Tout feu tout flamme pour Flam FM

Jeudi 9 Juillet 2015



Cette probable future station associative vient de déposer une trentaine de demandes d'obtention de fréquences sur la zone du CTA de Toulouse ! Flam FM, c'est certes encore une webradio mais qui souhaite donc maintenant passer à la vitesse supérieure. Les bénévoles eux, comme Thierry Boudry vice-président de l'association Valras Comédie Club, sont prêts pour relever le défi.



 

LLP - Qu’est-ce qui motive une équipe de bénévoles à s’engager dans la création d’une radio associative ?
TB -
Je suis dans la radio depuis de nombreuses années et, comme j'avais du temps à consacrer à une association, c'est très naturellement que j'ai proposé à l'association Valras Comédie Club d'ouvrir un atelier "radio". Nous avons dans un premier temps construit une webradio Radio Valras dans le cadre des campagnes des Municipales de 2015 afin que chaque liste puisse trouver un endroit de parole. Le succès fut immédiat. Après les Municipales, Radio Valras est devenue "34 FM" (www.34fm.fr) toujours en webradio pour toucher cette fois-ci le public de notre département. Le succès a été aussi au rendez-vous : 34 FM, depuis janvier 2015 a été écoutée par plus de 800 000 auditeurs partout dans le monde. Enfin, après être tombé sur l'appel à candidatures du CSA, nous nous sommes aperçus que certaines zones des départements voisins pourraient nous intéresser. Nous nous sommes donc mis au travail pour évaluer les besoins de ces secteurs. Il était donc évident que nous devions créer une nouvelle radio que nous avons appelé Flam FM (www.flamfm.fr) car nos bénévoles ont la "flamme" qui les attisent ! Ils aiment partager, échanger, communiquer avec les autres et ces bénévoles veulent montrer qu'ils sont prêts à donner du temps pour les autres. Ce qui nous a encore motivé, c'est que, dès que nous avons pris les premiers contacts avec les mairies ou les institutions, nous avons reçu un accueil chaleureux et positif.

LLP - Quelle est la nature de ce projet et quels sont vos objectifs notamment en ce qui concerne la programmation antenne ?
TB -
La nature de notre projet c'est un constat. Celui que de nombreuses zones rurales ou petites villes n'ont pas leur radio locale. Les réseaux nationaux ont leur importance mais lorsqu'on fait du local nous suscitons l'intérêt de tous, nous voulons être la radio de toutes et de tous. Parler d'eux, des manifestations qu'ils aiment et surtout rassembler une population dans un intérêt commun de partage. Pour la programmation, nous avons décidé de proposer des hits des années 80, 90, promouvoir des jeunes talents car nous recevons chaque semaine de nombreux mails pour une demande de diffusion sur nos webradios (34 FM et Flam FM). Nous allons proposer aussi de nombreuses chroniques locales sur des formats courts pour parler des manifestations, associations... Nous proposerons aussi des émissions en direct dans des lieux publics. Si le CTA de Toulouse nous accorde des fréquences, nous souhaitons ouvrir un Studio par fréquence obtenue et proposer plus de 8 heures de programme d'intérêt local, ce qui veut dire qu'il y aura au moins un permanent par studio, en plus des bénévoles. Nous allons aussi développer l'information locale pour chaque zone, si nous trouvons les financements nécessaires. D'autres projets sont dans les cartons mais je souhaite garder une part de mystère.

LLP - Flam FM est située dans l’Hérault pourtant vous avez déposé plus de 30 demandes de fréquences dans les départements du Gers, du Lot, de l’Aveyron, de la Haute-Garonne, de l’Hérault, du Tarn, de l’Aude et de l’Ariège. Pourquoi un tel appétit ?
TB -
Au départ, la zone qui nous intéressait le plus c'était évidemment Montpellier mais deux associatives partagent déjà cette fréquence (91 FM). Nous sommes lucides, notre association n'obtiendrait pas cette fréquence, même en partage. En réfléchissant et en regardant un peu plus près la carte, nous nous sommes aperçus que notre association regroupait des bénévoles d'un peu partout de ces départements. Des bénévoles qui viennent nous donner un coup de mains lors de leurs vacances dans notre station balnéaire Valras Plage.
Certains professionnels de la radio nous ont donc motivés à demander des fréquences dans leurs zones et ont donc promis de participer à ce projet de grande ampleur. Nous ne voulons pas faire de l'ombre aux radios associatives déjà en place et encore moins aux radios commerciales mais nous avons un certain "savoir faire" et nous souhaitons nous implanter pour montrer ce que l'on sait faire ! C'est vrai nous avons un grand appétit, mais il est mesuré et le CTA de Toulouse ne pourra pas répondre à toutes nos demandes. Je ne vous cache pas que les zones d'Auterive, Castelnaudary, Mazamet, Saint-Céré, Gourdon, Arreau, Laguepie, Rieupeyroux, Belmont-sur-Rance, Cassagne ou Soucirac sont celles que nous aimerions obtenir dans un premier temps. Mais qui ne tente rien n'a rien.

LLP - Si le CTA de Toulouse répond favorablement à votre demande quand comptez-vous démarrer vos programmes ?
TB -
En fait, nous sommes déjà quasiment prêts ! Les contacts on été déjà pris en cas de succès de notre projet. Je suis convaincu qu'il y a la place pour Flam FM dans tous ces départements ! La balle est dans le camp du CTA de Toulouse. Notre association est déjà en marche pour collecter des dons afin de financer une partie de l'installation de nos studios en plus de la subvention du FSER.

LLP - Dans le cas contraire, continuerez-vous à diffuser sur le net ou envisagerez-vous la RNT ?
TB -
C'est une bonne question, le choix sera difficile car notre projet est vraiment de créer cette radio associative en FM et pas sur internet. Toutefois, nous pensons acheter du matériel pour préparer l'avenir et peut-être ainsi permettre une transition vers la RNT. Si le FSER finance les radios associatives en RNT alors nous déposerons des dossiers. Mais c'est évident que nous "lâcherons" pas le morceau comme ça ! En attendant toutes les bonnes âmes qui trouvent le projet séduisant peuvent nous contacter par mail via notre site flamfm.fr.


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:10 Prix ON'R Brandy 2017 : c'est parti !

Vendredi 9 Décembre 2016 - 09:24 Live à Fip en direct de Marseille