIRTI a rappelé que cette demande de préemption porte sur la seule fréquence disponible à Beauvais, une fréquence qui n’est pas issue d’une optimisation de la bande FM mais qui a été rendue disponible suite à l’abrogation d’une fréquence du secteur privé, celle de la radio NRB (Nouvelle Radio Berbère) devenue Kabyle FM en 2009.


Mathieu Gallet a expliqué que cette demande de Radio France est motivée par le fait que "France Bleu Picardie ne couvre qu’Amiens  (...) et que "par des décisions qui ne m’appartiennent pas, des fréquences de France Bleu avaient été redonnées à d’autres chaînes du groupe". Sauf que, les radios indépendantes, nombreuses à avoir candidaté sur Beauvais lors de l’appel ouvert par le CSA il y a maintenant 7 mois, ne peuvent se satisfaire de tels arguments.
De son côté, le SIRTI a rappelé que France Bleu Picardie ne couvre pas qu’Amiens mais dispose d’au moins 7 fréquences en Picardie et que l’agglomération de Beauvais est couverte au 3/5ème par l’émetteur de Grand-Couronne (76), avec une puissance de 100 Kw.

"Les radios privées ne peuvent être tributaires des transferts de fréquences entre les différents programmes de Radio France, décidés au gré des stratégies, a fortiori lorsque cela conduit à la confiscation de l’unique fréquence disponible sur une agglomération aussi importante que Beauvais pour la Picardie. Mathieu Gallet conclut son intervention en expliquant que « c’est une décision qui appartient au Gouvernement au titre de l’article 26 de la Loi de 1986 et de la réservation prioritaire ». Pas seulement…" indique le SIRTI.

Le Syndicat Interprofessionnel des Radios et Télévisions Indépendantes rappelle que, par un avis rendu le 25 janvier 2011, le Conseil d’Etat a proposé une nouvelle lecture des modalités de mise en oeuvre du droit d’accès prioritaire à la ressource radioélectrique, au travers de laquelle "le CSA se voit conférer un réel pouvoir d’appréciation".
Ainsi, le SIRTI invite le gouvernement à la plus grande sagesse dans la décision qu’il prendra et le CSA à faire usage de toutes les possibilités qui lui sont offertes par la haute juridiction


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 18:34 Launch of the Dot-radio by the EBU