Tribune - RNT : "La France prise en excès de lenteur"

Vendredi 5 Février 2016



Cela fait douze ans que le législateur a tracé la feuille de route de la RNT, après avoir tracé celui de la TNT : une modernisation nécessaire et créatrice d'emploi. Et pourtant, le Gouvernement et le Conseil supérieur de l'audiovisuel ne considèrent toujours pas ce dossier comme prioritaire, laissant la France au bord du chemin et une radiodiffusion sans modèle d'avenir. Il faut un plan d'urgence pour la radio numérique !


Nous sommes près de douze ans après la loi du 9 juillet 2004 fixant les éléments juridiques de la RNT, huit ans après la loi du 5 mars 2007 relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle, six ans après la loi du 5 mars 2009 qui prévoyait que le CSA publie un calendrier de déploiement de la RNT sur toute la France et.... près de deux ans après le lancement officiel de la RNT sur Marseille, Nice et Paris. Une nouvelle étape a été franchie avec l’annonce d’un calendrier de déploiement de la RNT à minima. Celui-ci entend couvrir près de 80% de la population française... sur les huit prochaines années !

Vingt ans se seront donc écoulés entre une vision éclairée du législateur et des professionnels, et la mise en place de la diffusion numérique. A ce rythme, la France ne rattrapera pas son retard face à l’avance prise par les autres pays européens où la Radio Numérique rencontre un vif succès (1).

La problématique du traçage des auditeurs

Le SNRL, précurseur de la transition numérique de l’audiovisuel, propose depuis près de 10 ans des solutions innovantes, économiques, créatrices d'emploi, et respectueuses de l’intérêt général et des libertés élémentaires, telles la problématique du traçage des auditeurs. Pourquoi ces solutions sont écoutées, mais jamais mises en oeuvre ? Qui connait la RNT ? Pourquoi rien n'est fait pour informer le public de ce nouveau mode de réception gratuit et anonyme qui garantie le maintien du pluralisme médiatique au coeur des territoires … Pourquoi Radio France qui s'était engagée en 2007 traine-t-elle aujourd'hui des pieds alors que la RNT génère de sérieuses économies budgétaires ?

Un enjeu industriel

Il est temps d’engager une démarche volontariste si nous ne voulons pas que l’information et la musique se concentrent entre les mains d’une poignée d’acteurs et de consortiums. Les enjeux autour de l’emploi, l’innovation dans les programmes, l’émergence d’une nouvelle génération de producteurs multimédias, de nouveaux talents, l’appropriation des nouveaux usages et des technologies par le public sont essentiels. La numérisation de la radio est un enjeu industriel, créateur d'emplois (2) sous estimé par le gouvernement.
Nous attirons solennellement l'attention du gouvernement et du régulateur sur la juste place des radios locales. La loi oblige au maintient du pluralisme et de la diversité, et en conséquence cela exige de consolider le modèle économique des acteurs indépendants sur les territoires.
Le SNRL a construit les bases nécessaires à une diffusion respectueuse des éditeurs associatifs lors du premier appel à candidature en soutenant un modèle d’opérateur de multiplexe ouvert et indépendant. Depuis juin 2014, « La Coopérative de Radiodiffusion » diffuse avec succès au coeur de la capitale française, un bouquet de radios où les éditeurs décident du modèle économique et technologique.

Le besoin d'un soutien politique urgent

Le SNRL exige le maintien d’un paysage radiophonique diversifié localement, régionalement et nationalement, une accélération du calendrier prévu, la recomposition pragmatique des multiplexes existants avec les radios volontaires sur Paris, Marseille et Nice, et notamment celles dont les multiplexes n'ont pas été retenus.
Le SNRL souhaite un soutien politique urgent de la puissance publique, au travers des groupes publics, à l’initiative SmartRadio (3). Il s'agit de promouvoir un accès hertzien gratuit aux services audiovisuels sur les smartphones : une solution que nous préconisons pour que la radio se projette dans l’avenir sans aucun coût pour les entreprises et les auditeurs.

Le SNRL, attaché au mode de diffusion hertzien, accompagnera les radios associatives vers la voie de la numérisation et à cette fin il propose un accompagnement financier de la double diffusion par une enveloppe spécifique du FSER a raison de dix mille euros par éditeur volontaire.
Le choix immédiat doit témoigner d'une volonté politique forte : celle du pluralisme et de la diversité. La radiodiffusion hertzienne universelle, populaire et gratuite, ainsi renouvelée et modernisée, deviendra progressivement le mode d'écoute privilégié des jeunes générations.

Le Syndicat National des Radios Libres (SNRL)

(1) La RNT en Europe (ICI) - (WorldDAB Septembre 2015)
(2) Discours (ICI) de la Coopérative de Radiodiffusion - UDES Octobre 2015 (ICI)
(3) La radio numérique gratuite, bientôt dans nos smartphones  (ICI)



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).