Superloustic revit sur le web

Mardi 29 Octobre 2013



La radio des enfants et des ados, disparue de la FM en 1992, revit désormais sur le web grâce à l'acharnement d'un passionné. Vincent Gauchevertu a retrouvé les jingles de l'époque et reconstitué la programmation musicale. Aujourd'hui, les loustics ont plus de trente ans, mais ils sont ravis lorsqu'ils se connectent à Superloustic.com


Vincent Gauchevertu, ici dans les studios de Radio Grenouille à Marseille, a relancé Superloustic grâce à son énergie de passionné.
Vincent Gauchevertu, ici dans les studios de Radio Grenouille à Marseille, a relancé Superloustic grâce à son énergie de passionné.
Goldorak, Albator, Candy... Les trentenaires ont encore dans l’oreille les génériques des dessins animés de leur enfance lorsqu’ils passaient, souvent au grand dam de leurs parents, de longues heures devant le petit écran, qu’il s’agisse des émis-sions jeunesse de TF1, Antenne 2 ou feu La Cinq. A cette époque, une radio avait même vu le jour, Superloustic, créée en 1987, était l’unique réseau FM dédié au moins de 15ans, avec plus de 50 fréquences dans toute la France. Les enfants et les ados avaient donc leur radio. En 1992, faute d’un financement suffisant, les "loustics" l'ont perdu. Malgré une longue lutte très médiatisée et de nombreuses pétitions d’auditeurs, le matériel a finalement été saisi et la radio a disparu corps et bien et Super- loustic est tombée aux oubliettes...
Et pourtant, depuis deux ans, Superloustic revit... sur le web. Ironie du sort, c’est à Marseille, ville où Superloustic n’a jamais pu obtenir le moindre émetteur FM, que la radio a recommencé à vivre, au pied de la mythique "Bonne Mère".

Superloustic s’écoute sur internet

Désormais, si la radio ne diffuse plus par voie hertzienne, Superoustic s’écoute sur internet, via le site superloustic.com, grâce à Vincent Gauchevertu. "Lors de mon enfance parisienne, je n’avais pas accès à la télé, raconte-t-il. Il n’y avait évidemment pas internet à l’époque. Superloustic était le seul média audiovisuel auquel j’avais accès. Pour moi, c’était magique. La radio est devenue une pas- sion et j’ai eu la chance, à l'époque, de pouvoir me rendre dans les studios de Superloustic et de pouvoir rencontrer et me lier d’amitié avec certains animateurs. 20 ans après la disparition de la radio, je me suis dit que ce serait sympa de la relancer puisqu'aujourd'hui, c'est assez facile de créer une webradio. Je n'avais aucun budget, juste beaucoup de volonté et des centaines de disques accumulés au fil des années. J'ai donc recréé Superloustic sur Radionomy puisque c'est gratuit."

Des "jingles d'époque"

Evidemment, les animateurs de l’époque et leurs émissions ne sont plus là. Mais ils sont au courant de la démarche de Vincent et l’ont encouragée. A l’antenne, il reste le programme musical de l’époque, des centaines de vinyls et autres CD accumulés au fil des années. "J’ai écumé les brocantes, j’ai acheté des centaines de disques, ajoute Vincent Gauchevertu. J’ai retrouvé les jingles d’époque sur de vieilles bandes qu’un ancien technicien de la radio avait gardé au fond de son garage."
Grâce à internet et surtout à l’énergie d’un passionné, la radio des moins de 15ans vit à nouveau. A ceci près qu’aujourd’hui, ce sont surtout les plus de 30 ans, nostalgiques, qui l’écoutent.


Nicolas Goyet
Journaliste multimédia. Créateur de Radio Mozart. En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:39 Radio Jerico a besoin de 70 000 euros