Rachid Arhab : "la radio associative fait partie du Service Public"

Jeudi 19 Novembre 2015



Cet après-midi, Rachid Arhab a assisté au congrès du SNRL qui se tient à Rennes. Cet ancien Conseiller du CSA s'était particulièrement engagé, pendant son mandat, en faveur de l’avenir de la radio, en particulier pour les radios associatives et pour la RNT, la Radio Numérique Terrestre.


Rachid Arhab, cet après-midi, au congrès annuel du Syndicat National des Radios Libres
Rachid Arhab, cet après-midi, au congrès annuel du Syndicat National des Radios Libres

"Je suis peut-être plus libre (pour m’exprimer) que du temps où j’étais au CSA" explique Rachid Arhab, venu assister au congrès des radios associatives qui se tient jusqu'à demain à Rennes. "Les radios associatives sont aussi importantes, sinon plus importantes, que les réseaux sociaux. Je me suis battu pour que ce secteur ne soit pas à coté du monde numérique, car il apporte la proximité. Je vous déclare mon intérêt pour la radio numérique car, dans la France de 2015, on a trop tendance à oublier que  les radios associatives font parties du Service Public et devraient être déclarées d’intérêt public".

Et Rachid Arhab de se rappeler de ces différentes actions tout au long de son mandat pour les stations locales mais également pour encourager le développement de la RNT : "La RNT n’est pas la TNT. Les radios associatives se sont souvent associées pour s’organiser dans des multiplexes afin de ne pas dépendre des grosses radios et des diffuseurs. En fait, on a eu une vérité des prix quant aux coûts de diffusion, contrairement à ce qui se passait avec la TNT, et notamment avec les télévisions locales, qui ont souffert de ce flou et je me suis battu sur ce sujet avec Alain Méar, un autre ancien conseiller du CSA".

Les Associatives avec le Service Public

"Concernant les radios régionales associatives, il est vrai qu’il n’est pas possible de faire des multiplexes associatifs avec les rares radios associatives d'une zone. On peut envisager un multiplexe mixte avec les radios publiques. On peut aussi créer d’autres radios, ce qui est plus facile en numérique, et plus de radios temporaires. Il faut se rappeler que les coûts de diffusion ont fortement baissé avec la RNT. On peut même envisager un multiplexe national avec des radios associatives".
Pour Rachid Arhab : "L’indépendance est une notion relative et dépend de la manière dont vous concevez cette notion. J'étais surpris que la Commission européenne ne s’intéressait pas à la radio et puis se pose la question tabou de l’extinction de la FM. Il ne faut pas que cela soit décidé un jour dans un bureau".  
 


Serge Surpin
Journaliste spécialisé média, photographe et ancien Co-créateur de Satellifax. Gérant de SatMag.... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 11:48 Radio France partenaire historique du Téléthon

Samedi 3 Décembre 2016 - 09:39 Les radios se mobilisent pour le handicap