RNT : l’onde de choc

Samedi 19 Janvier 2013



En donnant hier le feu vert aux 106 premiers éditeurs qui diffuseront officiellement dans le courant de cette année en RNT à Paris, Nice et Marseille, le CSA envoie une bouffée d’oxygène aux fabricants et aux opérateurs de diffusion.


RNT : l’onde de choc
"Bien sûr que nous nous félicitons de cette décision du CSA qui prouve ainsi sa détermination à aller jusqu’au bout de ce dossier" a indiqué ce matin Yannick André-Masse le patron de VDL à La Lettre Pro de la Radio.
L’opérateur de diffusion en FM installé à Lyon et qui emploie 35 salariés est aussi un installateur et un fabricant d’encodeurs et de multiplexeurs. "Cela aura pris du temps. C’est donc un très bon premier pas. Mais cela ne suffit pas à atteindre la taille critique nécessaire pour enclencher l’ensemble des acteurs concernés par le marché de la Radio Numérique Terrestre". Comprenez que ce ne sont pas seulement 3 villes qui vont offrir un horizon dégagé à la RNT : "il faut poursuivre dans cette logique : viser la vingtaine d’agglomérations comme le CSA l’avait annoncé il y a quelques mois, en publiant son calendrier de déploiement".

RNT : l’onde de choc

Limiter un retard déjà important

Sauf que, on ne connaît pas pour l’instant la position d’Olivier Schrameck qui reprendra le fauteuil de Président du CSA,  laissé par Michel Boyon dans quelques jours. Mais "les temps changent" précise Yannick André-Masse : "au gouvernement, on est passé d’une opposition extrêmement ferme à une posture d’observation et maintenant d’intérêt". Il faut dire que l’exécutif redoute de plus en plus l’effet boomerang. Si comparaison n’est pas raison, les avancées significatives chez nos voisins européens laissent pour l’heure la France sur le carreau. "On ne peut pas ralentir indéfiniment ce dossier. En Angleterre, 1/3 de l’audience est maintenant générée par la RNT. Le pays devrait même cette année annoncer la date officielle de l’arrêt de la FM. Les Pays-Bas visent 50 % de la population couverte. En Suisse, un million de récepteurs ont déjà été vendus contre un demi-million en Allemagne. Tout cela fait bouger les choses jusqu’en France".

RNT : l’onde de choc

Assurer le tempo grâce au DAB+

En septembre dernier, la décision prise de choisir comme mode de diffusion numérique le DAB+ devrait logiquement déboucher sur la signature d’un décret dans quelques semaines. Deux conséquences, et pas des moindres, pour Yannick André-Masse : "la possibilité d’accueillir des radios qui étaient  jusqu’à présent, absentes sur la RNT. Je dois même vous avouer que nous sommes en contact avec l’un des 4 grands groupes français. Donc, plus il y aura de radios sur un multiplex, plus le coût d’exploitation sera réduit".
Prochaine étape : le respect du calendrier de déploiement dans 20 autres villes françaises comme l’avait défini il y a quelques mois Michel Boyon : "il faut une taille critique de 50 % de la population couverte pour que les choses commencent sérieusement. Cela encouragera les fabricants de récepteurs et les distributeurs".

Une délocalisation oubliée

Depuis cette récente décision, cela laisse à penser que le marché hexagonal n’est pas un marché fermé. VDL (qui possèdes des filiales en Belgique, en Allemagne et en Angleterre) était dans l’expectative depuis plusieurs mois et la société lyonnaise avait même envisagé de fermer plusieurs divisions en France pour partir s’installer à Londres... "Maintenant, nous prévoyons  500 000 € de CA sur ces 3 villes. Mais plus que le chiffre d’affaires, c’est aussi la perspective de développement. Cela redonne un regain d’intérêt. Il faut confirmer cette première impression". Car la croissance des opérateurs passe désormais et obligatoirement par la RNT. La  FM étant un marché plus que mature.


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 09:00 Euradionantes se développe en RNT