La Lettre Pro de la Radio & des Médias



Radio + TV + Digital = RMC

Mercredi 20 Avril 2016



La 126 000 publiée ce matin par Médiamétrie ? Dans un contexte baissier pour les radios généralistes, ces résultats encouragent NextRadioTV dans sa stratégie de diversification de ses marques et de ses programmes. L'équation de RMC ? De la radio, de la télévision et du digital. Et puis aussi un peu de Bourdin et du sport. Explications avec Frank Lanoux.


LLP - Quelle est votre plus grande fierté lorsque vous regardez cette 126 000 ?
FL -
C’est de voir que RMC se situe au-dessus de 7 points. Un score que personne n’avait imaginé il y a 5 ans. Bien sûr, nous avons connu mieux. Mais dans un monde où la consommation de la radio et des médias est en train d’être bouleversée, et face à cette concurrence redéployée, on se rend compte que la radio résiste et qu’elle est appréciée. Savoir que RMC tient un niveau d’audience pareil, c’est une vraie satisfaction malgré tout.
 


LLP - Radio, TV et digital c’est le nouveau triumvirat de RMC ?
FL -
Absolument. C’est surtout et d’abord celui des Français. On ne doit pas et on ne peut pas s’arc-bouter sur une audience liée au seul  transistor. On duplique chaque matin 3 heures de radio à la télévision. Il faut désormais en tenir compte. Si nous avons débuté ce redéploiement en digital et en TV depuis près de 10 ans c’est parce que, je le répète, aujourd’hui les Français eux-mêmes se redéploient de cette façon.

 
LLP - Est-ce que RMC pourrait être, à l’avenir, filmée 24 heures sur 24 ?
FL -
C’est surement des choses qui pourraient se construire dans les prochaines années. On ne peut donc pas se limiter au seul son. Lorsque mes petits-enfants sauront que, avant, sur la radio il n’y avait que du son, ils trouveront ça étrange c’est sûr. Le développement des Smartphones et de la 4G y contribuent et cela modifie le comportement des Français. NextRadioTV est le groupe le plus en pointe pour affronter les nouveaux virages qui ne manqueront pas d’apparaître à l’avenir. Notre métier, c’est l’info. C’est ça qu’il faut avoir à l’esprit à présent.
 
LLP - Dans le détail, quels sont les scores des émissions de la grille ?
FL - 
Jean-Jacques Bourdin attire 2 246 000 auditeurs tous les matins et signe son meilleur quart d’heure à 08h30 avec 777 000 auditeurs. Les Grandes Gueules attirent 1 579 000 auditeurs. Pour Brigitte Lahaie, c’est moins bien avec seulement 499 000 l’après-midi.  La grille des sports rassemble 1 620 000. Enfin, L’After Foot positionne RMC comme la deuxième radio de France, derrière NRJ, entre 22h et minuit
 
LLP - Pensez-vous catalyser sur les grands événements sportifs de cette fin de saison et de l’été prochain ?
FL -
C’est une chance. C’est une belle période qui s’annonce pour RMC avec l’Euro 2016 et un programme exceptionnel de 14h à minuit sur 4 semaines, "l’Intégrale Euro". Et puis, il y aura aussi les JO et dès septembre, nous serons en campagne pour la Présidentielle. Tout cela va très bien à RMC !
 
LLP - Toutes les Généralistes affichent des scores à la baisse. Comment l’expliquez-vous ?
FL -
Par précisément cette mutation qui est en train de s’organiser. Pendant 60 ans, la seule manière de s’informer en direct, c’était la radio. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Elle n’a plus ce monopole. Et ce n’est pas terminé…

LLP – Y-aura-t-il des changements à la rentrée sur RMC ?
FL -
Vous le savez bien, on n’en parle pas aujourd’hui. Comme à chaque rentrée, il y aura des modifications. C’est un travail de Printemps que l’on fait en ce moment.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 29 Avril 2016 - 07:40 RFM devance RTL2 et Chérie FM en Ile-de-France