Trop de mentions légales nuisent aux mentions légales

Vendredi 3 Février 2017



D’après une étude IFOP, réalisée du 25 août au 2 septembre 2016, si les mentions légales sont considérées comme importantes pour 86% des auditeurs et utiles (84 %), 82% des auditeurs n’y prêtent pourtant pas attention. Pour Les Indés Radios : "Trop de mentions légales nuisent aux mentions légales". Explications.


Si 50% des auditeurs souhaitent avoir des informations complémentaires par rapport au message publicitaire, l’étude montre que, pour un peu plus de 50% des auditeurs, les mentions légales sont trop nombreuses, et les messages sont souvent dits trop vite. Près de 2/3 des auditeurs ne mémorisent spontanément aucune mention légale chiffrée annoncée dans un message publicitaire pour une assurance ou une voiture (mensualité, apport, durée du crédit, coût total). Quasiment aucun auditeur ne mémorise la totalité des mentions légales chiffrées du message publicitaire.

A contrario, sur Internet, quasiment tous les auditeurs interrogés mémorisent au moins 3 mentions légales contenus dans un visuel pour une offre de location longue durée d’une voiture (mensualités, apport, entretien inclus, durée de location). Concrètement, pour quasiment tous les auditeurs, un message publicitaire, sans donnée chiffrée avec la référence à un site Internet pour information, est plus facile à comprendre et plus clair. De fait, quasiment tous les auditeurs considèrent que les mentions légales doivent évoluer et 2/3 des auditeurs privilégient une mention courte avec renvoi sur un site internet.
 

La radio pénalisée

"Les mentions légales doivent tenir compte de la spécificité de chaque média. La plupart des textes imposant un avertissement des consommateurs lors des annonces publicitaires ne font pas de distinctions par rapport au média. La radio se retrouve donc pénalisée car des mentions légales qui peuvent être indiquées en petits caractères en bas d’une affiche, d’une annonce presse, ou en bandeau déroulant dans un spot télévisé, doivent être lues dans un spot radio" explique le groupement.

Des mentions qui peuvent occuper plus d’un tiers du temps d’un spot

Or, dans un spot de 30 secondes pour le secteur de l’Automobile, de la Téléphonie ou de la Banque /Assurance qui sont les plus concernés avec l’Alimentation, les mentions légales occupent environ 12 secondes, soit plus d’un tiers de la durée du spot. "Ces mentions légales qui portent généralement sur les taux d’intérêt ou des informations chiffrées liées au coût du crédit sont justement les éléments les moins retenus par les auditeurs".
Dans l’intérêt du consommateur, les Indés Radios souhaitent donc que la législation évolue et que les mentions légales soient "plus courtes, plus simples et qu’elles renvoient vers le site internet de l’annonceur. Les mentions légales à la radio doivent donc évoluer dans l’intérêt des consommateurs, des annonceurs et des radios".


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 27 Mars 2017 - 09:17 Le smartphone incontournable en Afrique

Lundi 27 Mars 2017 - 09:00 RFM organise un RFM Music Live à Paris